La révolte étudiante enfle en Albanie

TiranaDes milliers d'étudiants albanais étaient dans la rue ce mardi à Tirana pour réclamer entre autres une baisse de leurs frais de scolarité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des milliers d'étudiants albanais ont participé mardi à Tirana à la plus grosse manifestation depuis le début de leur mouvement la semaine dernière pour demander une baisse de leurs frais de scolarité, beaucoup mettant en garde contre une «radicalisation».

Entamée il y a une semaine, cette mobilisation étudiante est inédite dans les universités depuis les manifestations de 1990 contre le régime communiste, relèvent les médias locaux.

«Nos revendications ne sont pas négociables, il faut que le gouvernement les accepte sinon nous radicaliserons notre mouvement», dit à l'AFP Ilir Curri, étudiant de 21 ans, venu de l'université de Shkodra (nord).

Epaulés par quelques centaines de lycéens, les étudiants ont manifesté notamment devant le ministère de l'Education, jetant des oeufs, certains tentant de brûler les drapeaux des trois principales formations politiques, le Parti socialiste (au pouvoir), le Parti démocratique (droite) et le Mouvement social de l'Intégration (MSI, centre).

«Réduisez les frais!», «Nous voulons du travail, de l'éducation!», «Nous sommes unis, la politique veut nous diviser!», ont scandé les manifestants dont beaucoup portaient des drapeaux albanais et européens.

«Nos revendications ne sont qu'économiques»

Initialement, ils entendaient protester contre la facturation des examens de rattrapage, mesure à laquelle le gouvernement a vite renoncé.

Mais leurs revendications se sont étoffées: baisse des frais de scolarité, hausse du budget de l'Education, meilleure représentation dans les universités, lutte contre la corruption du corps professoral pour obtenir un diplôme, etc.

«Notre manifestation n'est pas politique, nos revendications ne sont qu'économiques», dit Arben Mali, étudiant en économie de Vlora (sud).

Les étudiants ont refusé des offres de dialogue du Premier ministre Edi Rama qui les appelait sur Facebook à «bâtir un pont de communication avec le gouvernement».

Un jeune sur trois est au chômage

«Nous n'allons pas désigner de représentants, nous sommes tous des représentants, le Premier ministre (...) peut se joindre à nous pour qu'on discute ici de nos problèmes», a lancé sous les vivats Aïda Ceka, étudiante en sciences sociales de 22 ans, venue s'adresser à la foule au micro.

Journaliste et analyste politique, Lufti Dervishi, décèle dans cette protestation le «signe que la colère est dans son neuvième mois de grossesse et peut se transformer en mouvement contre l'arrogance et l'indifférence du pouvoir face aux réalités sociales».

Dans les universités publiques, qui accueillent quelque 110'000 étudiants, les frais de scolarité varient de 160 à 2560 euros, somme importante dans ce pays pauvre où le salaire moyen est de 350 euros environ.

Le budget de l'Education ne pèse que pour 3,3% du Produit national brut de ce pays parmi les plus pauvres d'Europe. Un jeune sur trois est au chômage (contre 14% au niveau national), une situation qui nourrit un exode massif. (afp/nxp)

Créé: 11.12.2018, 20h15

Articles en relation

La victoire d'Edi Rama confirmée aux législatives

Albanie La commission électorale albanaise a annoncé mardi soir la majorité absolue pour le Parti socialiste qui a promis de réformer. Plus...

Le socialiste Rama fonce vers un deuxième mandat

Albanie Le Parti socialiste du premier ministre Edi Rama remporterait la moitié des suffrages aux législatives, selon des résultats partiels. Plus...

L'Albanie en quête d'élections apaisées

Législatives Les Albanais désignent ce dimanche 140 députés, avec comme point de mire une improbable adhésion à l'UE. Des législatives sous haute observation. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.