Le Pen veut s'appuyer sur Salvini pour décoller

FranceLa cheffe de l'extrême droite française, Marine Le Pen, table désormais sur l'expérience de son allié au pouvoir pour l'aider aux européennes de mai 2019.

En 2016, Matteo Salvini, alors chef de la Ligue du Nord, rencontrait Marine Le Pen. Il est aujourd'hui ministre de l'Intérieur.

En 2016, Matteo Salvini, alors chef de la Ligue du Nord, rencontrait Marine Le Pen. Il est aujourd'hui ministre de l'Intérieur. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Voter pour moi, c'est voter pour elle», vantait il y a cinq ans une affiche de la Ligue du Nord montrant Matteo Salvini, chef du parti italien d'extrême droite, aux côtés de la présidente du Front national, aujourd'hui baptisé Rassemblement national (RN).

Mme Le Pen raconte : «Quand j'ai rencontré Matteo Salvini, la première fois, en 2014, la Ligue faisait 3%. Il était venu me voir à Paris, j'avais trouvé ce jeune homme très combatif et volontaire. Il m'avait demandé de faire un selfie avec lui, et les Italiens en avaient fait une affichette».

Le FN, aujourd'hui RN, a longtemps été «le fer de lance de la droite nationaliste en Europe, alors que la Ligue était à ses débuts séparatiste. Et c'est en allant vers le logiciel du FN que la Ligue du Nord est devenue un parti nationaliste», explique le politologue Jean-Yves Camus.

Matteo Salvini impulse notamment une ligne sociale et adopte un positionnement national, rappelle Marine Le Pen.

Il est désormais celui qui a «amené au pouvoir une formule idéologique anti-immigration, anti-islam et eurosceptique», résume Gilles Ivaldi, chercheur au CNRS sur les populismes et l'extrême droite.

Au Parlement européen aussi, la figure dominante au sein du groupe ENL (Europe des nations et des libertés) a toujours été le FN plutôt que la Ligue.

Tweet en italien

Mais Marine Le Pen n'a pas franchi la marche du pouvoir, alors que Matteo Salvini est devenu au printemps ministre de l'Intérieur et figure de proue d'un gouvernement de coalition avec la formation antisystème 5 Etoiles.

«Nos alliés italiens le font. Nous le ferons», pouvait-on lire en juin sur des visuels du RN déclinés au gré des premières décisions italiennes, du rejet des clandestins à celui des accords commerciaux multilatéraux comme le Ceta.

Le 26 août, Marine Le Pen a tweeté en italien pour apporter son «soutien» à Matteo Salvini face aux juges «qui veulent retirer le pouvoir au peuple».

Le ministre italien est visé par une enquête dans une affaire de migrants retenus à bord du navire Diciotti. Marine Le Pen est elle-même mise en examen dans une affaire d'emplois fictifs au Parlement européen, qui a poussé les juges à saisir au RN 2 millions d'euros.

Vers un retour de Marion?

Les ponts entre les deux formations vont bien au-delà de leurs déboires judiciaires. Marion Maréchal, la populaire nièce de Marine Le Pen, qui n'exclut pas un retour en politique, est devenue la compagne d'un des influents théoriciens de la Ligue, Vincenzo Sofo.

Le Niçois Philippe Vardon, ex dirigeant du mouvement radical Génération identitaire (GI) et promu à la direction du RN en mars 2018, est aussi un important relais. Comme son allié italien et le Premier ministre national-conservateur hongrois Viktor Orban, Marine Le Pen s'inscrit dans un clivage entre «nationaux» et «mondialistes» au scrutin européen de mai. La rencontre entre MM. Orban et Salvini mardi à Milan est à cet égard «fondatrice», selon elle.

Mais «ce qui manque à Marine Le Pen pour accéder au pouvoir, c'est de forger des alliances avec la droite», comme le FPÖ en Autriche ou comme Salvini avec Silvio Berlusconi, note M. Ivaldi.

Aux européennes de 2014, «avec 25% des voix, le RN avait le leadership au niveau européen. Aujourd'hui, avec ses difficultés financières et les affaires, il apparaît marginalisé par un axe Orban-Salvini».

Marine Le Pen affrontera une rude bataille en France, où elle est désormais concurrencée sur le terrain des idées par la droite classique emmenée par Laurent Wauquiez et par Nicolas Dupont-Aignan, ancien allié de Mme Le Pen à la présidentielle de 2017 et qui entend incarner une alternative moins sulfureuse que le RN.

Reste que «la légitimité accrue des partis nationalistes en Europe sert le RN, car elle le sort du ghetto où les autres partis ont voulu le contenir», soutient Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos. (afp/nxp)

Créé: 31.08.2018, 17h27

Articles en relation

Marine Le Pen dénonce la saisie des fonds du parti

France Marine Le Pen a dénoncé la saisie judiciaire de 2 millions d'euros d'aides publiques au Rassemblement national qui menace l'existence même de son parti. Plus...

Marine Le Pen doit 345'000 frs au parlement

Emplois fictifs Marine Le Pen doit rembourser 345'000 francs au Parlement européen, confirme la justice de l'UE. Plus...

Marine Le Pen dénonce «un coup d'Etat» de l'UE

Italie La cheffe de l'extrême droite française critique vertement la situation en Italie, où le président a mis son veto hier à la formation du gouvernement proposé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...