Le Soudan sombre dans la désobéissance civile

AfriqueUne semaine après la dispersion sanglante du sit-in devant le siège de l'armée à Khartoum, la majeure partie de la capitale est restée déserte.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une deuxième journée de désobéissance civile a été observée lundi au Soudan à l'appel du mouvement de contestation, en réaction au durcissement de la répression par les généraux au pouvoir. Les violences ont fait plus d'une centaine de morts en une semaine.

Une semaine après la dispersion sanglante du sit-in devant le siège de l'armée, quelques magasins ont rouvert à Khartoum, même si la majeure partie des la capitale est restée déserte. Des coupures de courant et d'internet ont en outre rendues les communications difficiles. Quelques bus ont circulé en ville, où davantage de voitures et de passants étaient visibles par rapport à la veille.

Le Conseil militaire de transition, qui dirige le Soudan depuis la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril, a annoncé dimanche soir le déploiement de renforts dans la capitale pour favoriser «un retour à la vie normale». Les forces de sécurité se sont évertuées ces derniers jours à démonter les barricades de fortune dressées par les contestataires, qui continuent de réclamer le transfert du pouvoir aux civils.

Libérés ou expulsés?

La télévision d'Etat a de son côté indiqué que Yasser Amran, un chef rebelle arrêté mercredi dernier, avait été libéré, tout comme deux autres figures du mouvement, Moubarak Ardoul et Ismaïl Jalab. MM. Ardoul et Jalab avaient été interpellés au lendemain de leur rencontre avec le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, venu à Khartoum en médiateur vendredi.

«J'ai été expulsé. (...) Je n'ai pas été libéré», a dit un peu plus tard M. Arman à un correspondant de l'AFP à Juba. Sur son compte Twitter, il a ajouté que MM. Ardoul et Jalab avaient connu le même sort.

L'annonce de leur libération intervient au deuxième jour du mouvement de désobéissance civile lancé par la contestation en réaction au net durcissement de la répression. En une semaine, elle a fait 118 morts et plus de 500 blessés, la majorité dans la dispersion du sit-in le 3 juin, d'après un comité de médecins proche de la contestation. Le gouvernement estime, lui, à 61 le nombre de morts, dont 49 par des «tirs à balles réelles» à Khartoum.

Dimanche, au premier jour de ce mouvement, le comité de médecins a indiqué que quatre personnes étaient décédées, deux à Khartoum et deux autres à Omdourman, ville voisine de la capitale. Les militaires ont dit tenir les manifestants pour responsables de la détérioration de la sécurité à Khartoum et dans le pays.

«L'Alliance pour la liberté et le changement (ALC, fer de lance de la contestation) est pleinement responsable des récents et malheureux incidents (...) dont l'obstruction des routes», a affirmé dimanche soir le général Jamal el-Din Omar, un membre du Conseil militaire. «Le Conseil militaire a décidé de renforcer la présence des forces armées, des RSF (Forces de soutien rapide) et des autres forces régulières pour un retour à la vie normale», a-t-il dit.

«Faciliter la mobilité»

Les RSF, présentées par certains comme un avatar des terribles milices Janjawid du Darfour, sont accusées par la contestation d'être à l'origine de la dispersion du campement installé depuis le 6 avril devant le QG de l'armée et de la répression qui a suivi.

Les forces de sécurité assureront «la sécurité des civils isolés, rouvriront les routes et faciliteront la mobilité des gens, des transports publics et privés, et protégeront les marchés et les installations étatiques stratégiques», a encore annoncé le général Jamal el-Din Omar.

Dimanche, la police anti-émeute était déjà intervenue dans le quartier de Bahri, dans le nord de la capitale, tirant des coups de feu en l'air et des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants. En matinée, ceux-ci avaient construit des barricades avec des pneus, des briques ou des troncs d'arbres.

Par ailleurs, les lignes de connexion internet terrestres ont été coupées à Khartoum lundi, plongeant la capitale soudanaise dans un «trou noir» digital. Les lignes de Sudatel, principal fournisseur d'accès au Soudan, ont arrêté de fonctionner en début d'après-midi selon l'AFP, précisant que des ambassades, des hôtels de luxe ainsi que de nombreux bureaux étaient affectés. Plusieurs autres villes du pays sont touchées, selon la même source.

La contestation, déclenchée en décembre dans un climat de crise économique aiguë, a affirmé que le mouvement de désobéissance civile continuerait jusqu'à ce qu'un pouvoir civil soit instauré. Fin mai, une grève générale de deux jours était parvenue à paralyser partiellement le pays. Les pourparlers entre militaires et meneurs de la contestation sont suspendus depuis le 20 mai, chaque partie voulant diriger la transition post-Béchir. (ats/nxp)

Créé: 10.06.2019, 21h38

Un émissaire américain se rend au Soudan

Le secrétaire d'Etat américain adjoint chargé de l'Afrique Tibor Nagy doit se rendre dans les prochains jours au Soudan pour appeler l'armée au pouvoir et les représentants de la contestation à la «reprise» du dialogue, a annoncé lundi le département d'Etat. Sa visite à Khartoum est prévue au cours d'une tournée africaine du 12 au 23 juin. «Il appellera à la fin des attaques contre les civils», a ajouté la diplomatie américaine dans un communiqué.

Galerie photo

Soudan: les manifestations ont eu raison d'Omar el-Béchir

Soudan: les manifestations ont eu raison d'Omar el-Béchir Le mouvement de contestation qui a éclaté le 19 décembre 2018 au Soudan s'est conclu par la démission du président au pouvoir depuis 30 ans.

Articles en relation

La «désobéissance civile» réprimée dans le sang

Soudan Le nouveau mot d'ordre lancé, samedi, par les contestataires soudanais enregistre déjà ses premières victimes. Plus...

Deux leaders de la contestation interpellés

Soudan Des hommes armés ont arrêté deux personnes importantes de la contestation au Soudan, a-t-on appris samedi. Plus...

L'espoir d'une transition étouffé dans le sang

Soudan Le rêve d'alternance véritable des Soudanais s’amenuise devant la répression des militaires, qui ont remplacé l'ancien président. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.