Le chef de l'ONU veut aider le Venezuela

DiplomatieAntonio Guterres a une nouvelle fois proposé d'incarner l'intermédiaire pour solutionner la crise politique au Venezuela.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réaffirmé lundi être prêt à servir d'intermédiaire pour négocier une solution à la crise politique au Venezuela, durant un entretien avec le ministre vénézuélien des Affaires étrangères.

M. Guterres a rencontré le chef de la diplomatie vénézuélienne Jorge Arreaza à New York, à la demande de Caracas, alors que perdure la crise politique entre le président Nicolas Maduro et le leader de l'opposition Juan Guaido.

«Le secrétaire général a réaffirmé que son offre de bons offices aux deux parties était toujours valable pour mener des négociations sérieuses afin d'aider le pays à sortir de l'actuelle impasse au bénéfice du peuple du Venezuela», a dit le porte-parole de l'ONU, Stephane Dujarric.

M. Guterres veut avoir l'accord des deux parties avant de passer à l'action. Selon des diplomates de l'ONU, le gouvernement de Nicolas Maduro est prêt à de tels pourparlers mais il n'est pas encore clair quelle est la position de Juan Guaido.

Un projet de résolution au Conseil de sécurité

Chef du Parlement vénézuélien, M. Guaido, s'est proclamé le 23 janvier président par intérim du Venezuela et a depuis été reconnu ou soutenu par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis. Il a déclaré le président Maduro un «usurpateur» en raison de sa réélection contestée, à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Washington a proposé au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution appelant le Venezuela à faciliter une aide humanitaire internationale et à s'engager vers un scrutin présidentiel. Le texte a suscité une contre-proposition de la Russie, un des alliés du pouvoir chaviste avec la Chine, la Turquie et l'Iran.

Le Venezuela est confronté à une grave crise économique marquée d'une hyperinflation ainsi que de pénuries de médicaments et de vivres. Selon l'ONU, 2,3 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015, fuyant la pire crise économique de l'histoire récente du pays pétrolier. (afp/nxp)

Créé: 12.02.2019, 06h07

L'opposition appelle à manifester ce mardi

Les Vénézuéliens sont appelés à descendre dans la rue mardi par l'opposition et son chef de file Juan Guaido, afin de maintenir la pression sur les militaires pour qu'ils désobéissent au président Nicolas Maduro et laissent entrer l'aide humanitaire dans le pays. Il s'agira de la troisième mobilisation convoquée par Juan Guaido après celles du 23 janvier et 2 février. «Nous allons nous mobiliser dans tout le pays pour obtenir l'entrée de l'aide humanitaire qui permettra de répondre à la crise», a déclaré M. Guaido, reconnu ou soutenu comme président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays. Il a indiqué que 120'000 personnes s'étaient portées volontaires depuis le week-end pour participer à l'acheminement de l'aide.

Articles en relation

Un colonel vénézuélien reconnaît Juan Guaido

Venezuela Un haut gradé de l'armée s'est rangé aux côtés du président autoproclamé dimanche, désormais reconnu par une cinquantaine de pays. Plus...

Guaido réfléchit à une intervention militaire

Venezuela Alors que Maduro bloque l'aide humanitaire, Juan Guaido n'est pas contre une intervention américaine pour le faire partir. Plus...

«Le plus grand dilemme est la paix ou la guerre»

Venezuela Une réunion internationale entre Européens et Latino-américains se tient à Montevideo pour tenter de trouver une issue à la crise au Venezuela. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.