Le fils de l'ex-président dément toute corruption

Afrique du SudDuduzane Zuma, le fils de l'ex-président Jacob Zuma, a démenti lundi devant une commission d'enquête les accusations de corruption qui pèsent sur lui.

Jacob Zuma s'était défendu bec et ongles des accusations de corruption qui l'ont contraint à la démission début 2018.

Jacob Zuma s'était défendu bec et ongles des accusations de corruption qui l'ont contraint à la démission début 2018. Image: archive/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le fils de l'ex-président sud-africain Jacob Zuma a fermement démenti lundi devant une commission d'enquête avoir participé à une entreprise de corruption reprochée à une sulfureuse famille d'hommes d'affaires pendant le règne de son père.

Duduzane Zuma, 35 ans, est accusé d'avoir participé en octobre 2015 à une rencontre au cours de laquelle un des membres de cette famille, Ajay Gupta, avait proposé le poste de ministre des Finances à Mcebisi Jonas, alors vice-ministre.

L'an dernier, M. Jonas avait expliqué devant cette même commission, dirigée par le vice-président de la Cour constitutionnelle Raymond Zondo, que le maroquin lui avait été offert en échange de son obéissance aux instructions des Gupta et de 600 millions de rands (38 millions d'euros).

Le fils Zuma a affirmé lundi que «aucune offre n'avait été faite» lors de cette entrevue. «La réunion a eu lieu», a-t-il affirmé, mais «les Gupta n'y étaient pas présents». Il a tout aussi catégoriquement nié que Mcebisi Jonas avait été menacé de mort après avoir refusé la proposition d'Ajay Gupta, ainsi qu'il l'a affirmé.

«Calmonie» et «conspiration»

Lors de son audition par la commission en juillet, Jacob Zuma s'était défendu bec et ongles des accusations de corruption qui l'ont contraint à la démission début 2018, criant à la «calomnie» et à une mystérieuse «conspiration» pour l'éliminer.

Son fils a enfourché la même ligne de défense lundi.«je trouve très intéressant d'être accusé d'avoir participé à ces réunions alors que je n'y ai jamais rien dit», a regretté M. Zuma.

En janvier dernier, le parquet général avait annoncé la suspension des poursuites visant Duduzane Zuma dans l'affaire de la rencontre de 2015, le temps de laisser les protagonistes témoigner devant la commission Zondo. (afp/nxp)

Créé: 07.10.2019, 18h44

Articles en relation

Zuma ne veut plus coopérer à l'enquête

Afrique du Sud L'ancien président sud-africain, soupçonné de corruption pendant son mandat, a décidé ne plus vouloir collaborer dans l'enquête. Il dénonce un «complot». Plus...

«On m'a présenté comme le roi des corrompus»

Jacob Zuma L'ancien président sud-africain crie à la calomnie devant une commission anticorruption. Plus...

Le Parquet veut toujours poursuivre Jacob Zuma

Afrique du Sud L'ex-chef de l'Etat sud-africain est soupçonné d'avoir touché 4 millions de rands (291'000 francs au cours actuel) de pots-de-vin du groupe français de défense Thales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.