Le parti au pouvoir en tête des législatives

ArménieSelon les premiers résultats partiels des législatives, le Parti républicain du président Sarkissian recueillait 50,43% des voix.

Selon les premiers dépouillements, le Parti républicain du président Sarkissian arrivait en tête avec 55,9% des voix, contre 25,4% pour l'opposition menée par Gaguik Tsaroukian. (Dimanche 2 avril 2017)

Selon les premiers dépouillements, le Parti républicain du président Sarkissian arrivait en tête avec 55,9% des voix, contre 25,4% pour l'opposition menée par Gaguik Tsaroukian. (Dimanche 2 avril 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le parti au pouvoir en Arménie arrive largement en tête des élections législatives organisées dimanche dans cette ex-république soviétique, selon des résultats partiels de la Commission électorale centrale portant sur la moitié des bureaux de vote.

Ces législatives sont les premières organisées en Arménie après une réforme constitutionnelle controversée visant à instaurer un régime parlementaire.

Alors que les bulletins avaient été dépouillés dans 50,4% des bureaux de vote, le Parti républicain du président arménien Serge Sarkissian arrivait en tête avec 50,43% des voix, et la coalition d'opposition menée par l'homme d'affaires Gaguik Tsaroukian obtenait 28,29%, a indiqué lundi la Commission électorale centrale.

«Selon les premiers résultats des élections, le Parti républicain a toutes les chances de former le nouveau gouvernement», a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole du parti, Edouard Charmazanov.

60% de participation

Le parti nationaliste Dachnaktsoutioun obtenait 6,88% des voix, selon ces mêmes résultats partiels, et devrait donc lui aussi entrer au Parlement. Le taux de participation a été de 60,86%.

Avant la publication de ces résultats partiels, un sondage effectué à la sortie des bureaux de vote après leur fermeture dimanche à 16h00 GMT, réalisé par l'Association des Sociologues d'Arménie et le groupe Baltic Surveys/Gallup International, attribuait 46% des voix au Parti républicain et 25% à la coalition de l'opposition.

Le scrutin, surveillé par les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), constitue un test pour la démocratie dans cette ancienne république soviétique de 2,9 millions d'habitants qui n'a jamais connu un transfert de pouvoir à l'opposition via un processus électoral.

Gaguik Tsaroukian, l'un des hommes d'affaires les plus riches du pays, a bâti sa campagne sur des promesses de réduire les prix du gaz et de l'électricité et d'augmenter les salaires des fonctionnaires et les retraites. Le Parti républicain, dont la tête de liste est le ministre de la Défense, Viguen Sarkissian, a prôné la «sécurité et le progrès» pour l'Arménie.

Au total, cinq partis et quatre coalitions étaient en lice pour 101 sièges du Parlement. Dans ce scrutin proportionnel, un parti doit obtenir 5% pour être représenté au Parlement, tandis qu'une coalition doit obtenir au moins 7%.

«Nombreuses irrégularités»

L'opposition a fait état de fraudes. Le ministère de l'Intérieur a annoncé dimanche à la mi-journée avoir reçu 320 plaintes pour violations des procédures du vote.

«Nous avons observé de nombreuses irrégularités dans les bureaux, des violations du secret du vote, et des votes multiples», a déclaré à l'AFP Hovsep Khourchoudian, un dirigeant d'une des coalitions d'opposition.

Pendant la campagne électorale, la délégation de l'Union européenne en Arménie et l'ambassade des Etats-Unis ont exprimé dans un communiqué commun leur «inquiétude face aux informations faisant état d'intimidation des électeurs, d'achat de votes et de l'utilisation des ressources de l'administration en faveur de certains partis».

«J'ai voté pour le Parti républicain, parce que le Premier ministre Karen Karapetian est un homme énergique avec des idées neuves», a déclaré Svetlana Sarkissian, 37 ans, à la sortie d'un bureau de vote à Erevan. En revanche, Garnik Mnatsakanian, 69 ans, dit avoir «voté pour Tsaroukian parce qu'il se préoccupe vraiment de la vie des gens ordinaires».

Un référendum contesté

La plupart des partis en lice ont fait campagne sur des thèmes comme les emplois, les salaires, les retraites, dans un pays où près de 30% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Le souvenir des violences post-électorales qui ont secoué le pays il y a huit ans est encore présent, et le gouvernement a promis de tenir cette fois un scrutin exemplaire pour élire «un Parlement en qui la société aura confiance». Le président Serge Sarkissian, dont l'élection en 2008 a donné lieu à des affrontements entre la police et des partisans de l'opposition ayant fait 10 morts, a assuré à l'AFP avoir fait «d'énormes efforts pour que le vote crucial (de dimanche) soit impeccable».

La réforme constitutionnelle de 2015, initiée par le président et adoptée à l'issue d'un référendum contesté, prévoit de diminuer les pouvoirs de l'exécutif et d'accroître ceux du Parlement après la fin du second et dernier mandat de Serge Sarkissian, fin 2018. L'opposition y voit surtout une façon de permettre à Serge Sarkissian, 62 ans, de maintenir son emprise sur le pays en changeant de casquette l'année prochaine, prenant la direction effective de son parti politique. (afp/nxp)

Créé: 03.04.2017, 04h05

Articles en relation

L'avenir de Sarkissian va se jouer aux législatives

Arménie Les Arméniens vont se rendre aux urnes dimanche. Plus...

Affrontements meurtriers au Nagorny Karabakh

Azerbaïdjan Plusieurs soldats ont perdu la vie dans la zone frontière avec l'Arménie, samedi. Plus...

Sommet Arménie-Azerbaïdjan après les violences

Nagorny-Karabakh Une médiation internationale débute lundi à Vienne pour trouver un accord. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...