Le prince William en visite à Christchurch

Nouvelle-ZélandeA Christchurch, le prince William a rendu hommage vendredi à la réaction des Néo-Zélandais après le carnage des mosquées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le prince William a rencontré vendredi à Christchurch des survivants du carnage commis le 15 mars dans des mosquées de la ville, et rendu hommage à la réaction «remarquable» des Néo-Zélandais après cette tragédie.

Environ 160 personnes étaient rassemblées à la mosquée al-Nour pour la venue du petit-fils de la reine Elizabeth II, laquelle est officiellement la cheffe de l'Etat néo-zélandais. Six semaines après la mort de 50 fidèles musulmans tués par un suprémaciste blanc australien, le prince William a dit être aux côtés des Néo-Zélandais, des habitants de Christchurch et des musulmans.

Cet «acte de violence était destiné à changer la Nouvelle-Zélande mais vous avez montré dans le deuil de la Nation la profondeur de votre empathie, de votre compassion, de votre chaleur et de votre amour», a-t-il dit en arrivant à la mosquée après avoir rencontré les médecins et infirmiers qui s'étaient occupés des blessés le jour du carnage.

«Vous êtes restés debout, ensemble»

«Dans un moment de vive douleur, vous êtes restés debout, ensemble. Vous avez montré quelque chose de remarquable en réaction à la tragédie», a-t-il relevé. «Je veux vous dire ma gratitude pour ce que vous avez enseigné au monde ces dernières semaines. Je partage votre optimisme, (...) votre deuil». «Puissent les forces de l'amour toujours prévaloir sur les forces de la haine (...) Il faut combattre l'extrémisme sous toutes ses formes», a-t-il ajouté.

Un impressionnant dispositif de sécurité était en place, avec des hélicoptères survolant le quartier. Le prince avait été accueilli à la mosquée par l'imam Gamel Fouda, la Première ministre Jacinda Ardern et Farid Ahmed, un rescapé dont l'épouse a été abattue le 15 mars.

Cet homme en fauteuil roulant avait ému le monde entier, en préconisant au nom de sa religion l'amour et la pitié. «Je choisis la paix et j'ai pardonné», avait-il déclaré devant des dizaines de milliers de personnes à Christchurch lors d'une cérémonie du souvenir. «Nous devons entretenir l'espérance et ne pas nous abandonner à la haine», a-t-il dit au prince.

Le prince William, qui s'était déjà rendu à Christchurch dans la foulée du séisme qui avait fait 185 morts en 2011, achèvera vendredi sa brève visite en déposant une gerbe au mémorial érigé après ce tremblement de terre. (afp/nxp)

Créé: 26.04.2019, 05h08

Articles en relation

Visa permanent pour les familles des victimes

Attaques en Nouvelle-Zélande Le ministère néo-zélandais de l'Immigration proposera aux familles des victimes de l'attentat de Christchurch un statut de résident permanent. Plus...

Le groupe État islamique revendique les attentats

Sri Lanka L'organe de propagande de Daech dit avoir été aux commandes des actes terroristes qui ont frappé l'île dimanche. Colombo a établi qu'il s'agissait de représailles aux tueries de Christchurch. Plus...

Christchurch: un homme insulte des musulmans

Nouvelle-Zélande Après avoir insulté des fidèles devant l'une des mosquées où un suprémaciste avait commis un attentat, il a plaidé coupable. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.