Le roi d'Espagne est arrivé en Irak

Moyen-OrientLa visite du roi d'Espagne Felipe VI en Irak marque la première du genre depuis 40 ans à Bagdad. Il doit rencontrer le président irakien.

Avec la visite de Felipe VI, c'est la première fois en 40 ans qu'un roi d'Espagne se rend en Irak.

Avec la visite de Felipe VI, c'est la première fois en 40 ans qu'un roi d'Espagne se rend en Irak. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le roi d'Espagne Felipe VI est arrivé mercredi en Irak pour la première visite d'un monarque espagnol en quatre décennies, au cours de laquelle il a rencontré les forces spéciales déployées dans le pays, a indiqué à l'AFP une source diplomatique.

Felipe VI a ensuite rencontré le président irakien Barham Saleh, dont le pays s'est proclamé fin 2017 vainqueur du groupe Etat islamique (EI) mais où les troupes irakiennes et de la Coalition internationale continuent de mener des frappes contre les djihadistes .

L'Espagne, qui s'était engagée aux côtés des Etats-Unis en 2003 lors de l'invasion ayant renversé le dictateur Saddam Hussein, dispose d'un contingent au sein de la coalition anti-EI.

Après avoir appuyé les troupes irakiennes qui sont parvenues à chasser l'EI de l'ensemble des centres urbains du pays, des instructeurs militaires étrangers sont toujours présents, dont plusieurs centaines d'Espagnols.

Ballet diplomatique

Cette visite intervient alors que de nombreux dirigeants se sont succédé en Irak depuis le début du mois. Après la visite aux troupes américaines du président Donald Trump -qui n'a rencontré aucun officiel irakien-, le roi Abdallah II de Jordanie s'est rendu à Bagdad pour une première visite depuis une décennie.

Avant lui, les chefs de diplomatie des deux grands alliés de l'Irak, l'Iran et les Etats-Unis, eux-mêmes grands ennemis, ont rencontré les dirigeants irakiens. Leurs homologues en charge de l'Energie sont également venus en Irak, deuxième producteur de l'OPEP.

Lors de toutes ces rencontres, la question de l'EI a été évoquée alors que l'annonce du retrait des 2000 soldats américains stationnés en Syrie par M. Trump avait suscité la surprise générale.

La plupart des troupes des pays de la coalition antijihadistes, Etats-Unis en tête, se trouvent désormais en Irak, où elles interviennent parfois en territoire syrien depuis la longue frontière désertique qui sépare l'Irak de la Syrie en guerre.

Le bloc pro-Iran au sein des autorités irakiennes pousse désormais pour un calendrier de retrait des troupes étrangères, notamment américaines. Un projet a été soumis au Parlement et pourrait être examiné en mars. (ats/nxp)

Créé: 30.01.2019, 08h58

Articles en relation

Un joyau architectural détruit à Mossoul

Irak Utilisé comme lieu de châtiment par le groupe Etat Islamique, un chef-d'œuvre de l'architecture irakienne va être détruit. Plus...

Après l'Irak, Mike Pompeo arrive en Egypte

Moyen-Orient Le secrétaire d'Etat américain a rencontré le président du parlement, Mohammed al-Halboussi, ainsi que d'autres responsables irakiens. Plus...

L'Irak a condamné plus de 600 étrangers en 2018

Moyen-Orient La plupart des femmes condamnées par la justice irakienne sont Turques ou originaires des anciennes républiques de l'Union soviétique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.