Le sang a coulé durant les troubles en Tunisie

Lutte de pouvoirSeon un dernier bilan, un policier a été tué et 59 autres blessés dans les heurts qui ont eu lieu en Tunisie après l’assassinat mercredi de l’opposant Chokri Belaïd.

Le meurtre de Chokri Belaïd (des manifestants brandissent des portraits de l'opposant assassiné) a aggravé la crise politique en Tunisie.

Le meurtre de Chokri Belaïd (des manifestants brandissent des portraits de l'opposant assassiné) a aggravé la crise politique en Tunisie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un policier a été tué et 59 autres blessés dans les troubles qui ont eu lieu en Tunisie après l’assassinat mercredi de l’opposant Chokri Belaïd, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un bilan diffusé tard samedi soir. Et 375 personnes ont été arrêtées.

Le ministère, qui ne dresse pas de bilan des civils dans son communiqué, a également fait état d’une dizaine de postes des forces de l’ordre attaqués entre mercredi et vendredi.

Il n’indique pas non plus combien de bureaux du parti islamiste au pouvoir ont été attaqués, saccagés ou incendiés dans les heurts, alors que l’AFP en a recensé une dizaine.

Le meurtre de Chokri Belaïd a aggravé la crise politique en Tunisie, le premier ministre Hamadi Jebali défiant son parti islamiste au pouvoir, Ennahda. Il a annoncé vouloir constituer un gouvernement de technocrates avant le milieu de la semaine prochaine et que s’il échouait, il démissionnerait.

Créé: 10.02.2013, 11h39

Dossiers

Articles en relation

Les islamistes au pouvoir en Tunisie devront partir

Crise Le Premier ministre Hamadi Jebali a annoncé que les islamistes de son parti placés à la tête de certains ministères seront remplacés par des indépendants. Plus...

Des islamistes d'Ennahda manifestent contre «l’ingérence française»

Tunisie Les jeunesses du parti Ennahda ont appelé à manifester en plein cœur de Tunis, qui a été ces derniers jours le théâtre de violences entre opposants en colère et policiers. Ils condamnent la politique de la France dans la région. Plus...

La Tunisie vit dans la crainte de nouvelles violences

Tensions La police a déployé un important dispositif de sécurité dans le centre de Tunis au lendemain de l'assassinat d'une figure de l'opposition. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.