Les Américains se méfient de Kaspersky

CybersécuritéDes responsables américains ont émis jeudi des doutes sur le géant de la sécurité informatique ayant son siège à Moscou.

Yevgeny Kaspersky devant le Kremlin en 2009. (Archive)

Yevgeny Kaspersky devant le Kremlin en 2009. (Archive) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De hauts responsables de la sécurité et du renseignement américains ont fait publiquement part jeudi de leurs doutes concernant le géant de la sécurité informatique Kaspersky Lab, en raison de ses liens présumés avec Moscou.

Cette société privée ayant son siège à Moscou propose des antivirus et d'autres logiciels censés protéger les ordinateurs contre des piratages, mais certains redoutent que ces outils servent au contraire à espionner.

«Nous sommes très préoccupés et nous nous concentrons sur ce sujet», a confié le chef du FBI par intérim, Andrew McCabe, interrogé sur Kaspersky lors d'une audition devant une commission parlementaire spécialisée dans le renseignement.

Vincent Stewart, un haut gradé de l'Agence du renseignement de la défense, fonctionnant sous la juridiction du ministère américain de la Défense, a lui assuré que son administration évitait de s'équiper chez Kaspersky.

La société dément tout lien avec le Kremlin

Le directeur de l'agence de renseignement américaine NSA, Mike Rogers, s'est dit lui «conscient» du problème posé par la société fondée en 1997 par Eugène Kaspersky, devenue une multinationale avec 3600 salariés et quelque 400 millions de clients.

Les patrons de la CIA et de la National Geospatial Intelligence Agency, ainsi que le directeur du renseignement national ont également exprimé leur méfiance concernant Kaspersky Lab, alors que des pirates informatiques russes sont suspectés d'avoir influencé la présidentielle de 2016 aux Etats-Unis.

Dans un communiqué publié jeudi, la société a démenti tout lien avec le gouvernement russe. «La société n'a jamais aidé, et n'aidera jamais, un quelconque gouvernement dans ses efforts d'espionnage», a assuré Kaspersky.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, Michael Flynn, a été rémunéré 11'250 dollars en octobre 2015 par la filiale américaine de Kaspersky Lab. Il avait été poussé à la démission le 13 février après la révélation de contacts répétés avec l'ambassadeur russe à Washington. (afp/nxp)

Créé: 11.05.2017, 23h48

Articles en relation

Campagne russophone de cyberespionnage

Europe de l'Est Le spécialiste russe de la lutte anti-virus Kaspersky Lab a annoncé lundi avoir détecté une campagne de cyberespionnage visant depuis cinq ans des pays d'Europe de l'Est et de l'ex-URSS. Plus...

Apple est-il plus vulnérable que Microsoft?

Sécurité La firme à la pomme est responsable de deux des principales failles de sécurité au troisième trimestre 2012, selon l’éditeur d’antivirus Kaspersky. Microsoft n’apparaît pas dans le top 10. Plus...

Découverte d'un virus informatique très dangereux

Internet L’éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky Lab a annoncé avoir identifié un nouveau virus informatique au potentiel destructeur inégalé, utilisé comme une "cyber-arme" contre plusieurs pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...