Les aveux de l’expert chimique de Daech

Moyen-OrientUn cadre des djihadistes capturé par les nouvelles forces spéciales déployées par le Pentagone a révélé deux sites secrets.

Grâce aux précieuses informations, des raids aériens ciblés ont pu être menés sur des sites chimiques aux mains de Daech.

Grâce aux précieuses informations, des raids aériens ciblés ont pu être menés sur des sites chimiques aux mains de Daech. Image: HANDOUT/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sleiman Daoud al-Afari a parlé. Si l’on en croit les sources du New York Times, cet homme capturé le mois dernier dans le nord de l’Irak par une unité des forces spéciales étasuniennes serait en fait l’un des principaux experts en armes chimiques du groupe Etat islamique (Daech). Et les informations qu’il a fournies auraient permis de mener, la semaine passée, des frappes aériennes sur deux sites chimiques des djihadistes. Des cibles «cruciales», selon CNN.

Il semble bien que Daech, en effet, dispose de gaz moutarde et en fait usage. Des sources proches de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont confirmé en février l’utilisation d’ypérite en août dans le nord de l’Irak et de la Syrie. Le coordonnateur du renseignement étasunien James Clapper et le directeur de la CIA John Brennan ont ouvertement accusé Daech de ces attaques. Banni par l’ONU en 1993, le gaz moutarde provoque des détresses respiratoires, une cécité momentanée et des cloques très douloureuses.

Un commando pour capturer les cadres djihadistes

Par ailleurs, ce jeudi des centaines d’habitants de Taza, ville du nord de l’Irak, ont bloqué une autoroute pour protester contre l’inaction de l’armée face aux roquettes lancées quotidiennement par Daech. Des roquettes qui contiendraient du chlore. «Le gaz était de couleur argentée et laissait parfois quelques gouttes de liquide là où il se déposait», a affirmé à l’AFP un responsable de la sécurité sous couvert d’anonymat. Environ 200 personnes ont dû être prises en charge médicalement.

La capture de Sleiman Daoud al-Afari, qui aurait jadis été expert chimique dans l’armée de Saddam Hussein, est le premier trophée de la nouvelle unité des forces spéciales déployée par le Pentagone. Nommée ETF, pour «Expeditionary Targeting Force», elle doit capturer ou tuer des cadres de Daech. Selon le New York Times, elle comprendrait 200 soldats d’élite. (24 heures)

Créé: 10.03.2016, 20h55

Articles en relation

Le groupe EI a utilisé des armes chimiques

CIA Le groupe djihadiste, aurait eu recours à des armes chimiques à plusieurs reprises, selon différentes sources. Plus...

Les bombes de Daech sont fabriquées avec des composants peu surveillés

Armement Des transistors fabriqués par STMicroelectronics, une société basée à Plan-les-Ouates (GE), ont été trouvés en Irak. Comment est-ce possible? Plus...

Daech menace les fondateurs de Facebook et Twitter

Terrorisme Mark Zuckerberg et Jack Dorsey sont dans le collimateur du groupe djihadiste en représailles à la suppression de milliers de ses comptes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...