Les données du patron de FB ont été détournées

Cambridge analyticaLe boss de Facebook était entendu par les parlementaires américains, mercredi, pour le deuxième jour consécutif.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mark Zuckerberg a de nouveau défendu mercredi devant les parlementaires américains le modèle économique de Facebook, empêtré dans un scandale de manipulation et de détournement de données personnelles. Il a toutefois affirmé qu'il n'était pas hostile à une régulation de l'internet, l'estimant «inévitable».

«L'importance de l'internet grandit dans le monde et je pense inévitable une certaine forme de régulation», a-t-il dit. Celle-ci devait cependant être «étudiée attentivement» pour ne pas entraver les petites sociétés.

Mark Zuckerberg n'en finit plus de s'excuser depuis la révélation du scandale Cambridge Analytica mi-mars, qui a nui fortement à l'image du groupe et fait baisser son titre en Bourse.

Cinq heures d'audition

Selon Facebook, les données de quelque 87 millions d'utilisateurs -y compris les siennes, a admis Mark Zuckerberg- se sont retrouvées entre les mains de la société d'analyse de données avant que Facebook commence à instaurer des restrictions en 2014. La firme britannique a ensuite travaillé pour la campagne du candidat républicain à la présidentielle américaine de 2016, Donald Trump.

Il a dû affronter pendant près de cinq heures le flot de questions des membres d'une commission de la Chambre des représentants particulièrement remontés. Citant les excuses successives faites par le jeune PDG ces dernières années, la démocrate Jan Schalkowsky a lancé: «cela me prouve que l'auto-régulation ne marche pas».

«La seule façon de résoudre ce problème de confiance est à travers une législation qui crée et donne les moyens à une agence extérieure et suffisamment équipée, avec une autorité législative de protéger la vie privée digitale et qui assure que les sociétés protègent les données de nos utilisateurs», a renchéri le démocrate Mike Doyle.

Utilisateurs responsables

Auparavant, Mark Zuckerberg avait assuré que les 2,2 milliards d'utilisateurs de Facebook étaient responsables des contenus qu'ils postaient. «Chaque fois que quelqu'un choisit de partager quelque chose sur Facebook, il le fait en allant sur le service et en choisissant de partager une photo ou écrire un message. A chaque fois, il y a un contrôle», a-t-il assuré.

La question est de savoir comment sont utilisés les contenus personnels. Le milliardaire de 33 ans, qui a déjà passé cinq heures la veille à répondre aux questions des sénateurs, a toutefois admis avoir échoué à suffisamment protéger la vie privée des utilisateurs, annonçant des mesures de contrôles supplémentaires.

Il a admis que son réseau avait été «lent» à identifier les achats de publicité politique venus de Russie pendant la campagne électorale. Il a toutefois assuré que Facebook faisait «de mieux en mieux» pour supprimer les faux comptes.

Le procureur spécial Robert Mueller enquête depuis mai 2017 sur une possible collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et des responsables russes pour influencer le scrutin. Il estime qu'internet et en particulier Facebook a servi de plateforme à une vaste opération de propagande pour favoriser la victoire du magnat de l'immobilier.

«Des avertissements partout»

Dénonçant un «désastre», le représentant Frank Pallone avait affirmé en début d'audition que le Congrès devait «prendre des mesures immédiates pour protéger notre démocratie». «Les avertissements étaient partout, pourquoi personne ne les a vus?», a-t-il demandé.

Mais Mark Zuckerberg a évité de répondre directement à la question d'une élue qui lui demandait s'il était prêt à changer le modèle économique de Facebook, actuellement un réseau social gratuit financé par la publicité, «dans l'intérêt de la protection de la vie privée». «Je ne suis pas sûr de ce que cela veut dire», a-t-il commenté.

Il a également salué la prochaine entrée en vigueur, le 25 mai, du nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles, appelé «RGPD». Il a affirmé que Facebook tenterait d'offrir la même protection aux utilisateurs du monde entier «aussi vite que possible».

Il avait déjà fait la veille devant le Sénat des commentaires similaires sur le RGPD qui lui ont valu mercredi les remerciements ironiques de Vera Jourova, la commissaire à la Justice et à la Protection des consommateurs: «Je cherchais comment faire campagne pour notre règlement sur la protection des données. Voilà, c'est fait». (ats/nxp)

Créé: 11.04.2018, 18h36

Articles en relation

Zuckerberg: «C'était mon erreur et je suis désolé»

Facebook Critiqué pour avoir été laxiste sur la protection des données, le patron du réseau social s'est exprimé devant le Sénat. Plus...

Zuckerberg s’apprête à «suer à grosses gouttes»

Scandale Facebook Le patron de Facebook va répondre pour la première fois aux questions de parlementaires américains très remontés. Plus...

«L'heure de rendre des comptes approche»

Scandale Facebook Mark Zuckerberg, patron de Facebook, répondra mardi et mercredi pour la première fois aux questions des parlementaires américains, très remontés contre le réseau social. Plus...

Le scandale s'amplife, Zuckerberg se justifie

Scandale Facebook Le PDG de Facebook, qui sera auditionné le 11 avril en lien avec le scandale Cambridge Analytica, assure être à sa place à la tête de Facebook. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.