Les médias du monde parlent de Bouteflika et de Genève

Revue de presseDe nombreux médias citent la «Tribune de Genève» et amènent d'autres éclairages sur la crise algérienne.

Très affaibli depuis son AVC en 2013, le président Bouteflika est soigné à Genève.

Très affaibli depuis son AVC en 2013, le président Bouteflika est soigné à Genève. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La presse internationale cite largement l'information de la «Tribune de Genève» sur l'hospitalisation du président algérien Abdelaziz Bouteflika aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Plusieurs journaux apportent d'autres éclairages sur le mouvement de rejet d'un cinquième mandat du président qui aura 82 ans, samedi.

Selon le site d'information marocain «Le 360», «les couloirs de l'hôpital cantonal de Genève sont, depuis dimanche 24 février, le théâtre d'intenses allers et venues des proches collaborateurs de Bouteflika, dont son frère Saïd. Des bruits circulent, évoquant plusieurs noms qui se poseraient en potentiels successeurs au président octogénaire sortant, très amoindri par la maladie, usé par vingt ans de pouvoir, devenu de surcroît la cible d'une vive contestation populaire, depuis l'annonce de sa candidature à un cinquième mandat de tous les dangers.»

Afrik.com a contacté Ali Benouari, ancien ministre algérien du Trésor, président d’Ecofinance, une société de conseil, actuellement en Suisse. Ce dernier a révélé que le Président algérien est «arrivé avec son frère Saïd Bouteflika et je ne pense pas qu’il pourra repartir rapidement en Algérie. Il est à bout de souffle. Il ne parle plus. Il est en permanence sous perfusion». Laissant sous-entendre l’état, pas des meilleurs, dans lequel le Président algérien a été transporté en Suisse.

Dans une interview parue dans le «Figaro» de l'écrivain algérien Boualem Sansal, intitulé «Les jeunes exècrent le régime mais l'Algérie a peur d'une autre guerre civile», il s'inquiète de la suite des événements: «De telles manifs dans toutes les villes du pays et jusque dans la capitale, pas loin d'el-Mouradia (le quartier du palais présidentiel), des Tagarins (le quartier du ministère de la Défense), d'Alger-Centre (le quartier du palais du gouvernement), est une insupportable humiliation pour le président, ses frères, son armée, sa police, ses députés, ses sénateurs, ses oligarques, ses fonctionnaires, ses milices d'appoint, bref la «Famille révolutionnaire» (c'est le nom qu'ils se donnent) à qui jamais personne n'a manqué de respect sans le payer de sa vie. Leur silence a un air de veillée d'armes qui n'augure rien de bon.»

Le site TSA note en titre «Séjour médical de Bouteflika: déjà cinq jours», citant largement les informations de la «Tribune de Genève»

Pour «La Liberté», quotidien d'Alger, «il est désormais établi — et il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir — que le 5e mandat est un mandat contre l’Algérie et son peuple. Et les marches du vendredi 22 février dans toutes les régions du pays, l’ébullition des campus et l’implication de plus en plus assumée des élites et des corporations socioprofessionnelles dans la protestation contre la prolongation du règne du Président sortant en sont la preuve irréfutable. La rue, réceptacle des colères trop longtemps réprimées ou contenues, a parlé dans un langage clair qui ne peut prêter à aucune interprétation.»

Dans le quotidien communiste français, «L'Humanité», de jeunes Algériens témoignent: «Ce pays ne m’a rien donné… je partage mes journées entre la zatla (fumer du cannabis), quand je trouve les moyens, et les discussions sans fin avec les copains. Que veux-tu que je fasse de mes 20 ans?» soupire Hamid, rencontré à la veille de la «grande marche pacifique» de ce vendredi dans le quartier algérois de Bab El Oued, jadis fief du Front islamique du salut (FIS). À quelques encablures, Farouk, 30 ans, prend une pause devant un local en chantier. Il est manœuvre. «J’ai la chance de bosser ici. Je suis mal payé, mais j’y tiens car j’ai un enfant. Je souhaite qu’il vive mieux que moi. Mais comment est-ce possible dans un pays où la construction d’une mosquée gigantesque engloutit des centaines de milliards de dinars alors que les hôpitaux sont laissés à l’abandon?» Farouk n’a plus un brin d’optimisme. La manif? «Bien sûr que j’y serai! Comme tout le monde», conclut-il en allant reprendre sa tâche.

Interrogé par BFMTV, l'historien Benjamin Stora est revenu sur les manifestations en Algérie contre un nouveau mandat du président Bouteflika. Selon lui, «Ce n'est pas la personnalité de Bouteflika, c'est le 5e mandat qui ne passe pas».

Selon Annabelle Durand, journaliste à la Radio télévision suisse, «depuis 2013, le président Abdelaziz bouteflika ne s’est pas adressé à la population parce qu’il en est incapable, il a passé des mois alité».

Devant l’hôpital le chef d’État algérien est soigné, la journaliste suisse s’est interrogée: «À l’heure où Les dirigeants des pays démocratiques doivent signaler la moindre petite intervention chirurgicale, ils doivent justifier de leur capacité à gouverner, on voit mal comment l’entourage du président Abdelaziz Bouteflika peut encore maintenir ce secret qui devient de plus en plus lourd à porter.»

Le site Observ'Algérie cite la RTS. Selon Annabelle Durand, journaliste à la Radio télévision suisse, «depuis 2013, le président Abdelaziz bouteflika ne s’est pas adressé à la population parce qu’il en est incapable, il a passé des mois alité». Devant l’hôpital le chef d’État algérien est soigné, la journaliste suisse s’est interrogée: «À l’heure où Les dirigeants des pays démocratiques doivent signaler la moindre petite intervention chirurgicale, ils doivent justifier de leur capacité à gouverner, on voit mal comment l’entourage du président Abdelaziz Bouteflika peut encore maintenir ce secret qui devient de plus en plus lourd à porter.» Les Algériens rencontrés par cette journaliste ont confirmé qu’ils «ne veulent pas être la risée du monde. Ils refusent ce cinquième mandat, cette mascarade, au-delà de cela, ce système clanique.»

Le site Middleeast anglophone citant la Tribune de Genève écrit que «le président algérien Abdelaziz Bouteflika, reste dans un hôpital suisse alors que le pays proteste de plus en plus contre sa candidature à un cinquième mandat, a rapporté mercredi Tribune de Geneve. Citant ce qu'il qualifie de sources multiples et bien informées, le TdG a indiqué que M. Bouteflika était aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) depuis dimanche. HUG est un hôpital public universitaire mais dispose d’une aile privée pouvant accueillir des personnalités en quête de confidentialité, selon le site Web de l’hôpital. Un porte-parole des HUG a refusé de commenter le rapport. Bouteflika, qui utilise un fauteuil roulant et a rarement été vu en public depuis son accident vasculaire cérébral en 2013, a annoncé le 10 février qu'il se représenterait lors du vote du 18 avril. Âgé de 81 ans, il a reçu à plusieurs reprises des soins médicaux en Suisse depuis les années 1980.»

Créé: 01.03.2019, 15h15

Articles en relation

«Les jeunes exècrent le régime mais l'Algérie a peur d'une autre guerre civile»

Crise politique L'écrivain algérien Boualem Sansal se réjouit des manifestations contre un cinquième mandat de Bouteflika, mais redoute la réaction du régime et des islamistes. Plus...

La somptueuse demeure de l'Algérie à Genève

Algérie L’homme d’État, qui compterait briguer un cinquième mandat à la tête de l’Algérie, est hospitalisé aux HUG. Le pays maghrébin est solidement installé à Genève. Plus...

«Si Bouteflika est hospitalisé aux HUG, c'est que son état de santé est problématique»

Algérie Si la pression s’accentue, il sera très difficile pour le pouvoir algérien de maintenir le statu quo, estime le politologue Hasni Abidi. Plus...

Six points clés pour comprendre la crise autour de Bouteflika

Afrique du nord Armée, services secrets, réseaux sociaux, soutiens et ennemis du président, quels sont les acteurs de la crise en Algérie? Analyse. Plus...

Bouteflika est soigné aux Hôpitaux universitaires de Genève

Politique Le président algérien est à Genève depuis dimanche. Selon nos informations, il se trouve aux HUG. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...