Les tabloïds taclent «la duchesse capricieuse»

Grande-BretagneL'épouse du prince Harry s'attire désormais les foudres de la presse britannique pour son caractère prétendument difficile.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La lune de miel tire à sa fin pour Meghan Markle, ex-actrice devenue duchesse de Sussex en épousant le prince Harry, à en croire la volée de critiques que lui envoient les tabloïds britanniques.

Six mois après une cérémonie de mariage digne d'un conte de fée, qui a rassemblé la famille royale au château de Windsor et ébloui la planète, la métisse américaine de 37 ans a hérité du sobriquet de «duchesse capricieuse» (Duchess Difficult).

Vent de fraîcheur

Louée pour avoir fait souffler un petit vent de fraîcheur sur une institution confite de traditions, ses méthodes sont aujourd'hui remises en cause en raison d'une série de démissions au sein du personnel de la maison royale.

Selon les tabloïds, ces départs seraient liés à la difficulté de travailler avec une Meghan très exigeante, qui envoie des e-mails dès l'aube à ses employés. Pire, lors de la préparation de son mariage, elle aurait fait pleurer sa belle-soeur Kate, épouse du prince William et incarnation parfaite des bonnes manières.

La famille royale a beau affirmer que la décision de Meghan et Harry de déménager à Windsor, loin de Kate et William, qui vivent au palais de Kensington, à Londres, est uniquement liée à l'arrivée prochaine de leur premier enfant, les spécialistes royaux soupçonnent une détérioration des relations entre les deux couples.

Démissions

La reine Elizabeth II elle-même serait courroucée, croient savoir les tabloïds: elle n'aurait pas apprécié que Meghan réclame de porter sa tiare sertie d'émeraudes pour son mariage.

Pire encore: Samantha Cohen, très respectée employée de la famille royale qui a aidé Meghan dans ses premiers pas de fiancée, puis épouse de prince, devrait quitter ses fonctions à la naissance de son bébé, après dix-sept ans de bons et loyaux services. Une autre assistante de Meghan a démissionné six mois après son mariage.

«Sorte de paratonnerre»

Pour ses fans, c'est la modernité de la duchesse qui lui vaut ce retour de flamme et elle devient le bouc émissaire dans une famille royale inapte à gérer certains problèmes. «Meghan est devenue une sorte de paratonnerre pour toutes sortes de controverses, des problèmes --si l'on peut dire-- de la famille royale sur les questions raciales à l'obsession des médias d'opposer les femmes en prétendant qu'elle et Kate se sautent à la gorge», écrit la journaliste du Guardian Hadley Freeman.

L'analyste royale Victoria Arbiter a, elle, affirmé que les rumeurs sur les caprices de Meghan étaient «dénuées de tout fondement», dans le magazine américain Inside Edition.

Noël comme révélateur

Le fait que Meghan n'ait pas parlé à son père Thomas Markle depuis son mariage, auquel il n'avait pas pu assister, a ajouté de l'eau au moulin des critiques. Dans une interview télévisée lundi sur la chaîne ITV, le septuagénaire, qui vit au Mexique, l'a appelée à la réconciliation, après avoir été au cœur d'une polémique pour avoir accepté de l'argent pour une interview. Il a aussi défendu sa fille, affirmant que si «elle a toujours aimé tout contrôler (...) elle n'a jamais été malpolie».

Cet entretien a été accordé à Piers Morgan, un journaliste qui l'an dernier avait écrit être ami avec la «formidable Meghan Markle» mais qui aujourd'hui se plaint qu'elle l'ignore.

Une récrimination qui fait dire à Hadley Freeman que Meghan est devenue «le parfait exemple de l'incapacité de certains hommes à comprendre que les femmes sont autorisées à dire non».

Sanglant passe-temps

Comme dans de nombreuses familles, Noël peut révéler des tensions sous-jacentes et les spécialistes de la famille royale ouvrent l'oeil sur le moindre signe pouvant les trahir. La presse a déjà sauté sur la décision de Harry de ne pas assister à la traditionnelle chasse au faisan du 26 décembre dans le domaine de la reine à Sandringham (nord-est de l'Angleterre), apparemment pour complaire à son épouse, opposée à ce sanglant passe-temps.

«Les employés vont surveiller combien de temps les Sussex vont passer dans les festivités» en famille, relève l'éditorialiste du Daily Mail Richard Kay. «L'an dernier, ils étaient parmi les derniers à arriver et les premiers à partir», écrit-il, recommandant à Meghan «d'essayer de se comporter davantage comme une duchesse différente qu'une duchesse capricieuse». (afp/nxp)

Créé: 18.12.2018, 17h06

Articles en relation

Meghan bat Harry au lancer de botte

Nouvelle-Zélande La princesse Meghan a surpassé son mari au lancer de botte en caoutchouc lors de leur voyage en Nouvelle-Zélande. Plus...

Harry et Meghan arrivent en Nouvelle-Zélande

Pacifique Le couple royal a atterri dans la capitale néo-zélandaise, dimanche, pour l'ultime étape de son périple dans le Pacifique. Plus...

Plaidoyer de Meghan pour l'éducation des filles

Fidji En visite aux îles Fidji, la duchesse Meghan a livré mercredi un plaidoyer en faveur du droit des filles à l'éducation. Plus...

Harry rend visite aux Aborigènes sans Meghan

Australie Pendant que la duchesse de Sussex, enceinte, se repose, Harry poursuit les visites et s'est rendu sur l'île Fraser afin de rencontrer une communauté aborigène. Plus...

Harry et Meghan à la plage en Australie

Monarchie britannique Colliers de fleurs autour du cou, le duc et la duchesse de Sussex ont enlevé leurs chaussures sur une plage de Sydney vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.