Lula se dit victime d'une chasse aux sorcières

BrésilL'ancien dirigeant du Brésil a été interrogé pour la deuxième fois mercredi par le juge anticorruption Sergio Moro.

Lula a été laissé en liberté en attendant son jugement en appel.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'ex-président brésilien Lula a clamé haut et fort son innocence mercredi, lors de son second face-à-face avec le juge anticorruption Sergio Moro, qui l'a déjà condamné à près de dix ans de prison dans une autre affaire.

«Je veux juste dire que nous sommes en présence d'une chasse aux sorcières», a affirmé au tribunal de Curitiba (sud) Luiz Inacio Lula da Silva, sur la défensive après le témoignage accablant d'un membre de sa garde rapprochée la semaine dernière.

«Même si je considère ce procès injuste et illégitime, je vais parler. Je suis sans doute la personne qui veut le plus que la vérité soit établie», a affirmé Lula, 71 ans, au début de l'interrogatoire, qui a duré 2h10.

En mai, à l'issue du premier face-à-face avec le juge Moro, qui s'était étendu plus de cinq heures durant, l'icône de la gauche, qui a présidé le Brésil de 2002 à 2010, s'était dit victime d'une «mascarade».

Mais sa situation s'est considérablement détériorée depuis, avec le témoignage accablant d'Antonio Palocci, son ancien ministre des Finances, qui a été arrêté en septembre 2016 puis condamné à une peine de 12 ans de prison.

«Pacte de sang»

Interrogé par le juge Moro la semaine dernière, ce dernier a affirmé que Lula avait passé «un pacte du sang» entre son parti, le PT, et l'entreprise Odebrecht, au coeur du scandale de corruption qui secoue le Brésil. Il faisait notamment référence à l'affaire pour laquelle Lula était interrogé mercredi, affirmant que «les faits énoncés sont véridiques».

Selon les procureurs, Odebrecht a payé un terrain destiné à l'Institut Lula à Sao Paulo et mis à disposition de sa famille un terrain dans la ville voisine de Sao Bernardo do Campo, pour rétribuer des faveurs dans l'obtention de contrats avec la compagnie pétrolière d'Etat Petrobras. «Les faits rapportés sont réels», a affirmé M. Palocci, une version rejetée bloc par Lula mercredi.«Je ne suis pas en colère contre Palocci, il me fait de la peine (...) Il a le droit de vouloir être libéré, mais ne peut pas rejeter sur les autres la responsabilité pour des actes illicites qu'il a commis», s'est insurgé l'ex-président.

Visé au total par six procédures judiciaires, Lula est sous la menace de multiples condamnations qui pourraient réduire à néant ses ambitions de retourner au pouvoir. En juillet, l'ancien ouvrier métallurgiste, qui avait fini ses deux mandats avec des taux record de popularité, a été condamné à neuf ans et demi de prison, reconnu coupable d'avoir reçu de la part de l'entreprise de bâtiment OAS un triplex dans une cité balnéaire en guise de pot-de-vin.

Faible mobilisation

Laissé en liberté en attendant son jugement en appel, il risque de se voir empêcher de se présenter à la présidentielle d'octobre 2018 en cas de condamnation en deuxième instance, voire de finir derrière les barreaux.

Lula est jusqu'à présent en tête des intentions de vote, mais suscite aussi un fort niveau de rejet dans l'opinion brésilienne. Sa tournée réalisée ces dernières semaines dans les régions pauvres du nord-est n'a d'ailleurs pas attiré les foules. Environ 300 militants de gauche ont montré leur soutien à l'ex-président à son arrivée au tribunal, mais les rues de Curitiba étaient aussi peuplées de quelques manifestants anti-Lula. L'un d'eux brandissait une montage photo de l'ex-président derrière des barreaux, a constaté un photographe de l'AFP présent sur place.

En fin d'après-midi, après l'interrogatoire, une manifestation pro-Lula rassemblait environ 1000 personnes, sur une place de Curitiba, une mobilisation bien moindre que lors du premier interrogatoire, quand près de 7000 de ses partisans s'étaient déplacés. Encore traumatisé par la destitution brutale de Dilma Rousseff (2011-2016), dauphine de Lula, le PT pourrait être obligé de penser à un plan B pour la présidentielle de 2018, même si aucun membre du parti n'ose en parler ouvertement. (ats/nxp)

Créé: 13.09.2017, 08h29

Galerie photo

Brésil: la justice met Lula sous pression

Brésil: la justice met Lula sous pression L'ancien président brésilien fait face pour la première fois au juge dans une affaire de vaste réseau de corruption orchestré par des entreprises du bâtiment.

Articles en relation

Nouvelles accusations contre Lula et Rousseff

Brésil Les ex-présidents brésiliens Luis Inácio Lula da Silva et Dilma Rousseff ont été inculpés mardi de corruption et de formation d'un cartel. Plus...

Lula en mission reconquête au nord-est

Brésil À Salvador de Bahia, l'ex-président a testé sa popularité en vue d'une candidature à la présidentielle de 2018. Plus...

Lula reçoit un don d'une héritière d'origine suisse

Brésil La petite-fille d'un banquier suisse installé au Brésil a donné 132'000 euros à l'ancien président brésilien dont les avoirs ont été gelés par la justice. Plus...

Corruption: Lula inculpé pour une nouvelle affaire

Brésil L'ex-président brésilien a été inculpé mardi pour une nouvelle affaire de corruption et blanchiment d'argent. Plus...

Le parquet veut alourdir la peine de Lula

Brésil Le parquet fédéral brésilien a fait appel de la condamnation de l'ex-président brésilien et demande une peine et des amendes plus importantes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.