Melania Trump cherche encore sa place

Etats-UnisLa Première dame américaine peine à trouver sa place. Dernier exemple en date, mercredi lors d'un discours à New York.

Melania Trump était resplendissante dans une robe rose fluo.

Melania Trump était resplendissante dans une robe rose fluo. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Neuf mois après l'arrivée de son mari à la Maison Blanche, Melania Trump peine à trouver sa place de Première dame, essuyant à chaque sortie des critiques destinées avant tout à son mari, quels que soient ses efforts de consensus.

Le déjeuner qu'elle a organisé mercredi en marge de l'Assemblée générale de l'ONU en a fourni un nouvel exemple, qui lui a valu une nouvelle salve de railleries sur la twittosphère.

Souvent critiquée pour sa réticence à assumer pleinement le rôle de Première dame, la troisième épouse de Donald Trump avait pourtant bien fait les choses en invitant à déjeuner une centaine de conjoint(e)s de dirigeants du monde.

Gros bouquets de roses sur les tables, quatuor de musique classique en fond sonore, vêtue d'une robe d'un rose électrique signée Delpozo, elle avait préparé un rare discours, pétri de bons sentiments, pour celles et ceux qui partagent la vie des grands de ce monde.

Thème consensuel choisi: la protection des enfants. Melania Trump a enjoint ses homologues à travailler avec elle pour améliorer leur sort et leur «montrer l'exemple» en matière d'éthique.

«Nous devons enseigner à nos enfants les valeurs de l'empathie et de la communication qui sont au coeur de la gentillesse, la conscience, l'intégrité et le leadership, qui ne peuvent être enseignés que par l'exemple», a déclaré l'ex-mannequin de 47 ans, avec l'accent qu'elle a conservé de sa Slovénie natale.

«J'espère que vous partagerez mon engagement à enseigner à la prochaine génération de suivre la règle d'or: Traitez les autres comme vous voudriez qu'ils vous traitent (...) Nous devons nous concentrer sur le message et le contenu auxquels ils sont exposés quotidiennement via les réseaux sociaux, les intimidations qu'ils subissent en ligne ou en personne», a-t-elle déclaré.

Sur les réseaux sociaux les réponses négatives ont été immédiates, et les internautes n'ont pas manqué de rappeler les entorses de son mari à cette règle d'or et ses diatribes fréquentes contre ses opposants ou contre les pays hostiles à Washington, comme lorsqu'il a menacé mardi à l'ONU de «détruire complètement» la Corée du Nord.

«Rentre chez toi»

«Elle ne peut pas parler sérieusement. Melania, rentre chez toi et tiens ce discours à ton MARI», réagissait notamment Charles Blow, un éditorialiste du NY Times qui avec près de 400'000 «followers» résumait bien la teneur des critiques sur Twitter.

Des critiques qui ne facilitent pas la tâche de celle qui, depuis janvier, a bien du mal à assumer les tâches habituellement dévolues à l'épouse du locataire de la Maison Blanche.

Beaucoup avaient déjà ricané lorsque, dès les premières semaines, elle avait indiqué vouloir faire de la lutte contre le «cyber-bullying» - les intimidations en ligne - une de ses priorités, alors que son mari est perçu comme un champion toutes catégories de la discipline.

Elle avait aussi été raillée fin août, pour s'être envolée en talons aiguilles pour le Texas pour examiner avec son mari les dégâts causés par l'ouragan Harvey.

Est-elle mieux perçue à l'étranger? Elle avait eu plus de réactions positives après sa visite au Vatican en mai, lorsqu'elle avait eu avec le pape un échange sur un dessert slovène, le potica. Ou lors de la visite des Trump à Paris pour le 14 juillet, lorsqu'elle s'était adressée en français aux enfants de l'hôpital Necker.

Mercredi, son discours a été applaudi par ses homologues venus du monde entier, au premier rang desquels figurait la Première dame française Brigitte Macron. Miroir du dialogue privilégié que semblent avoir établi Emmanuel Macron et Donald Trump, les deux femmes ont déjeuné côte à côte, avec également la Canadienne Sophie Trudeau pour voisine. (afp/nxp)

Créé: 20.09.2017, 20h48

Articles en relation

La pub osée qui fâche Melania Trump

Croatie La Première Dame des Etats-Unis a fait arrêter une campagne publicitaire pour des cours d'anglais où elle apparaissait dans le slogan. Plus...

Doris Leuthard répond en patriote au président américain

Nations Unies Le discours de Donald Trump a changé la donne quelques minutes avant l’allocution de la présidente de la Confédération. Plus...

Trump défie le monde et «Rocket man»

Assemblée générale de l’ONU Pour son premier discours à l’ONU, le président américain n’a pas déçu sa base électorale: il s’en est pris à de commodes ennemis, dont la Corée du Nord. Plus...

L'ex-chef de campagne de Trump veut une enquête

Etats-Unis Ayant appris qu'il avait été placé sur écoute par le FBI, Paul Manafort a réclamé mardi une enquête fédérale. Plus...

Doris Leuthard s'oppose à Donald Trump

Etats-Unis La présidente de la Confédération a dénoncé les propos menaçants du chef d'Etat américain lors de l'Assemblée de l'ONU à New York. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...