Migrants : les journalistes en grève à Lesbos

GrèceSuite à des violences d'extrême-droite, les journalistes ont décidé de faire grève et de ne plus couvrir l'île de Lesbos, porte d'entrée migratoire en Grèce.

Dans le principal camp migratoire de l'île, à Moria, et d'une capacité de 3100 places, plus de 8000 migrants s'entassent dans des conditions précaires.

Dans le principal camp migratoire de l'île, à Moria, et d'une capacité de 3100 places, plus de 8000 migrants s'entassent dans des conditions précaires. Image: PETROS TSAKMAKIS/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'île grecque de Lesbos était privée jeudi de médias locaux du fait d'une grève des journalistes contre des violences d'extrême droite les visant, sur fond de tensions alimentées par le confinement sur l'île de plus de 10'000 exilés.

L'appel au débrayage de 24 heures intervient alors qu'un homme devait être jugé dans la journée pour «diffamation» et «injures» après une plainte d'une journaliste à laquelle il s'en était pris sur les réseaux sociaux.

Devant le tribunal

Le tribunal de Mytilène, chef-lieu de Lesbos, a finalement décidé de suspendre l'audience jusqu'au 22 janvier, après un recours de l'accusé qui a invoqué des raisons de santé.

La plaignante, Anthi Pazianou, du cas de laquelle s'est saisie le Conseil de l'Europe, avait dénoncé une attaque contre une fillette de neuf ans, prise à tort par ses agresseurs pour une réfugiée.

Harcelement

Mais le cas de Mme Pazianou, qui travaille pour plusieurs organes de presse dont l'AFP, n'est le seul sur l'île, où d'autres collègues ont eu maille à partir avec des militants d'extrême droite, et de tels cas de harcèlements et violences sont déjà rapportés depuis plus d'un an, selon le syndicat local des journalistes.

Dans son appel à la grève, celui-ci met en avant «les conditions dangereuses dans lesquelles s'exerce le travail journalistique à Lesbos et les menaces émanant d'éléments extrémistes pour imposer une censure».

Xénophobie

Si elles restent minoritaires sur cette île qui compte près de 90'000 habitants, les mobilisations xénophobes s'y sont multipliées face au confinement sur place de plus de 10'000 réfugiés et migrants qui continuent d'affluer depuis les côtes turques proches. En principe voués au renvoi en Turquie, mais en pratique éligibles pour beaucoup d'entre eux à l'asile en Grèce, ces exilés attendent des mois sur place une décision sur leur sort.

Dans le principal camp migratoire de l'île, à Moria, d'une capacité de 3100 places, plus de 8000 d'entre eux s'entassent dans des conditions dénoncées par toutes les parties prenantes, du personnel au Haut-Commissariat de l'ONU pour les Réfugiés (UNHCR).

Dernier cri d'alarme en date, 19 ONG, dont Oxfam, Caritas et Terre des Hommes, ont réclamé jeudi une «action immédiate» d'Athènes pour mettre fin à une situation «honteuse» et «pire que jamais». (afp/nxp)

Créé: 13.09.2018, 16h25

Articles en relation

L’île grecque de Lesbos est devenue une impasse

Reportage «Les gens se sentent abandonnés ici. De fait, ils le sont vraiment», estime un humanitaire. Plus...

Heurts contre des femmes et des enfants à Lesbos

Grèce Des réfugiés afghans ont été attaqués dimanche soir par un groupe d'extrême droite sur la place centrale de Mytilène, à Lesbos. Plus...

Lesbos à l'arrêt pour ne pas être une «île-prison»

Réfugiés L'île de Lesbos réclame le transfert en Grèce continentale de milliers des réfugiés qui y sont parqués depuis des mois. Plus...

La situation des réfugiés jugée «honteuse»

Îles grecques Refugees International a qualifié jeudi à Athènes de «honteuse» la situation des réfugiés sur les îles de Lesbos, Chios et Samos. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...