Pokémon Go fâche au Cambodge

JeuxChasser des Pokémons dans une ex-prison des Khmers rouges , où sont morts des milliers de prisonniers dans les années 1970... Le choix de ce lieu, suscite la colère dans le pays.

L'application est disponible depuis samedi au Cambodge.

L'application est disponible depuis samedi au Cambodge. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'application mobile, qui permet de capturer et d'entraîner ces petits personnages et de combattre des créatures virtuelles en se déplaçant dans le monde réel, est disponible depuis samedi au Cambodge.

Mais le fait que la prison Tuol Sleng de Phnom Penh, plus connue sous le nom de S-21 (où quelque 15'000 prisonniers sont morts sous les Khmers rouges) et aujourd'hui musée du génocide soit un terrain de jeu fait polémique.

«C'est une insulte pour les âmes des victimes qui sont mortes ici», a réagi mercredi Bou Meng, 76 ans, un des rares survivants de Tuol Sleng, lieu symbolique de la folie meurtrière du régime.

«C'est un lieu de souffrances. Ce n'est pas approprié de jouer à ce jeu ici», a-t-il ajouté, appelant le musée de demander à sortir du répertoire du jeu.

Pas une aire de jeux

Un formulaire conçu spécialement par le développeur de Pokémon Go, Niantic, est disponible sur son site internet pour demander la suppression d'arènes et de Pokéstops, où les joueurs peuvent récupérer créatures et objets virtuels sur leur téléphone portable.

Youk Chhang, directeur du Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), qui mène un travail d'archivage sur cette période de 1975-79 où deux millions de Cambodgiens, soit un quart de la population, sont morts d'épuisement, de famine, ou à la suite de tortures et d'exécutions, est lui aussi en colère.

Le musée «n'est pas un centre commercial ou une aire de jeux où attraper des Pokémons. C'est un cimetière», s'est-il insurgé.

Chhay Visoth, directeur du musée du génocide Tuol Sleng, a confirmé que des visiteurs avaient joué à Pokémon Go dans l'enceinte.

Il a précisé que des mesures avaient été prises pour les empêcher de se livrer à leurs activités «dans ce lieu de tristesse».

En France, le célèbre ossuaire des soldats de Verdun, lieu de souvenir d'une des principales batailles de la Première guerre mondiale, vient d'être supprimé du jeu, à la demande des autorités.

(afp/nxp)

Créé: 10.08.2016, 10h03

Articles en relation

La chasse au Pokemon continue malgré l'interdiction

Iran L'Iran a interdit l'application pour smartphones Pokemon Go, mais de jeunes fans de la toile ont réussi à contourner l'interdiction. Plus...

Des dirigeants malaisiens disent «non» à Pokémon Go

Religion Des gouvernants islamiques de Kuala Lumpur considèrent le jeu comme dangereux et pouvant «inciter aux jeux d'argent». Plus...

«Ce jeu est un pousse-au-crime»

Pokémon Go Il n'a fallu que quelques heures après le lancement officiel du jeu pour qu'apparaissent les premiers écarts de conduite. Plus...

Pas de chasseurs de Pokémon dans les casernes

Hong Kong L'armée chinoise déployée à Hong Kong a interdit ses casernes aux chasseurs de monstres au moment où la déferlante Pokemon Go débarque dans l'ancienne colonie britannique. Plus...

L'action Nintendo plonge de 18%

Jeux vidéo La fièvre Pokemon Go qui a fait bondir l'action Nintendo de plus de 100% n'aura pas duré longtemps. Le titre a rechuté de 18% lundi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...