Poutine pourra rester au Kremlin au-delà de 2024

RussieLe président russe a été autorisé par les députés à se représenter grâce à la réforme de la Constitution, qui, parmi d’autres amendements, introduira la notion de «foi en Dieu».

Poutine a pris la parole avant le vote de la Douma, mardi.

Poutine a pris la parole avant le vote de la Douma, mardi. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Menée au pas de charge depuis le discours surprise de Vladimir Poutine du 15 janvier, la réforme de la Constitution russe vient de connaître un nouveau coup d’accélérateur. Alors que les députés de la Douma ont approuvé mardi en seconde lecture les amendements, le chef du Kremlin est venu en personne au milieu des débats. Cette visite s’est accompagnée d’un énième coup de théâtre. Une députée de Russie unie, le parti du Kremlin, a proposé un amendement qui, de facto, remettrait les compteurs à zéro à l’occasion de la réforme et autoriserait Vladimir Poutine à se représenter.

«Pourquoi tourner autour de la question?» s’est interrogée Valentina Terechkova, 83ans, première femme dans l’espace, célèbre cosmonaute devenue députée mais peu connue jusque-là pour ses coups d’éclat parlementaires. «Pourquoi imaginer des constructions artificielles? Si la situation l’exige et si les gens le veulent […], il faut permettre au président de se présenter à ce poste de nouveau», a lancé la doyenne des députés. Tout s’est alors éclairci: il s’agit de permettre à Poutine de se présenter pour deux autres mandats.

C’est alors que le speaker a levé la séance et invité le chef du Kremlin à rejoindre l’hémicycle pour commenter la proposition. Évènement rare. Vladimir Poutine a déclaré simplement «possible» de «réinitialiser» son compteur. Mais, a-t-il insisté, à condition que «les citoyens soutiennent» cet amendement et que «la Cour constitutionnelle confirme que ce ne soit pas contraire à la loi fondamentale».

Aval des députés

L’aval de la Douma, lui, a été rapide. La proposition de Valentina Terechkova a été soutenue par les députés, qui ont approuvé l’ensemble des amendements constitutionnels avec une écrasante majorité (382 pour, 44 absentions et zéro contre). Ce nouveau coup de théâtre confirme l’objectif de cette réforme: trouver un moyen de prolonger le pouvoir de Vladimir Poutine au-delà de 2024, fin de son mandat non renouvelable après un quart de siècle au pouvoir. En l’état actuel, les amendements institutionnels ne résolvent pas la transition. Ils ouvrent au président de nouvelles options dont, désormais, son maintien au Kremlin.

Assurant ne pas chercher à prolonger son pouvoir, Vladimir Poutine a pourtant prévenu: «Cela n’a rien à voir avec moi. Nous proposons des amendements non pas pour cinq-dix ans, mais au moins pour trente-cinquante ans.» D’où, parallèlement, l’émergence de nombreux amendements non institutionnels sur divers sujets: fixer l’indexation des salaires, confier au centre fédéral la responsabilité des technologies de l’information, renforcer la langue russe, interdire toute cession d’une partie du territoire national… De quoi booster la popularité de la réforme d’ici au vote, possiblement le 22 avril, alors que, selon un récent sondage indépendant, seuls 25% des Russes sont prêts pour le moment à voter pour.

«Fatalement, chaque Russe soutiendra l’un ou l’autre de ces amendements. Et cela l’incitera à voter pour la réforme même s’il ne soutient pas l’ensemble du texte», analyse le politologue Alexeï Makarkine. «Notre Constitution date de 1993, en pleine vague libérale après la chute de l’URSS. Avec Poutine, c’est une vague opposée. Car le Kremlin a fait ajouter nombre d’éléments conservateurs, sur l’histoire, sur la protection du territoire, sur le patriotisme et… sur Dieu!» A en effet été ajouté un article relatif aux «millénaires» dans l’histoire de la Russie insistant sur «la mémoire de nos ancêtres qui nous ont transmis des idéaux et la foi en Dieu».

Fixer le mariage hétéro

Un autre amendement séduira les plus conservateurs: fixer le mariage hétérosexuel dans la Constitution. Une proposition soutenue par Poutine, critique de longue date des assouplissements législatifs européens sur le mariage. «Cela reviendrait à fixer dans notre Constitution les vues idéologiques de notre État ultraconservateur via un référendum. Une vraie profanation politique», dénonce Andreï Kolesnikov, chercheur au centre Carnegie à Moscou.

Créé: 10.03.2020, 21h37

Articles en relation

Comment Poutine envisage-t-il de régner à vie?

Stratégie politique La refonte de la Constitution annoncée par le chef du Kremlin et approuvée ce jeudi par la Douma a pour but de faciliter son maintien au pouvoir au terme de son mandat présidentiel. Décryptage. Plus...

Un premier ministre pour redresser la Russie d’ici à 2024

Démocratie La Douma a validé jeudi la nomination de Mikhaïl Michoustine, désigné par Vladimir Poutine pour apaiser le mécontentement populaire. Plus...

En vingt ans de pouvoir, Poutine a anéanti le débat

Russie Le 31 décembre 1999, le premier président de la Russie post-soviétique, Boris Eltsine, confiait le Kremlin à un quasi inconnu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.