Premier procès d'ex-dirigeants de Tepco

Accident de FukushimaTrois ex-pontes de la compagnie exploitant la centrale nucléaire touchée par un tsunami en 2011 ont plaidé non coupables vendredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'ex-président du conseil d'administration du groupe Tokyo Electric Power (Tepco) au moment du drame, Tsunehisa Katsumata (77 ans), ainsi que de deux vice-PDG, Sakae Muto (66 ans) et Ichiro Takekuro (71 ans), sont jugés pour «négligence», six ans après le pire accident nucléaire depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, un drame qualifié par une commission d'enquête de «désastre créé par l'homme».

L'absence de prises de dispositions supplémentaires face au risque d'un raz-de-marée dépassant les standards de construction initiaux est perçue par les plaignants, des habitants de la région, comme la cause première de la catastrophe.

«Pas prévisible»

«Je présente mes excuses pour les énormes soucis causés», a déclaré M. Katsumata devant les magistrats, tout en réfutant toute responsabilité pénale. M. Takekuro, qui supervisait les opérations nucléaires, a tenu des propos similaires. Sakae Muto a renchéri «quand je me souviens de ce moment-là, je pense toujours qu'un accident comme celui-ci n'était pas prévisible».

Dans une déclaration préliminaire, le procureur a indiqué qu'il entendait démontrer que le risque de tsunami était pourtant connu mais que les dispositions nécessaires n'ont pas été prises.

Une étude interne à Tepco datant de 2008, révélée ultérieurement, évoquait l'hypothèse d'un tsunami d'environ 15,7 mètres, «mais la diffusion de ce rapport s'est arrêtée à la direction de la division nucléaire et il n'est pas remonté jusqu'à moi», a assuré par le passé l'ancien président de l'entreprise, Tsunehisa Katsumata.

«Vie bouleversée»

Une centaine de personnes étaient présentes tôt vendredi matin devant le tribunal. Parmi elles, Ruiko Muto, présidente de l'association à l'origine des poursuites. «Qui est responsable, quel enchaînement de faits ont conduit à cet accident, on ne sait toujours pas», a-t-elle déclaré. «La vie de nombreuses personnes a été bouleversée, et je veux que les prévenus prennent conscience de leur colère et chagrin», a-t-elle insisté.

Les opérations d'évacuation conduites dans l'urgence, sans préparation, ont causé le décès de 44 personnes de l'hôpital de Futaba, à quelques kilomètres du site.

«Assurément, les trois personnes visées ne sont pas les seules responsables, mais il est extrêmement important qu'elles aient à répondre sur le rôle qu'elles ont joué», a réagi Hisayo Takada, de Greenpeace Japon, cité dans un communiqué.

Les autorités, elles, insistent sur le fait qu'aucun mort n'est directement dû aux radiations dégagées par les trois réacteurs entrés en fusion à la centrale Fukushima daiichi. Mais elles reconnaissent officiellement des «décès liés» aux évacuations qui s'en sont suivies. (ats/nxp)

Créé: 30.06.2017, 11h14

Articles en relation

L'Etat reconnu coupable pour la 1ère fois

Accident de Fukushima Le gouvernement et la compagnie Tepco sont jugés coupables de négligence suite à l'accident nucléaire de 2011. Plus...

Fukushima: niveau record de radiations

Japon Selon Tepco, la radioactivité ambiante atteint une quantité de rayonnements telle qu'un humain y décèderait en 30 secondes. Plus...

Niveau de radiations record à Fukushima

Japon Tepco a observé des niveaux de radiations records et un trou dans une partie métallique à l'intérieur de l'enceinte de confinement. Plus...

Le Japon se recueille six ans après le tsunami

Fukushima Comme chaque année, des milliers de personnes se sont rendues sur les plus de 500 kilomètres de côtes des régions sinistrées. Plus...

Démanteler Fukushima, une facture à 187 milliards

Japon Six ans après la catastrophe nucléaire, 6000 personnes travaillent à démolir la centrale. Un chantier pharaonique et très dangereux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...