Puigdemont pourrait gouverner depuis son exil

EspagneLes indépendantistes tentent de réformer la loi pour permettre à Carles Puigdemont d'être investi et de gouverner depuis la Belgique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe parlementaire de l'ex-président indépendantiste catalan Carles Puigdemont a enregistré vendredi une proposition de réforme de loi régionale visant à permettre qu'il puisse être investi à la tête de la région à distance et gouverner depuis la Belgique.

L'élection à la tête du gouvernement régional de M. Puigdemont - volontairement exilé en Belgique depuis trois mois - est d'autant plus problématique qu'il serait arrêté et vraisemblablement placé en détention pour «rébellion» et «sédition» s'il rentrait, et ne peut se rendre au parlement pour le débat d'investiture.

Mais la porte-parole du groupe Ensemble pour la Catalogne (centre-droit, indépendantiste), Elsa Artadi, a signé la proposition de loi afin de tenter de contourner l'obstacle.

Investiture sans la présence du candidat

La proposition de loi consultée par l'AFP prévoit que le parlement catalan puisse «autoriser, à la majorité absolue, la tenue d'un débat d'investiture sans la présence et sans l'intervention du candidat ou de la candidate». Dans ce cas, «la présentation du programme et la sollicitude de la confiance de la chambre pourraient se faire par écrit ou par n'importe quel autre moyen prévu dans le règlement».

Il s'agirait aussi de permettre un gouvernement «à distance», notamment par des moyens électroniques (courriels, audioconférences, vidéoconférences). Cependant les indépendantistes catalans sont divisés sur la stratégie à suivre, du fait du risque de blocage des institutions catalanes, actuellement placées sous la tutelle de Madrid. Une investiture de M. Puigdemont en son absence serait vraisemblablement suspendue par la justice.

Menaces de mise sous tutelle de la Catalogne

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a également prévenu qu'il maintiendrait dans ce cas la tutelle sur la région. La proposition d'Ensemble pour la Catalogne n'a apparemment pas le soutien de l'autre grande formation indépendantiste, Gauche républicaine de Catalogne (ERC) d'Oriol Junqueras, ancien vice-président de la région emprisonné depuis trois mois.

M. Junqueras avait proposé début février d'attribuer à M. Puigdemont une présidence «symbolique» tandis qu'une présidence exécutive serait occupée par quelqu'un d'autre. Une source au sein d'ERC a indiqué vendredi que le parti continuait à négocier «un accord global» qui permettrait «la reconnaissance du gouvernement en exil à Bruxelles» et «une investiture opérationnelle et effective en Catalogne». M. Puigdemont avait été destitué le 27 octobre quand le gouvernement central avait pris le contrôle de la région, après la proclamation d'une «République catalane» à Barcelone.

Les partis séparatistes ont depuis remporté, fin décembre, les élections régionales convoquées par Madrid. (afp/nxp)

Créé: 09.02.2018, 21h08

Articles en relation

L'investiture de Puigdemont reportée

Catalogne La session d'investiture à la présidence de la Catalogne de Carles Puigdemont a été ajournée. Les indépendantistes sont divisés. Plus...

Investiture de Puigdemont: des doutes apparaissent

Espagne Avec ou sans Carles Puigdemont? Les indépendantistes catalans s'interrogent après le report de l'investiture de leur candidat à la tête de la région. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.