Séoul répond à la main tendue de Kim Jong-un

Péninsule coréenneLa Corée du Sud a accepté de discuter avec son voisin du Nord, notamment au sujet de son éventuelle participation aux JO de Pyeongchang.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Corée du Sud a proposé mardi des discussions le 9 janvier avec la Corée du Nord. Séoul répondait ainsi à l'offre de dialogue formulée la veille par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a accepté la main tendue par Kim Jong-un, qui a dit envisager une participation d'une délégation de Pyongyang aux Jeux olympiques d'hiver. Ceux-ci se tiendront en février à Pyeongchang, en Corée du Sud.

Moon Jae-in a toutefois ajouté qu'une amélioration des relations intercoréennes passait par une résolution de la question nucléaire en Corée du Nord, alors que Kim Jong-un a prévenu lundi les Etats-Unis qu'il disposait d'un «bouton nucléaire» prêt à être utilisé en cas de menace contre son pays.

«L'amélioration des relations entre la Corée du Nord et du Sud ne peut pas être séparée d'une solution au programme nucléaire nord-coréen. Donc le ministère des Affaires étrangères devrait se coordonner étroitement avec nos alliés et la communauté internationale», a commenté Moon Jae-in à l'ouverture d'un conseil des ministres à Séoul.

Le président sud-coréen a demandé aux ministres des Sports et de l'Unification de prendre rapidement des mesures pour permettre la venue d'athlètes nord-coréens.

«Impatients de discuter»

Le ministre de l'Unification, Cho Myong-gyon, a annoncé un peu plus tard qu'il avait proposé la tenue de discussions avec des responsables nord-coréens mardi prochain dans le village frontalier de Panmunjom. Il a précisé que ces discussions devraient principalement porter sur la participation de la Corée du Nord aux JO d'hiver.

«Nous sommes impatients de discuter avec franchise des intérêts des deux parties en face à face avec la Corée du Nord», a déclaré Cho Myong-gyon. «Je le répète, le gouvernement est ouvert au dialogue avec la Corée du Nord, quel que soit le lieu, le moment ou la forme.» Les discussions intercoréennes, si elles ont lieu, seront les premières depuis une rencontre ministérielle en décembre 2015.

Choi Moon-soon, gouverneur de la province de Gangwon où les JO se tiendront, a proposé que la Corée du Sud envoie des bâtiments de la marine pour convoyer les athlètes et délégués nord-coréens vers Pyeongchang, selon les médias de Séoul. Et le journal Dong-A Ilbo de préciser que M. Choi a rencontré un responsable des sports nord-coréen, Mun Woong, le 18 décembre dernier en marge d'un tournoi de football auquel les deux Corées participaient.

Réserves sur un dialogue politique

Si les autorités de Séoul sont favorables à une initiative dont Moon Jae-in a estimé le mois dernier qu'elle garantirait la sécurité de l'événement olympique, elles se montrent en revanche beaucoup plus réservées face à l'offre de dialogue politique de Kim Jong-un.

Interrogée mardi à ce sujet, la porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense, Choi Hyun-soo, a répondu que la Corée du Sud attendait toujours une réponse à sa propre proposition de dialogue. «Nous avons proposé en juillet de tenir des discussions militaires et notre offre tient toujours. Nous attendons la réponse de la Corée du Nord», a-t-elle dit pendant un point presse.

Pékin, le principal allié de Pyongyang, a salué ces développements. La Chine souhaite que «les deux parties profitent de cette occasion de faire des efforts concrets pour améliorer leurs relations (...) et de parvenir à la dénucléarisation de la péninsule», selon le porte-parole de la diplomatie chinoise Geng Shuang.

Dilemme du nucléaire

«Le fait même d'une rencontre est significatif, car cela témoigne d'une volonté d'amélioration de la part des deux parties», analyse Koh Yu-Hwan, professeur à l'Université Dongguk. Mais une fois à la table des discussions, Pyongyang pourrait mettre Séoul en difficulté en exigeant des concessions inacceptables comme la fin des exercices militaires américano-sud-coréens, poursuit-il.

«Le Nord tente de relancer ses relations (avec Séoul) en qualité d'Etat nucléaire. Le dilemme pour le Sud c'est de savoir s'il peut l'accepter», conclut-il. (ats/nxp)

Créé: 02.01.2018, 08h00

Pour Washington un dialogue Séoul-Pyongyang serait un «rafistolage»

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a rejeté la perspective de négociations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud comme un simple «rafistolage». Elle a averti que Washington n'acceptera jamais une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire.

«La Corée du Nord peut parler avec qui que ce soit, les Etats-Unis ne le reconnaîtront pas tant qu'elle n'accepte pas d'abandonner les armes nucléaires dont elle dispose», a martelé la diplomate américaine.

Galerie photo

Articles en relation

«Le bouton nucléaire est toujours sur mon bureau»

Kim Jong-Un Dans son message du Nouvel An, le président nord-corééen a encore provoqué les Etats-Unis. Plus...

Un autre navire soupçonné de ravitailler Pyongyang

Corée du Sud Un pétrolier battant pavillon panaméen a été saisi et immobilisé dans un port au sud d'Incheon. C'est la deuxième opération du genre en trois jours. Plus...

Un pétrolier suspecté d'avoir violé les sanctions

Corée du Nord La Corée du Sud soupçonne le navire d'avoir transféré 600 tonnes de pétrole sur un navire nord-coréen dans les eaux internationales. Plus...

Pyongyang ravitaillé en mer par des Russes

Pétrole Selon deux sources européennes, des pétroliers russes ont ravitaillé la Corée du Nord à au moins trois reprises. Plus...

Berne durcit le ton face à Pyongyang

Corée du Nord La Confédération a suivi la résolution adoptée vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU contre le régime de Kim Jong-un. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Woody Allen dans la tourmente de l'affaire Weinstein, paru le 20 janvier 2018.
(Image: Vallott) Plus...