Soixante enfants meurent dans un hôpital

IndeUn manque de bonbonnes d'oxygène a provoqué le décès de dizaines de bambins, en cinq jours.

Une enquête a été ouverte après cette vague de décès.

Une enquête a été ouverte après cette vague de décès. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moins 60 enfants sont morts en cinq jours dans un hôpital public du nord de l'Inde, ont déclaré samedi des responsables locaux, les médias mettant en cause la pénurie de bonbonnes d'oxygène dans l'établissement.

«Nous avons ouvert une enquête et un rapport préliminaire devrait être publié aujourd'hui. Oui, 60 patients sont morts à l'hôpital ces cinq derniers jours, mais nous ne pensons pas que ce soit lié aux informations faisant état d'une pénurie d'oxygène», a déclaré à l'AFP Anil Kumar, un responsable de la police de Gorakhpur.

Selon des médias indiens, des dizaines d'enfants sont morts jeudi et vendredi en raison d'une rupture d'approvisionnement en oxygène, après que la société fournissant les bonbonnes eut mis fin à ses services, apparemment en raison du non-paiement de factures se montant à plusieurs millions de roupies.

Enquête ouverte

Une enquête a été ouverte sur l'hôpital Baba Raghav Das, dans le district de Gorakhpur, dans l'Uttar Pradesh, l'Etat le plus peuplé du pays, gouverné par le parti de droite Bharatiya Janata Party du Premier ministre Narendra Modi. Selon un communiqué publié par le bureau du ministre en chef de l'Uttar Pradesh Yogi Adityanath, qui a ordonné l'enquête, les 60 décès sont intervenus sur une période de cinq jours à partir de lundi.

Selon ce communiqué, 23 enfants sont morts jeudi quand «la pression de l'alimentation en oxygène est devenue basse». Le journal The Hindustan Times a décrit dans son édition de samedi des scènes de chaos dans l'hôpital, lorsque l'alimentation en oxygène a été perturbée.

Directeur suspendu

Le ministre de la Santé de l'Uttar Pradesh, Sidharth Nath Singh, a suspendu le directeur de l'hôpital dans l'attente des résultats de l'enquête. «Il y a eu de multiples causes dans la perturbation de l'approvisionnement en oxygène, mais notre enquête montre qu'il n'y a pas eu de morts à cause de cela», a-t-il cependant affirmé à des journalistes après une visite à l'hôpital.

«Même lorsque 90 grosses bonbonnes ont été mises en service vendredi, l'hôpital s'est retrouvé à court d'oxygène vers une heure», a rapporté le journal. «Ce qui a provoqué un chaos complet, avec des parents de patients qui couraient pour obtenir de l'aide et le personnel de l'hôpital qui essayait de maintenir l'alimentation en oxygène avec des sacs manuels de respiration».

Un «massacre»

Le prix Nobel de la Paix indien et défenseur des droits des enfants Kailash Satyarthi a dénoncé sur Twitter «un massacre». «Ce n'est pas une tragédie. C'est un massacre. Est-ce cela que signifient 70 années de liberté pour nos enfants?» a-t-il tweeté.

Les hôpitaux publics indiens sont souvent débordés et au bord du point de rupture : les patients doivent faire face à de longues listes d'attente, même pour des interventions simples, et sont contraints à partager des lits.

De ce fait, ceux qui le peuvent évitent les hôpitaux publics et se tournent vers les cliniques privées, même si une consultation privée coûte en moyenne 1000 roupies (plus de 13 euros), une somme énorme pour les millions d'Indiens qui vivent avec moins de deux euros par jour. (afp/nxp)

Créé: 12.08.2017, 12h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dès la mi-septembre, le parking «longue durée» de la place Bellerive, à Lausanne, prisé des familles, ainsi que le P+R d'Ouchy seront payants les dimanches. Plus de mille places sont concernées. Paru le 22 août.
(Image: Bénédicte) Plus...