Stéphane Hessel ne «s'indignera» plus

Carnet noirAmbassadeur de France, ancien résistant et déporté, Stéphane Hessel, l’auteur du best-seller «Indignez-vous», est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l’âge de 95 ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ancien résistant et diplomate, pionnier de l'ONU et Européen convaincu, Stéphane Hessel, décédé à l'âge de 95 ans, aura connu un succès phénoménal avec son livre «Indignez vous!», au soir d'une vie fabuleuse et romanesque qui couvre toute l'Histoire du XXe siècle.

Etre né à Berlin en 1917, c'était déjà un signe du destin. Débarquer à Paris le 8 mai 1945 après s'être évadé des camps, c'était être au rendez-vous de l'Histoire. Disparaître, après avoir signé à 93 ans un best-seller, puis accompagné le printemps arabe et la révolte des jeunes Européens en 2011, c'est l'assurance d'avoir marqué aussi ce début de siècle.

Inspiration du mouvement «Occupy Wall Street»

Les tirages de «Indignez-vous!» (Indigène), sorti en octobre 2010, ont dépassé allègrement les 4 millions d'exemplaires dans 35 pays. Son livre a aussi inspiré le mouvement «Occupy Wall Street» aux Etats-Unis.

Toujours prompt à se mobiliser, cet homme affable, à l'extrême courtoisie et d'une élégance parfaite, avait suivi avec passion le printemps arabe. «Ce qu'ont démontré Tunisiens et Egyptiens, c'est que l'islam moderne est parfaitement compatible avec une démocratie laïque», assurait-il en mars 2011.Enthousiaste comme à vingt ans, il se réjouissait que son message recueille le s outien des jeunes en Espagne ou en Grèce, où beaucoup de protestataires brandissaient son ouvrage.

Ce succès foudroyant «est encore un étonnement pour moi mais cela s'explique par un moment historique. Les sociétés sont perdues, se demandent comment faire pour s'en sortir et cherchent un sens à l'aventure humaine», confiait-il en mars 2012.

Né à Berlin dans une famille juive

Né le 20 octobre 1917 à Berlin, «l'année de la révolution soviétique», aimait-il à rappeler, dans une famille juive convertie au luthéranisme, il arrive en France en 1925. Sa mère, Helen Grund, sera le modèle de Catherine dans «Jules et Jim», l'histoire d'une femme aimée par deux amis que Truffaut portera à l'écran en s'inspirant du roman de Henri-Pierre Roché. Son père, lui, traduit Proust en allemand avec le philosophe Walter Benjamin.

Naturalisé en 1937, reçu à Normale Sup en 1939, Stéphane Hessel, qui parle allemand, français et anglais, est l'incarnation de l'intellectuel européen. Il suit les cours de Merleau-Ponty, lit Sartre.Mobilisé en 1939, fait prisonnier, il s'évade et rejoint Charles de Gaulle à Londres.

Déporté à Buchenwald

Envoyé en France en 1944, il est arrêté et déporté à Buchenwald, où il maquille son identité pour échapper à la mort. Il s'évade de nouveau, est rattrapé, saute d'un train, rallie les troupes américaines, arrive Gare du Nord en mai 1945.A la Libération, il rejoint le secrétariat général de l'ONU, participe en tant que secrétaire à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et devient diplomate.

Elevé à la dignité d'ambassadeur de France par François Mitterrand en 1981, il milite pour les sans-papiers --il est médiateur lors de l'occupation à Paris de l'église Saint-Bernard-- et pour les Palestiniens, ce qui lui vaut les foudres des associations juives.Promu grand-officier de la Légion d'honneur en 2006, Stéphane Hessel est aussi écrivain et féru de poésie.

Amoureux de la poésie

Auteur en 2006 de «O ma mémoire: la poésie, ma nécessité» (Seuil), il n'aime rien tant que réciter du Baudelaire ou du Verlaine et connaît par coeur plus d'une centaine de poèmes.

En politique, il a suivi Pierre Mendès-France, soutenu Michel Rocard en 1985, s'est présenté en 2010 en position inéligible sur les listes d'Europe-Ecologie et a apporté en 2012 son soutien au candidat PS François Hollande. «J'ai confiance dans sa victoire. François Hollande sera un vrai président de la République, pas un chef de gouvernement», affirmait-il en mars.

L'an dernier, paraissait chez Indigène éditions «Déclarons la Paix ! Pour un progrès de l'esprit», des entretiens de Stéphane Hessel avec le dalaï lama. (afp/nxp)

Créé: 27.02.2013, 09h25

Indignez-vous!»: mini livre et maxi succès

Le petit livre de Stéphane Hessel «Indignez-vous!», paru en 2010, s'est vendu à des millions d'exemplaires, a inspiré les jeunes indignés occidentaux, accompagné le printemps arabe et son auteur acquis une renommée mondiale.

Pour l'ancien résistant et diplomate, sembler incontournable au XXIe siècle n'était pas vraiment au programme...Devenir une mascotte, le cri de ralliement d'une génération, accéder à un statut de guide en prônant, soixante-cinq ans après, les valeurs du Conseil national de la Résistance, encore moins.

Quelle potion magique contient donc cet opuscule de 32 pages qui a engendré un tel engouement mondial et une déferlante de suiveurs ? Le 21 octobre 2010, quand la modeste maison d'édition engagée Indigène, installée à Montpellier, sortait à 8000 exemplaires ce manifeste, vendu 3 euros, rien ne laissait présager cet avenir radieux.

Le trait de génie? Son titre, qui a aussitôt fait mouche. S'indigner, mais oui, bien sûr! Il y a tant de raisons de le faire en temps de crise économique, politique et morale. Pour Stéphane Hessel, assuraient alors les éditeurs Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou dans leur argumentaire, le «motif de base de la Résistance, c'était l'indignation». Certes, «les raisons de s'indigner aujourd'hui peuvent paraître moins nettes qu'au temps du nazisme. Mais cherchez et vous trouverez», disaient-ils.

Hessel y dénonce l'écart grandissant entre les très riches et les très pauvres, l'état de la planète, le traitement fait aux sans-papiers, aux immigrés, aux Roms, la course au «toujours plus», la dictature des marchés financiers. Il déplore aussi les acquis bradés de la Résistance (retraites, Sécurité sociale).

Hessel devenait dès fin 2010 le Père Noël. Et son opus le cadeau obligé (et pas cher) au pied du sapin. Parents l'offrant à leurs enfants, amis se l'échangeant, jeunes inspirés par ce très vieux monsieur les incitant à l'indignation...

En entretien sur

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.