Tillerson à Genève, sans passer par la case CICR

ONULe secrétaire d’Etat américain était jeudi à Genève, mais il a snobé le HCR et le CICR. Un signe à interpréter?

Rex Tillerson, secrétaire d’Etat américain.

Rex Tillerson, secrétaire d’Etat américain. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Rendez-vous était pris, mais tout a été annulé à la dernière minute. Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson était de passage jeudi à Genève, où il a rencontré l’émissaire de l’ONU sur la Syrie Staffan de Mistura ainsi que les membres de la mission américaine. Mais ses rencontres initialement prévues avec le président du CICR, Peter Maurer, le haut-commissaire pour les réfugiés, Filippo Grandi, et le directeur de l’Organisation internationale des migrations, William Lacy Swing, n’ont pas eu lieu, pour cause d’«agenda surchargé».

Ces annulations, si elles sont difficiles à interpréter, ne sont en tout cas pas passées inaperçues dans le contexte d’extrême tension qu’entretient l’administration de Donald Trump avec les agences de l’ONU. Les Etats-Unis représentent le principal contributeur du CICR, du HCR et de l’OIM. Or, depuis son entrée en fonction, on sait que Donald Trump entend opérer de sévères coupes dans l’engagement américain au sein de l’ONU et d’autres grandes organisations, générant de l’inquiétude dans la Genève internationale.

mépris de l’administration Trump pour le multilatéralisme
Ce désengagement annoncé n’est pas seulement financier. Il traduit le mépris de l’administration Trump pour le multilatéralisme et pour les valeurs que défendent certaines agences de l’ONU. Le 13 octobre, les Etats-Unis passaient à l’acte, annonçant pour la fin de 2018 leur retrait de l’Unesco, agence à laquelle l’administration Trump reproche «ses partis pris anti-israéliens». Or, cette nouvelle pourrait en préfigurer d’autres. En septembre, les Etats-Unis exhortaient le Conseil des droits de l’homme à se réformer, accusant également l’instance de s’en prendre à Israël.

A ce climat tendu s’ajoute le style particulier de Rex Tillerson. Dans un article publié jeudi par Bloomberg, des diplomates américains soulignent en coulisses l’obsession de l’ex-PDG d’ExxonMobil de rationaliser le fonctionnement du Département d’Etat, notamment par de sévères coupes budgétaires. Mais en délicatesse avec son propre patron Donald Trump, Rex Tillerson ne serait pas au mieux pour conserver son job, selon Bloomberg. L’ambassadrice auprès des Nations Unies, Nikki Haley, serait dans les starting-blocks pour le remplacer. Pas forcément une bonne nouvelle pour le multilatéralisme: Nikki Haley s’inscrit dans la droite ligne du désengagement onusien voulu par Donald Trump.

Jeudi à Genève, Rex Tillerson a plaidé pour une Syrie à l’avenir unie et sans Bachar el-Assad, avant de reprendre l’avion. (24 heures)

Créé: 26.10.2017, 21h20

Articles en relation

Rex Tillerson à Genève pour évoquer la Syrie

Nations unies Le secrétaire d'Etat américain va s'entretenir jeudi avec l'émissaire spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura. Plus...

Tillerson dit dialogue, Abadi reste ferme

Irak Washington a reçu un accueil froid lors de sa visite en Irak où il prônait notamment le dialogue entre gouvernement et Kurdes. Plus...

Rex Tillerson en visite surprise à Kaboul

Afghanistan Le secrétaire d'Etat américain, dont c'est la première visite dans la région depuis sa prise de fonctions, va parler de la nouvelle stratégie américaine. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...