Trump, un menteur invétéré selon Comey

Etats-UnisSelon le livre de l'ex-chef du FBI, James Comey, le président américain est un menteur invétéré au comportement mafieux.

Image d'archive de James Comey.

Image d'archive de James Comey. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président américain Donald Trump est un menteur invétéré soumettant son entourage à un code de loyauté rappelant l'attitude d'un chef «mafieux», estime dans ses mémoires l'ex-patron du FBI, James Comey.

Dans ce livre très attendu dont des passages ont fuité dans la presse jeudi, quelques jours avant sa sortie, l'ex-chef policier décrit un locataire de la Maison Blanche obsédé par des détails scabreux le concernant. M. Comey relate ainsi que le président lui a demandé d'enquêter sur des allégations le mettant en présence de prostituées russes en 2013 dans un hôtel à Moscou.

«Je suis germophobe. Ce ne serait pas possible que je laisse des gens se faire pipi dessus devant moi», aurait dit le milliardaire à propos des relations sexuelles prêtées aux prostituées, au cours desquelles elles se seraient urinées dessus à sa demande. «J'ai laissé échappé un rire», écrit M. Comey, toujours selon cet extrait relayé par le Washington Post.

Ce «dossier», faisant état d'une vidéo à caractère sexuel montrant Donald Trump, avait été rédigé par un ancien agent du renseignement britannique pour le compte d'opposants politiques au candidat républicain. Jugé crédible dans un premier temps par le renseignement américain, son authenticité avait ensuite été complètement remise en question.

Lors de cette discussion dans la tour Trump en janvier 2017, M. Trump a demandé au chef du FBI de tordre le cou à ces affirmations qui lui étaient très défavorables «au cas où il existerait une seule chance sur 100 qu'elles soient prises au sérieux par sa femme, Melania», selon James Comey. Cet échange avec le président «m'a fait revenir au début de ma carrière, quand j'étais procureur face au Milieu», a-t-il ajouté.

L'ex-chef policier a décrit une scène digne de la mafia: «Le cercle silencieux qui acquiesce. Le boss qui fait le jour et la nuit. Les serments de fidélité. La vision du monde selon laquelle tous sont contre nous. Le mensonge généralisé, qu'il soit petit ou gros, au service d'une sorte de code de loyauté qui place l'organisation au-dessus de la moralité et de la vérité».

«Immoral»

Pour James Comey, «ce président est immoral, détaché de la vérité et des valeurs institutionnelles». «Son leadership est transactionnel, axé sur l'ego et sur la loyauté personnelle», insiste-t-il.

Les mémoires de James Comey, intitulés «A Higher Loyalty: Truth, Lies, and Leadership», retracent ses 20 ans de carrière comme procureur à New York puis ministre adjoint de la Justice dans le gouvernement de George W. Bush, et chef du FBI entre 2013 et 2017.

A la Maison Blanche comme chez les responsables républicains, le livre a fait naître des craintes sur les dégâts qu'il pourrait infliger à une présidence Trump déjà affectée par des rumeurs, limogeages et démissions.

Le Parti républicain a d'ores et déjà mis en ligne un site intitulé «Lyin' Comey» («Comey le menteur), où l'on peut notamment voir défiler une série de citations de personnalités politiques, désobligeantes pour l'ex-patron du FBI.

Le livre, qui sort le 17 avril, s'est un temps hissé en tête du classement des pré-ventes d'Amazon, grandement aidé par les messages vengeurs sur Twitter de Donald Trump qui l'avait limogé en mai 2017.

Lors d'une audition extraordinaire au Sénat, James Comey avait révélé les pressions venues de la Maison Blanche, le fait que le président ait exigé sa »loyauté" et qu'il lui ait demandé d'abandonner un volet de l'enquête portant sur le général Michael Flynn, son conseiller à la sécurité nationale, forcé à la démission. (afp/nxp)

Créé: 13.04.2018, 01h09

Le National Enquirer a payé pour une info non confirmée sur un enfant caché de Trump

L'hebdomadaire à sensations National Enquirer a versé 30'000 dollars à un ancien portier de la Trump Tower qui affirmait que Donald Trump avait eu un enfant caché avec une de ses employées, information jamais confirmée mais publiée jeudi par le New Yorker.

Le New Yorker affirme qu'après avoir acheté l'exclusivité de l'information, le National Enquirer a sciemment choisi de ne jamais la publier. Une version démentie par le groupe de presse. La décision de ne pas publier l'information relative à cet enfant, une fille, qui aurait aujourd'hui 29 ans, a plutôt été prise à l'issue d'une enquête ayant démontré qu'elle n'était «pas crédible».

Articles en relation

L'ancien patron du FBI se dévoile sur Twitter

Etats-Unis L'ancien directeur du FBI James Comey, abruptement limogé par le président Donald Trump en mai, a révélé lundi être le détenteur d'un mystérieux compte sur Twitter. Plus...

La Maison Blanche insinue que Comey ment

FBI La Maison Blanche a laissé entendre lundi que James Comey, ex-patron du FBI limogé par Trump, a menti devant le Congrès. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.