Un ado disparu, retrouvé 20 ans après

BelgiqueUn enfant de 14 ans, venant d'Angola, avait disparu à son arrivée en Belgique. Il vient d'être retrouvé 20 ans plus tard sous une autre identité.


Vidéo:

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un adolescent disparu en Belgique en 1999 à l'âge de 14 ans, peu après son arrivée d'Angola, «l'un des plus anciens dossier de disparition de mineurs» du pays, a été retrouvé 20 ans plus tard dans «un pays étranger», a annoncé mercredi le parquet de Bruxelles.

«Il a expliqué avoir disparu volontairement à la fin de l'année 1999, de sa propre initiative, dans la mesure où le climat familial ne lui convenait pas», a raconté Denis Goeman, porte-parole du parquet, lors d'une conférence de presse.

Aujourd'hui âgé de 33 ans, Simon Lembi vit «sous une autre identité à l'étranger», qu'il ne veut pas voir révélée. M. Goeman s'est refusé à dire s'il avait une famille ou exerçait une profession.

«Nous pouvons néanmoins vous indiquer qu'il est actuellement en bonne santé et que sa famille en Belgique a été avertie de la résolution positive du dossier», a ajouté M. Goeman.

Cette dernière, avec qui Simon Lembi n'a «pas eu de contact», vit toujours à Bruxelles. Elle a «pris bonne note du fait qu'on avait pu l'identifier», a expliqué M. Goeman.

Selon le porte-parole du parquet, M. Lembi a mis à profit lors de sa fuite «les procédures pour les mineurs non-accompagnés» de son nouveau pays afin de changer d'identité. «Il a un passé assez lourd, il a déjà connu la fuite», a-t-il souligné.

La cellule des personnes disparues de la police fédérale avait été contactée en novembre 2018 par une personne affirmant être un proche de Simon Lembi.

Les policiers ont alors mené une enquête «afin d'effectuer les vérifications utiles», qui s'est avérée concluante. Ils ont auditionné l'intéressé, qui a admis être Simon Lembi.

Né en 1985, M. Lembi avait disparu en novembre 1999 dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles, à l'âge de 14 ans.

Selon la Dernière Heure, qui a interviewé sa mère en 2015, il était arrivé d'Angola en Belgique, avec sa famille, une dizaine de jours avant sa disparition.

Ce jour-là, il avait demandé à sa mère s'il pouvait aller regarder la télévision dans un centre d'accueil. Il n'est jamais revenu.

Sa mère s'était installée, avec ses quatre enfants, dont il était l'aîné, dans un logement social de la commune. Elle avait à l'époque exclu l'hypothèse de la fugue. (afp/nxp)

Créé: 06.02.2019, 13h09

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.