Un gang de fraude massive à la TVA démantelé

EuropeAu total, 58 personnes ont été arrêtées en Belgique, Allemagne, Portugal et Espagne. La fraude s'élève à plus de 390 millions d'euros.

L'opération a été coordonnée par le siège d'Europol à La Haye.

L'opération a été coordonnée par le siège d'Europol à La Haye. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une opération policière européenne a permis l'arrestation de 58 personnes dans le cadre du démantèlement d'un gang pratiquant la fraude à la TVA pour un montant évalué à des centaines de millions d'euros, a annoncé vendredi l'agence européenne de police Europol.

L'opération, coordonnée par le siège d'Europol à La Haye avec le soutien d'Eurojust, l'unité de coopération judiciaire de l'Union européenne, a permis aux forces de police d'arrêter des suspects en Belgique, Allemagne, Portugal et Espagne. La police espagnole a arrêté à elle seule 52 suspects entre le 18 et le 20 avril, ont déclaré Europol et Eurojust dans deux communiqués distincts.

Le gang, qui opérait dans toute l'Europe ces neuf dernières années, est soupçonné de fraude à la TVA et de blanchiment d'argent pour un total de plus de 390 millions d'euros. L'organisation criminelle réalisait ou simulait des importations et achetait des biens électroniques, réels ou contrefaits, avant de les revendre en ligne.

Des société écrans

Les suspects utilisaient un réseau de plus de 100 sociétés, des «sociétés écrans» pour la plupart, en Europe et aux États-Unis, pour blanchir de l'argent avant de l'acheminer vers des comptes bancaires bulgares et hongrois.

Le gang possédait également un centre de production afin de créer de fausses factures. «Les enquêtes ont révélé que le groupe a émis des fausses factures d'une valeur de plus de 250 millions d'euros en trois ans», a indiqué Europol.

Le groupe a ensuite utilisé différentes méthodes pour intégrer ses bénéfices, tels que les investissements dans l'immobilier ou l'achat de véhicules de luxe. Les «cerveaux» de la bande sont soupçonnés de fraude dite de carrousel qui a coûté au moins 60 millions d'euros à l'économie de l'UE, a poursuivi l'agence européenne de police.

La fraude consistait à importer les marchandises sans TVA, puis de les vendre localement en appliquant la taxe. «L'organisation criminelle était composée principalement de ressortissants italiens, portugais et espagnols et aurait été dirigée depuis l'Espagne par un père et un fils - des ressortissants espagnols ayant des origines indiennes», a déclaré Europol. (afp/nxp)

Créé: 04.05.2018, 15h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Un chien accompagne une pasteure dans les EMS, paru le 23 mai 2018
Plus...