Un mandat d'arrêt va être émis contre Evo Morales

BolivieL'ancien président bolivien est actuellement réfugié en Argentine, après un passage au Mexique et à Cuba.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Añez, a annoncé samedi l'émission imminente d'un mandat d'arrêt contre l'ancien président Evo Morales, réfugié en Argentine et visé par des enquêtes pour sédition et terrorisme.

«Dans les prochains jours sera émis un mandat d'arrêt (contre l'ex-président socialiste) car nous avons effectué les démarches appropriées», a déclaré à la presse Jeanine Añez, une sénatrice de droite, après une cérémonie militaire. Selon elle, Evo Morales «n'a jamais rien respecté, pas même la Constitution», et en conséquence, s'il revient en Bolivie, «il sait qu'il devra fournir des réponses au pays, car il a des comptes à rendre à la justice».

Lâché par la police et par l'armée, Evo Morales a été contraint à la démission le 10 novembre après trois semaines de manifestations pour protester contre des élections entachées de fraudes, selon l'opposition et l'Organisation des États américains (OEA). Il briguait un quatrième mandat après avoir passé près de 14 ans à la tête de la Bolivie.

Dénonçant un «coup d'État», Evo Morales s'est réfugié au Mexique, puis, après un bref séjour à Cuba, s'est rendu en Argentine. Le gouvernement du président péroniste de centre-gauche argentin Alberto Fernandez lui a accordé sa protection en qualité de réfugié.

A la fin de cette semaine, des responsables du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti d'Evo Morales, se sont rendus à Buenos Aires pour définir avec lui la stratégie du MAS en vue des prochaines élections générales.

Nommé «chef de campagne»

Le Parlement bolivien a voté fin novembre une loi convoquant des élections présidentielle et législatives auxquelles Evo Morales n'aura pas le droit de participer. La date de ces élections n'a pas encore été fixée. Début décembre, le MAS a nommé Evo Morales «chef de campagne» du parti pour ces futures élections.

Evo Morales a déclaré à cette occasion qu'il avait l'intention de revenir dans son pays. «Bientôt je serai en Bolivie pour que nous nous lancions ensemble dans ces élections et pour les gagner, comme nous l'avons toujours fait», a-t-il alors déclaré par téléphone. (afp/nxp)

Créé: 15.12.2019, 04h05

Articles en relation

«Manipulation délibérée» de l'élection présidentielle

Bolivie La victoire attribuée, le 20 octobre, tardivement et avec surprise à Evo Morales avait suscitée des soupçons de fraude. Plus...

Evo Morales nommé «chef de campagne»

Bolivie L'ancien président bolivien a pourtant été empêché par le Parlement de se présenter aux prochaines élections. Plus...

Mandat d'arrêt contre l'ex-bras droit de Morales

Bolivie Accusé de sédition et de terrorisme, Juan Ramon Quintana fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la part du nouveau pouvoir bolivien. Plus...

Le Parlement valide des élections sans Morales

Bolivie Un projet de loi encadrant la tenue d'élections présidentielle et législatives a reçu l'aval du Parlement bolivien samedi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...