Un proche de Chérif encore entendu

Attentat de StrasbourgUne personne dans l'enquête sur l'assaillant de Strasbourg est toujours entendue. Depuis samedi, six personnes ont été relâchées, dont quatre membres de sa famille.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les gardes à vue de deux personnes proches de Chérif Chekatt, l'assaillant de l'attentat de Strasbourg, ont été levées, tandis qu'une autre se poursuivait dimanche pour un membre de son entourage, a annoncé le parquet de Paris.

Ces gardes à vue ont été levées dimanche «en l'absence d'éléments incriminants» les concernant à ce stade, a précisé le parquet. Celles de quatre membres de la famille avaient été levées samedi.

Reste un membre de l'entourage de Chérif Chekatt, qui faisait partie des sept personnes interpellées après l'attentat mardi soir, et qui était toujours entendu dimanche par les services antiterroristes.

Délinquant fiché S

L'attentat a fait quatre morts, une personne en état de mort cérébrale et onze blessés, dont certains encore dans un état grave. L'assaillant, 29 ans, était un délinquant fiché S pour radicalisation islamiste.

Dès le début de la traque du fugitif, au soir de l'attentat, le père et la mère de Chérif Chekatt, ainsi que deux de ses frères, avaient été placés en garde à vue, certains s'étant présentés d'eux-mêmes aux autorités. Ils ont été relâchés samedi, là encore, «en l'absence d'éléments incriminants à ce stade».

Aide logisitique

Un autre membre de son entourage avait été à son tour placé en garde à vue mercredi et deux autres proches dans la nuit de jeudi à vendredi, après la mort du tueur, abattu par des policiers dans le quartier strasbourgeois du Neudorf, à l'endroit même où sa trace s'était perdue.

L'enquête s'attache notamment à rechercher d'éventuels complices susceptibles de l'avoir aidé ou encouragé dans la préparation de son passage à l'acte et de lui avoir fourni une aide logisitique dans sa fuite.

Dimanche, l'heure était au recueillement à Strasbourg où des centaines de personnes émues se sont réunies pour rendre hommage aux victimes. L'organisation djihadiste EI a revendiqué les attaques mais cette revendication est toutefois mise en doute par les autorités.

Selon le témoignage d'un homme présenté comme étant Abdelkrim Chekatt, le père de Chérif Chekatt, diffusé samedi soir sur France 2, le jeune homme adhérait aux idées de l'EI; il disait par exemple que «Daesh combat pour une juste cause», a-t-il affirmé, assurant avoir tenté de lui ouvrir les yeux sur cette organisation. (afp/nxp)

Créé: 16.12.2018, 13h35

Articles en relation

Une foule émue rend hommage aux victimes

Strasbourg Des centaines de personnes émues se sont réunies dimanche matin dans le centre de Strasbourg, pour un hommage aux victimes de l'attentat. Plus...

Le père du tueur à son fils: «Laisse tomber Daech»

Strasbourg A l'issue de la garde à vue de quatre membres de la famille de l'auteur de l'attentat de Strasbourg qui a été levée samedi, le géniteur de Cherif Chekatt s'est confié. Plus...

Emmanuel Macron se recueille à Strasbourg

France Le président français s'est rendu vendredi sur les lieux de l'attentat de Strasbourg, dont le bilan s'est alourdi. Plus...

La 4e victime de la fusillade est un journaliste

Attentat de Strasbourg La quatrième victime de l'attentat de mardi à Strasbourg qui a succombé à ses blessures est un jeune journaliste italien de 28 ans. Plus...

Strasbourg: deux nouvelles gardes à vue

Attentat Deux individus, proches de l'auteur de la tuerie de Strasbourg, ont été interpellés, a annoncé vendredi le procureur de Paris. La traque d'éventuels complices continue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.