Une seconde caravane de migrants avance au Mexique

ImmigrationPrès de 2000 migrants, dont des femmes et des enfants, ont réussi à franchir le fleuve qui sépare le Guatemala du Mexique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une seconde caravane d'environ 2000 migrants centraméricains a repris sa route mardi, dans l'Etat du Chiapas (sud du Mexique), après être parvenue la veille à franchir le fleuve séparant le Guatemala du Mexique.

Comme ceux de l'autre caravane, ces migrants, pour la plupart honduriens, ont rejeté le plan d'aide du président mexicain leur offrant une couverture médicale, de l'éducation pour leurs enfants et du travail temporaire à condition qu'ils s'arrêtent et déposent des demandes d'asile dans les Etats du Chiapas et d'Oaxaca.

Ces migrants, dont des femmes et des enfants, sont arrivés mardi à Tapachula, où ils ont passé la nuit, après avoir parcouru 25 km. Ils avaient franchi en masse lundi le fleuve Suchiate après avoir été repoussés par les forces de l'ordre mexicaines sur le pont frontalier, où des heurts ont eu lieu, faisant un mort.

Nuits sous tentes

Le ministère de l'Intérieur mexicain a annoncé mardi que deux Honduriens recherchés par la justice de leur pays, l'un pour un triple meurtre et l'autre pour trafic de drogue, ont été arrêtés et renvoyés au Honduras par avion. Les autorités n'ont pas précisé dans quelle caravane ils circulaient.

La première caravane, qui rassemble environ 4000 personnes selon l'ONG Pueblos sin Fronteras, est arrivée mardi dans la localité de Juchitan, dans l'Etat d'Oaxaca (sud).

Les migrants passent la nuit sous des tentes dans un dépôt d'autobus désaffecté où étaient toujours visibles les traces du séisme de magnitude 8,2 qui a ravagé la ville le 7 septembre 2017.

Ces Honduriens et les défenseurs des droits de l'homme mexicains qui accompagnent la caravane ont exigé que des autobus soient à mis à leur disposition pour gagner Mexico, située à 730 km, où ils veulent déposer des demandes de permis transitoire avant de reprendre leur route vers les Etats-Unis. Pour l'heure, leur demande n'a pas été entendue.

5200 soldats à la frontière

Craignant une «invasion» de son pays par ces migrants centraméricains, le président Donald Trump va déployer plus de 5200 soldats à la frontière américano-mexicaine, qui s'ajouteront aux quelque 2100 membres de la Garde nationale déjà mobilisés.

«S'ils demandent l'asile, nous allons les retenir jusqu'à ce que leur cas soit examiné. Nous les retiendrons, nous allons construire des villes de tentes, nous allons dresser des tentes partout là-bas», a déclaré le président américain lundi soir. (ats/nxp)

Créé: 31.10.2018, 09h12

Articles en relation

«Je veux que mon fils soit Américain»

Migrants Parmi la caravane de migrants en route vers les Etats-Unis via le Mexique, on compterait une quarantaine de femmes enceintes. Plus...

Plus de 5000 soldats US pour stopper les migrants

Etats-Unis-Mexique Donald Trump va déployer de gros moyens pour empêcher la caravane de migrants centraméricains d'atteindre les Etats-Unis. Plus...

La caravane de migrants fait une pause

Mexique Des heurts ont eu lieu à la frontière guatémaltèque, tandis que la caravane de migrants fait une halte dans l'Etat de Oaxaca. Plus...

Trump: «J'envoie l'armée, ils seront stoppés!»

Frontière Mexique Le président américain envoie quelque 800 militaires pour stopper la caravane de migrants honduriens qui avance vers la frontière mexicaine. Plus...

La caravane de migrants continue d'avancer

Mexique La caravane de migrants partie du Honduras a atteint mercredi 100 kilomètres parcourus au Mexique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.