Vingt-et-un pays promettent 363 millions

Violences sexuellesLa communauté internationale s'est engagée vendredi à Oslo à verser 363 millions de dollars à la lutte contre les violences sexuelles.

L'actrice Sand Van Roy à Cannes le 19 mai 2019.

L'actrice Sand Van Roy à Cannes le 19 mai 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Promis par 21 pays donateurs à l'issue d'une conférence sur les violences sexuelles et sexistes organisée dans la capitale norvégienne, ces engagements doivent être versés en 2019, 2020 «et au-delà», a détaillé l'ONU.

Selon le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires Mark Lowcock, quelque 660 millions de dollars sont nécessaires cette année pour financer les programmes de lutte contre les violences sexuelles.

«La violence à caractère sexuel et sexiste détruit les personnes, elle détruit les communautés locales et il est extrêmement difficile de réparer les dégâts», a déclaré la cheffe de la diplomatie norvégienne, Ine Eriksen Søreide. «C'est pour cela qu'il faut faire plus en matière de prévention», a-t-elle plaidé. A lui seul, le riche pays scandinave a promis un milliard de couronnes (102,5 millions d'euros) entre 2019 et 2021.

Obstacle à la résolution de défis

«La violence contre les femmes et les jeunes filles est enfin reconnue non seulement comme une violation grave des droits de la femme mais aussi comme une épidémie de santé publique et un obstacle à la résolution des défis globaux tels que l'extrême pauvreté, le VIH sida et la gestion des conflits», a souligné le gynécologue congolais Denis Mukwege.

«Il ne s'agit plus d'une crise humanitaire, mais plutôt d'une crise de notre humanité», a ajouté le colauréat du prix Nobel de la paix 2018.

Juger les coupables

La plupart des participants ont insisté sur l'importance de la prévention et de la lutte contre l'impunité.

«Quand j'ai commencé à travailler dans les crises humanitaires à travers le monde il y a plus de 35 ans, personne ne parlait de la violence à caractère sexuel et sexiste. Ce n'est pas parce qu'il n'y en avait pas. Il y en avait. Mais c'était une horreur cachée», a confié M. Lowcock.

Une femme sur trois dans le monde subit au cours de son existence des violences sexuelles ou sexistes, selon les estimations de l'ONU, un phénomène exacerbé en période de crises humanitaires.

Résolution amputée de sa substance

Fin avril, le Conseil de sécurité avait approuvé une résolution en faveur des victimes sexuelles largement amputée de sa substance par les Etats-Unis, la Russie et la Chine. En recul sur l'avortement et opposés à la Cour pénale internationale, les Etats-Unis avaient notamment fait retirer des mentions liées aux droits sexuels et reproductifs et rejeté la création d'un «mécanisme» facilitant la poursuite en justice des auteurs de violences sexuelles. (ats/nxp)

Créé: 24.05.2019, 23h15

Articles en relation

En Suisse, 22% des femmes disent avoir subi des violences sexuelles

Justice S’appuyant sur un sondage choc inédit, la section suisse d’Amnesty International veut faire évoluer le droit pénal et les mentalités. Plus...

Violences sexuelles: une femme sur cinq victime

Suisse Près de la moitié des femmes touchées en Suisse gardent pour elles l'épisode de violence sexuelle et seulement 8% ont porté plainte auprès de la police. Plus...

Médias: les violences sexistes sont mal traitées

Suisse romande De nombreux médias romands ne couvrent pas de manière judicieuse la violence faite aux femmes. Une association s'en émeut, samedi. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.