«Wikipedia me décrit, mais ce n'est pas moi»

Betty BazianaBetty Baziana, compagne du Premier ministre grec Alexis Tsipras, a un problème avec sa notice Wikipedia.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et sa compagne.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et sa compagne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Betty Baziana, compagne du Premier ministre grec Alexis Tsipras, est sortie vendredi de sa réserve habituelle face aux médias en expliquant qu'il y avait un problème avec sa notice Wikipedia car, selon elle, il s'agit de quelqu'un d'autre.

Elle a affirmé au Journal des rédacteurs (Efimerida ton Syntakton) que son lieu de naissance et son affiliation politique étaient fausses dans la notice en grec de la célèbre encyclopédie en ligne. «Utilisant le profil d'une personne de ma famille avec le même prénom et le même nom, Wikipedia (...) me décrit, mais ce n'est pas moi», déclare-t-elle au quotidien de gauche.

Selon elle, l'encyclopédie collaborative n'a pas corrigé la notice malgré ses demandes réitérées. «Fournir ma carte d'identité n'a pas suffi (...), j'ai laissé tomber», assure Betty Baziana, prénommée à l'origine Peristera mais que tout le monde connaît sous le prénom de Betty.

Wikipedia se présente comme une encyclopédie collaborative alimentée par des volontaires et souligne que la fondation de droit américain qui l'héberge n'a aucun droit éditorial sur les contenus proposés. Il n'a pas été possible d'obtenir dans l'immédiat une réponse à des courriels demandant un commentaire de Wikipedia à propos des déclarations de Betty Baziana.

Entretien fleuve

Dans cet entretien publié sur quatre pages, Betty Baziana rend également hommage à la «fière» confrontation de la Grèce en 2015 avec ses créanciers européens et du Fonds monétaire international, qui a failli pousser le pays hors de la zone euro, et regrette de n'avoir pas rencontré Fidel Castro.

Betty Baziana, ingénieur informatique, et Alexis Tsipras sont d'anciens camarades de lycée et ont deux enfants dont le second porte comme deuxième prénom «Ernesto», comme «le Che». «Je pense avoir mené avec conscience une bataille contre la presse de ragots et j'ai gagné», dit-elle encore. «Je ne tolérerai aucune violation de ma vie privée ou des photos de mes enfants de style paparazzi».

En lisant des articles qui lui sont consacrés, elle assure «juste rire» de la manière «ennuyeuse» dont les médias s'intéressent à ses cheveux ou ses choix vestimentaires.

(afp/nxp)

Créé: 05.01.2018, 15h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.