Zone euro : l'Allemagne «doit bouger», dit Macron

EuropeSelon le président français, l'Allemagne «doit bouger» pour corriger les «dysfonctionnements» de la zone euro .

Emmanuel Macron en Italie. (Mercredi 12 juillet 2017)

Emmanuel Macron en Italie. (Mercredi 12 juillet 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président français Emmanuel Macron estime que l'Allemagne «doit bouger» pour corriger les «dysfonctionnements» de la zone euro et lui donner «le destin qu'elle mérite», dans une interview publiée jeudi, à quelque heures d'un conseil des ministres franco-allemand.

«Elle doit bouger, comme la France doit bouger», souligne Emmanuel Macron dans cette interview accordée au quotidien Ouest France ainsi qu'au groupe de journaux allemands Funke.

Pour Emmanuel Macron, qui coprésidera jeudi matin à l'Elysée le 19e conseil des ministres franco-allemand avec la chancelière Angela Merkel, Berlin «doit accompagner une relance de l'investissement public et privé en Europe».

«Responsabilités partagées»

«L'Allemagne a formidablement réformé, elle dispose d'une économie solide, mais qui a des fragilités démographiques, des déséquilibres économiques et commerciaux avec ses voisins», fait-il valoir. D'où, selon lui «des responsabilités partagées pour donner à la zone euro le destin qu'elle mérite».

«Une partie de la compétitivité allemande est due aux dysfonctionnements de la zone euro, à la faiblesse d'autres économies», analyse encore Emmanuel Macron, qui note que les pays «qui étaient déjà endettés se sont retrouvés plus endettés» et «ceux qui étaient compétitifs se sont retrouvés plus compétitifs».

L'Allemagne, poursuit-il, «a su faire les réformes» mais «bénéficie aussi des dysfonctionnements de la zone euro», une «situation (qui) n'est pas saine parce qu'elle n'est pas durable».

Pour un «budget» de la zone euro

Emmanuel Macron se prononce ainsi pour «des mécanismes de solidarité plus puissants pour l'avenir» qui passent selon lui par un «budget» de la zone euro, «un gouvernement qui décide de l'allocation de ce budget et un contrôle démocratique qui n'existe pas aujourd'hui».

En matière de défense, il estime que si «l'Allemagne n'a pas les mêmes capacités d'intervention opérationnelles» que la France, «elle peut tout à fait soutenir l'effort européen».

Mentionnant la dimension éducative du couple franco-allemand, il promet notamment d'«améliorer la place de l'allemand dans (le) système éducatif» français. «L'enseignement de l'allemand va atteindre un niveau qu'il n'a jamais connu», assure-t-il, mentionnant la réouverture de 1200 classes bi-langues dans les collèges. «Pour l'automne, nous allons préparer (...) un Erasmus de la culture et de l'apprentissage», ajoute-t-il.

Le président français évoque aussi un «fonds d'investissements d'un milliard d'euros» dans le numérique, des «appels à projets, avec les Allemands, pour attirer des chercheurs dans le cadre de l'initiative Make our planet great again » et le «lancement d'un programme conjoint sur les nanotechnologies et les batteries». (afp/nxp)

Créé: 13.07.2017, 04h18

Articles en relation

Brigitte Macron adore Lausanne

Première dame La femme du président français a apprécié le chef-lieu vaudois. Vidéo Plus...

Macron se «réjouit» de voir Trump le 14 juillet

Diplomatie Les présidents français et américain vont assister ensemble au traditionnel défilé militaire sur les Champs-Elysées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dimanche, la population nyonnaise a refusé pour la troisième fois un projet des autorités visant à créer un foyer pour l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Paru le 25 septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...