Abbas: «Ce plan de paix est un fromage suisse»

PalestineLe président palestinien Mahmoud Abbas a rejeté ce mardi le plan de paix israélo-américain devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

Le président palestinien Mahmoud Abbas lors d'un discours (28 janvier 2020).

Le président palestinien Mahmoud Abbas lors d'un discours (28 janvier 2020). Image: archive/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président palestinien a solennellement rejeté le plan de paix israélo-américain pour le Proche-Orient mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Ce plan ferait d'un État palestinien un «fromage suisse» et n'apporterait pas la souveraineté au peuple palestinien.

«Nous rejetons le plan israélo-américain» qui «remet en question les droits légitimes des Palestiniens», a lancé Mahmoud Abbas en brandissant une grande carte de la Palestine telle que voulue par les États-Unis lors d'un discours qui a semblé parfois décousu.

«Nous avons rejeté ce plan car Jérusalem-Est ne ferait pas partie de la Palestine et cela suffit pour le refuser», a-t-il expliqué. Il ferait de la Palestine «un État fragmenté», sans contrôle aérien, sans contrôle maritime. «Qui parmi vous accepterait un tel État?», a-t-il demandé aux membres du Conseil, en évoquant une situation «d'apartheid» et l'absence de souveraineté pour son peuple.

Pas de vote

Mahmoud Abbas avait renoncé la veille au vote d'une résolution mardi matin. Il s'agit d'un revers sérieux pour les Palestiniens, même s'ils assurent que les négociations sur le texte entamées la semaine dernière vont se poursuivre.

Ils expliquent aussi avoir voulu ménager leurs soutiens au Conseil de sécurité qui ont été mis sous une très forte pression des États-Unis pour ne pas approuver de résolution. Selon un diplomate occidental, Washington a menacé de «mesures de rétorsion» notamment financières les pays qui se positionneraient contre les États-Unis.

Dimanche, les États-Unis et le Royaume Uni avaient soumis à leurs partenaires du Conseil de sécurité une série d'amendements au texte visant à lui enlever toute critique à l'égard du plan de paix dévoilé le 28 janvier par Donald Trump.

Annexion des colonies

Ce projet retient une «solution à deux États» et propose de créer une capitale d'un État palestinien à Abou Dis, un faubourg de Jérusalem, alors que les Palestiniens veulent faire de l'ensemble de Jérusalem-Est la capitale de leur État.

Il intègre aussi une annexion des colonies israéliennes, ainsi que de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967, avec des frontières en rupture avec les lignes tracées à l'époque. Il prévoit aussi un État démilitarisé pour la Palestine altérant sa souveraineté.

«Ce sont nos territoires», a martelé Mahmoud Abbas devant le Conseil de sécurité. «Qu'est-ce qui vous donne le droit de les annexer?», a-t-il demandé aux Israéliens, en appelant «la communauté internationale à faire pression» sur l'État hébreu pour empêcher cette perspective qui pourrait intervenir au lendemain des prochaines élections israéliennes début mars.

«État souverain»

Parmi les amendements proposés, Washington a demandé de supprimer la mention d'une vision à «deux États souverains et démocratiques» pour ne conserver que la qualification «d'États démocratiques».

Dans une déclaration commune publiée avant la réunion du Conseil de sécurité, les membres de l'UE siégeant dans cette instance (Belgique, France, Allemagne, Estonie, plus la Pologne ancien membre) ont souligné leur engagement à aboutir à une solution à deux États, dont «un État d'un seul tenant, indépendant, démocratique, souverain et viable» pour les Palestiniens.

«Fissures»

Pour les Palestiniens et plusieurs de leurs soutiens, le projet américain est déséquilibré et bien trop favorable à Israël. Mahmoud Abbas a réaffirmé que «les États-Unis ne pouvaient plus être le seul médiateur» pour une paix au Proche-Orient. Il a appelé le «Quartette (États-Unis, Russie, Union européenne et ONU) et les membres du Conseil de sécurité à organiser une conférence internationale de paix», sans autre précision.

Si le président palestinien peut se targuer du soutien de la Ligue arabe, de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) et de l'Union africaine, l'appui international présente de multiples «fissures», selon le terme employé par Jared Kushner.

Les réactions au plan ont montré souvent de la modération, l'Union européenne ne s'est pas affichée unie et dans le monde arabe, plusieurs pays ont marqué leur soutien à Washington, comme les Émirats Arabes Unis, Oman ou Barheïn. (ATS/nxp)

Créé: 11.02.2020, 16h39

Abbas est le «seul partenaire» dans les négociations, selon Olmert

L'ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert a considéré mardi Mahmoud Abbas comme le «seul partenaire» viable dans les négociations sur le plan de paix israélo-américain, défiant son successeur Benjamin Netanyahu qui a écarté le président palestinien des discussions. Ehud Olmert, qui avait dirigé Israël entre 2006 et 2009, a rencontré Mahmoud Abbas à New York avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU au cours de laquelle le chef de l'Autorité palestinienne a solennellement rejeté le plan préparé par l'administration de Donald Trump. «C'est un homme de paix, opposé au terrorisme et c'est le seul partenaire avec lequel nous pouvons traiter», a affirmé à la presse Ehud Olmert, aux côtés de Mahmoud Abbas. «Cela prendra du temps mais ces négociations auront lieu et le partenaire d'Israël sera Mahmoud Abbas», a-t-il pronostiqué.

Articles en relation

Abbas rompt «toutes les relations» avec Israël et les États-Unis

Palestine Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré samedi la fin de «toutes les relations» de l'Autorité palestinienne avec Israël et Washington. Il considère que le projet de paix américain est une «violation des accords d'Oslo». Plus...

Palestine: appel au boycott du plan de paix

Proche-Orient Le Premier ministre palestinien estime que le projet de paix américain pour le Moyen-Orient est trop favorable à Israël. Plus...

La Palestine rejette le plan de paix américain

Proche Orient Les autorités palestiniennes ont estimé que la paix commencerait avec l'arrêt du vol des terres leur appartenant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.