Climat: les pays négocient pied à pied un accord

COP 24Le projet sur la mise en oeuvre de l'Accord de Paris contre le réchauffement climatique patine dans la dernière linge droite.

Des manifestants en marge de la COP 24, à Katowice en Pologne.

Des manifestants en marge de la COP 24, à Katowice en Pologne. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La COP24 doit aboutir à la signature d'un texte explicitant la mise en oeuvre de l'accord conclu il y a trois ans dans la capitale française avec l'ambition de maintenir le réchauffement climatique mondial «bien en dessous» de 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle.

La présidence polonaise de la COP24 avait demandé que le texte soit prêt jeudi après-midi à l'issue de près de deux semaines de négociations, mais les désaccords politiques ont freiné les débats.

Eviter un nouveau Copenhague

Un projet d'accord a été ébauché dans la nuit de jeudi à vendredi sans susciter beaucoup d'enthousiasme. De nombreuses questions financières étaient notamment restées en suspens, mais l'optimisme semblait de mise vendredi soir.

Revenu vendredi à Katowice pour la troisième fois, le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres a insisté auprès de la présidence polonaise pour qu'elle fasse en sorte que les discussions s'achèvent ce vendredi et que le texte final exprime «le niveau d'ambition le plus élevé».

«Il est primordial que Katowice ne soit pas un échec. C'est ce qui pourrait se produire de pire. Cela donnerait une impression de chaos, l'impression, que dans une certaine mesure, ce qui s'est passé à Copenhague s'est reproduit», a-t-il dit. Il évoquait l'accord a minima conclu en 2009 dans la capitale danoise, qui avait contribué à ralentir le processus qui a abouti à l'Accord de Paris.

Reconnaissance du GIEC

Le projet de texte élaboré dans la nuit de jeudi à vendredi pouvait encore être retouché, mais encore faut-il que les pays riches tiennent et améliorent leur promesse de fournir chaque année, entre 2020 et 2025, une aide de 100 milliards de dollars aux Etats plus pauvres afin de les assister dans leur politique de développement durable.

Des progrès ont par ailleurs été constatés sur d'autres points, notamment sur la formulation du caractère primordial du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) selon lequel il est essentiel de limiter à 1,5 degré le réchauffement climatique.

Le texte devrait également exprimer avec clarté ce que feront les pays après la conférence et expliciter les moyens qu'ils mettront en oeuvre pour en atteindre les objectifs.

Risque d'échec

«Le texte admet le rapport du GIEC sur le 1,5 degré et il reconnaît que les promesses devront être réadaptées d'ici 2020 mais il n'engage pas les Etats à accélérer le rythme», a constaté Jennifer Morgan, directrice générale de Greenpeace France.

«De nombreux points de blocage subsistent. Le risque existe que cette COP n?aboutisse pas à un texte qui fasse consensus», a de son côté commenté Marine Decrey, vice-présidente de l'association Swiss Youth for Climate, qui fait partie des représentants de la société civile au sein de la délégation suisse.

«Ce serait dommage, mais à nos yeux (ce serait) préférable à un accord faible, qui représenterait le plus petit dénominateur commun entre les participants», a-t-elle ajouté dans une interview publiée vendredi soir sur le site du quotidien Le Temps. Une position qui rejoint celle exprimée mercredi par la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Préserver la «substance» de Paris

Pour les pays les plus exposés au changement climatique, l'une des questions centrales réside dans la mention d'un dispositif leur permettant d'assumer les coûts de plus en plus élevés des pertes liées aux effets du réchauffement climatique.

Ils tiennent également à ce que les pays industrialisés intensifient leurs efforts pour réduire leurs émissions de gaz polluants et pour financer la lutte contre le réchauffement climatique.

«Nous ne voulons pas que l'Accord de Paris perde de sa substance», a rappelé Mohamed Nasheed, l'ancien président des Maldives, dépité de voir le «peu de progrès» accompli. (ats/nxp)

Créé: 14.12.2018, 04h38

Articles en relation

«Sauver le climat maintenant»

Environnement Des manifestants sont descendus dans les rues de Katowice pour stimuler la COP-24 avec une Marche pour le climat. Plus...

«On avance, mais c'est très dur», dit Leuthard

COP 24 Selon la cheffe du Département fédéral de l'environnement, «la Suisse n'approuvera pas des règles affaiblies» en termes de réduction des émissions. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...