Accord entre l'Ukraine et la Russie sur le transit de gaz

EnergieMoscou et Kiev ont finalisé un protocole d'accord sur le transit de 65 milliards de mètres cubes de gaz à destination de l'Europe l'année prochaine.

L'Europe reste très dépendante du gaz russe (35% de sa consommation).

L'Europe reste très dépendante du gaz russe (35% de sa consommation). Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Kiev et Moscou ont annoncé lundi soir avoir signé après de difficiles négociations un contrat sur le transit du gaz russe pour l'Europe via l'Ukraine. De quoi lever les craintes d'une nouvelle crise en plein hiver.

«L'Ukraine a signé un contrat de transit pour cinq ans», a annoncé sur sa page Facebook le président Volodymyr Zelensky. «L'Europe sait que nous n'allons pas la laisser tomber», a-t-il poursuivi.

Cette information a été confirmée par le patron du géant gazier russe Gazprom, Alexeï Miller, cité par les médias russes. «Tout un complexe de documents a été signé», ce qui permettra de poursuivre «le transit du gaz après le 31 décembre», date d'expiration du contrat existant, a-t-il déclaré.

Ces documents finalisent un protocole d'accord sur le transit signé le 20 décembre par les deux parties après des mois de difficiles négociations avec la participation de l'Union européenne.

Amende payée

Malgré cet accord de principe, les pourparlers en vue de sa finalisation se sont avérés aussi très tendus, suscitant des craintes d'un échec de dernière minute au risque de perturber l'approvisionnement de pays européens.

Le nouveau contrat prévoit que Gazprom fera transiter via l'Ukraine au moins 65 milliards de mètres cubes l'année prochaine, puis au moins 40 milliards par an de 2021 à 2024, a précisé M. Zelensky selon lequel cette activité devrait rapporter à Kiev «plus de sept milliards de dollars» au total.

Ce contrat fait partie d'un accord plus large pour lequel Gazprom a payé vendredi 2,9 milliards de dollars (amende et intérêts) à son homologue ukrainien Naftogaz, devant mettre fin à un long bras de fer judiciaire devant les juridictions internationales. En échange, Naftogaz a abandonné toutes les autres poursuites judiciaires visant Gazprom en Ukraine et en Occident.

Dépendante du gaz russe

L'accord entre Moscou et Kiev permet d'éviter une nouvelle guerre du gaz entre les deux voisins alors que leurs précédentes disputes concernant cet hydrocarbure avaient affecté les approvisionnements européens en janvier 2006 et le même mois en 2009.

Si l'Europe reste très dépendante du gaz russe (35% de sa consommation), elle l'est beaucoup moins du transit ukrainien, qui a diminué de 40% ces quinze dernières années avec la construction de gazoducs contournant l'Ukraine. (ats/nxp)

Créé: 31.12.2019, 08h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.