Accusé d'espionnage il est détenu en Russie

Etats-UnisUn Américain a été arrêté lundi à Moscou. Il est suspecté d'avoir entrepris des activités de surveillance.

Les services secrets russes ont annoncé lundi l'arrestation de l'Américain.

Les services secrets russes ont annoncé lundi l'arrestation de l'Américain. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Russie a arrêté un citoyen américain accusé d'espionnage, ont annoncé lundi les services secrets russes du FSB, dans un contexte déjà lourd d'affaires de ce type entre Moscou et les Occidentaux.

L'Américain a été arrêté vendredi à Moscou «alors qu'il commettait un acte d'espionnage» et une procédure a été ouverte au titre de l'article 276 du Code pénal, prévoyant des peines pouvant aller jusqu'à vingt ans d'emprisonnement, ont-ils précisé dans un communiqué.

Le nom de l'Américain, tel qu'il est présenté en russe, est Paul Whelan. Aucun autre détail n'a été fourni dans l'immédiat.

Plusieurs scandales

Cette arrestation intervient au moment où la Russie est mise en cause en Occident dans plusieurs scandales d'espionnage. Le président russe, Vladimir Poutine, a accusé les pays occidentaux d'avoir recours à de telles affaires pour tenter de saper une puissance russe s'affirmant sur l'échiquier international. «Cela est lié à l'affirmation du pouvoir russe», a déclaré le chef de l'Etat russe lors de sa récente conférence de presse annuelle.

Parmi ces affaires d'espionnage, l'empoisonnement d'un ancien agent double russe, Sergueï Skripal, et de sa fille en Angleterre, attribué à Moscou pour les responsables britanniques. Le Kremlin a fermement démenti toute implication. L'affaire a provoqué une grave crise diplomatique.

Même chose pour l'affaire concernant la Russe Maria Butina, arrêtée en juillet dernier à Washington et inculpée pour «complot» en vue de «promouvoir les intérêts de la Russie», ce pour quoi elle a plaidé coupable. Le Kremlin a qualifié ces accusations d'«infondées».

Maria Butina encourt une peine de six mois de prison, suivie d'une expulsion probable. Selon la justice américaine, Maria Butina, 30 ans, avait noué des contacts dans l'appareil politique américain via le principal lobby pro-armes des Etats-Unis. Elle est la première Russe dont la culpabilité a été reconnue à la suite de l'une des nombreuses enquêtes portant sur les ingérences de Moscou dans la campagne présidentielle de 2016 aux Etats-Unis.

«Une chasse aux sorcières»

L'administration Trump est engluée depuis 18 mois dans une enquête sur une éventuelle collusion entre les conseillers de M. Trump et des responsables russes afin de favoriser sa victoire en 2016. Donald Trump dénonce régulièrement une «chasse aux sorcières» menée par le FBI et les démocrates.

Le conflit dans l'est de l'Ukraine entre forces gouvernementales et séparatistes prorusses qui a fait plus de 10.000 morts depuis 2014 pèse également sur les relations entre la Russie et les pays occidentaux, avec notamment son cortège de sanctions. L'Occident reproche à Moscou son soutien aux mouvements séparatistes. Le Kremlin dément de telles accusations. (afp/nxp)

Créé: 31.12.2018, 10h39

Articles en relation

Londres au secours d'un britannique traité d'espion

Egypte Un jeune homme de 19 ans a été arrêté par les autorités égyptiennes qui le soupçonnent d'être un espion. La Grande-Bretagne veut en savoir plus. Plus...

Second suspect dans l'affaire Skripal

Grande-Bretagne Le deuxième suspect de l'affaire Skripal, d'empoisonnement d'un ex-espion russe, est un médecin du renseignement militaire (GRU). Plus...

L'affaire de l'espion suisse se finit en eau de boudin

Francfort Arrêté à Francfort au printemps 2017, Daniel M., Suisse de 54 ans, était suspecté d'être une taupe fiscale pour le compte du SRC. Rien n'a pu être prouvé. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.