Acte XVIII: l'Elysée prend des mesures fermes

«Gilets jaunes»Le président Macron et son gouvernement prennent de nouvelles mesures sécuritaires, après la manif des «gilets jaunes» de samedi. Le préfet de police est limogé.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre Edouard Philippe a réagi lundi aux violences ayant émaillé les dernières manifestations des «gilets jaunes». Il a annoncé plusieurs mesures de fermeté et remplacé le préfet de police de Paris.

Le préfet de Nouvelle Aquitaine Didier Lallement, réputé pour avoir un caractère bien trempé, succédera mercredi à Michel Delpuech, alors que Matignon a mis en cause «des consignes inappropriées» dans l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD) samedi 16 mars.

M. Delpuech, 66 ans, était régulièrement donné partant depuis l'affaire Benalla et les polémiques à répétition sur la gestion de l'ordre public dans la capitale.

Interdiction de manifestations

Les manifestations de «gilets jaunes» seront par ailleurs interdites dans plusieurs quartiers de France, dont les Champs-Elysées saccagés samedi, si des «éléments ultras» sont présents, a annoncé le chef du gouvernement lors d'une déclaration à la presse, prononcée sur un ton solennel à Matignon.

«Nous interdirons les manifestations se revendiquant des gilets jaunes dans les quartiers qui ont été les plus touchés dès lors que nous aurons connaissance de la présence d'éléments 'ultras' et de leur volonté de casser. Je pense bien évidemment aux Champs-Élysées à Paris, à la place Pey-Berland à Bordeaux, à la place du Capitole à Toulouse», où «nous procéderons à la dispersion immédiate de tous les attroupements», a-t-il expliqué.

Augmentation des amendes

Le Premier ministre a annoncé par ailleurs l'augmentation «très nette» de la contravention pour participation à une manifestation interdite. Les amendes, actuellement de 38 euros, passeraient à 135 euros (153 francs), selon Matignon.

Selon M. Philippe, «ce n'est pas un hasard si les casseurs se remobilisent alors que le débat (le grand débat organisé par l'exécutif depuis janvier, ndlr) est un succès. Ce que veulent ces gens, ce n'est pas le dialogue. Leur seule revendication, c'est la violence, et les manifestants pacifiques doivent prendre leurs distances avec ces casseurs».

Edouard Philippe a indiqué avoir donné des instructions pour que les éventuels appels à la violence émanant de «personnalités» du mouvement soient systématiquement signalés à la justice par le ministère de l'Intérieur. (ats/nxp)

Créé: 18.03.2019, 15h19

Macron reste ferme sur les «gilets jaunes»

Lors d'un débat de plus de huit heures lundi avec 64 intellectuels, le président français Emmanuel Macron a fermement condamné les gilets jaunes les plus radicaux et défendu ses réformes. «On ne peut pas s'arrêter à la tyrannie d'une irréductible minorité», selon lui.

Galerie photo

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Articles en relation

«Gilets jaunes»: 170 millions de dégradations

Paris La Fédération française de l'assurance (FFA) a fait les comptes... sans même prendre en compte l'acte 18, particulièrement violent samedi dernier. Plus...

Les Champs-Elysées se remettent au propre

Acte 18 des «Gilets jaunes» La mythique avenue parisienne tente de retrouver son charme au lendemain de la manif des «gilets jaunes» qui l'a bien saccagée. Plus...

Regain de violences lors de l'acte 18

«Gilets jaunes» Le mouvement français de contestation a connu, samedi, de nouveaux débordements violents, surtout à Paris. Plus...

Une loi «anticasseurs» adoptée en France

«Gilets jaunes» La controversée loi «anticasseurs» a été définitivement adoptée mardi soir par le Sénat français. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.