Passer au contenu principal

CommerceL'administration Trump étrille l'OMC

Elle promet une approche «plus agressive», qui pourrait passer par des représailles douanières.

Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)
Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)
AFP
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)
AFP
Sitôt élu, Donald Trump a retiré les USA du traité de libre-échange transpacifique (TPP). Négocié pendant des années par l'administration Obama, le TPP était vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine. (23 janvier 2017)
Sitôt élu, Donald Trump a retiré les USA du traité de libre-échange transpacifique (TPP). Négocié pendant des années par l'administration Obama, le TPP était vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine. (23 janvier 2017)
AFP
1 / 150

L'administration Trump juge l'Organisation mondiale du commerce incapable d'empêcher les pratiques commerciales déloyales et promet une approche «plus agressive» pour défendre les intérêts américains, qui pourrait passer par des représailles douanières, selon un document officiel publié mercredi.

«Le statu quo est intenable. Pendant trop longtemps, les Américains ont perdu des parts de marché au profit d'autres pays, en partie parce que nos entreprises et nos travailleurs n'ont pas eu de réelle possibilité de se mesurer à la concurrence étrangère», assure l'équivalent du ministère du Commerce extérieur américain (USTR) dans son plan d'action annuel remis au Congrès.

Elu sur la promesse de ramener des emplois sur le sol américain, Donald Trump a plusieurs fois pris pour cible la politique commerciale de la Chine tout en critiquant l'OMC, l'instance multilatérale chargée de régler les différends entre pays.

Des systèmes «pas suffisamment transparents»

Selon l'USTR, les règles de l'OMC reposent sur «l'idée implicite» que les pays appliquent les principes de l'économie de marché alors que «plusieurs acteurs importants» les ignorent et dissimulent leurs entorses au libre-échange derrière des systèmes «pas suffisamment transparents».

«L'inhabilité du système à faire en sorte que ces pays rendent des comptes conduit à une perte de confiance dans le système», indique l'USTR, amorçant une prise de distance par rapport à l'OMC.

Le rapport suggère ainsi que les Etats-Unis ne se sentiront pas légalement liés par les décisions de l'OMC qui lui seraient défavorables. «Les Américains ne sont pas directement soumis aux décisions de l'OMC», assure l'USTR qui affirme privilégier la défense «de la souveraineté» des Etats-Unis.

Une approche plus agressive

«C'est le moment pour une approche plus agressive», indique également l'administration, qui affirme être prête à utiliser «tous les moyens de pression» pour forcer les pays à ouvrir leurs marchés, conformément aux menaces brandies par Donald Trump. Le document fait notamment référence à une loi de 1974 qui permet au président d'imposer des sanctions douanières.

Plus généralement, l'USTR confirme que les Etats-Unis privilégieront des accords bilatéraux, au détriment des grands traités régionaux qui leur seraient moins favorables.

Dès son arrivée à la Maison Blanche, le président avait déjà officialisé le retrait américain du traité transpacifique (TPP) qui avait été signé avec 11 pays de la région Asie-Pacifique.

Dans son rapport, l'USTR n'enterre toutefois pas complètement un autre accord régional de libre-échange, le TTIP, négocié depuis 2013 avec l'Union européenne et actuellement dans l'impasse. «L'administration Trump étudie actuellement le statut de ces négociations», indique le document.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.