Berlin sanctionne des Saoudiens

Affaire KhashoggiL'Allemagne impose des sanctions à dix-huit Saoudiens qu'elle soupçonne d'être liés au meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Allemagne a décidé d'imposer des sanctions, notamment d'interdire l'accès à l'espace européen Schengen, à 18 citoyens saoudiens soupçonnés d'être impliqués dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, a annoncé lundi à Bruxelles son ministre des Affaires étrangères Heiko Maas.

M. Maas, qui s'exprimait à l'occasion d'une réunion des chefs de la diplomatie des pays membres de l'UE, a précisé que ces sanctions avaient fait l'objet d'une «coordination étroite» avec la France et le Royaume-Uni.

Jeudi dernier, les Etats-Unis avaient annoncé des sanctions financières ciblées -incluant un gel de leurs avoirs sur le sol américain - contre 17 responsables saoudiens soupçonnés d'être impliqués dans le meurtre.

Parmi les personnes visées figurent des membres de la garde rapprochée du prince héritier Mohammed ben Salmane ainsi que le consul général d'Arabie saoudite à Istanbul Mohammad Al-Otaibi, avait précisé le Trésor américain.

«Drogué» et «démembré»

Lundi, Berlin a emboîté le pas à Washington, en annonçant l'interdiction de son territoire à 18 citoyens saoudiens «présumés liés» à l'organisation du meurtre, sans toutefois révéler aucune identité.

«Il y a encore plus de questions que de réponses dans (...) cette affaire», a affirmé Heiko Maas.

L'Allemagne va entrer les 18 identités concernées dans le système d'information Schengen (commun à 26 pays européens, ndlr) afin de leur en interdire l'accès, a-t-on précisé au ministère allemand des Affaires étrangères.

Pour ces personnes, l'entrée ne serait possible que si chaque État délivrait explicitement un visa national, selon des diplomates.

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été assassiné le 2 octobre par des agents saoudiens au consulat de son pays à Istanbul. M. Khashoggi, critique du pouvoir saoudien et collaborateur du Washington Post, a été «drogué» et son corps «démembré», selon l'enquête saoudienne quia toutefois dédouané le prince héritier.

Au total 21 suspects sont détenus, a annoncé le jeudi 15 novembre le bureau du procureur général à Ryad. Leur identité n'a pas été révélée.

Onze de ces suspects ont été inculpés et le procureur général a requis la peine de mort à l'encontre de cinq d'entre eux, accusés d'avoir «ordonné et commis le crime» au consulat. (afp/nxp)

Créé: 19.11.2018, 12h12

Articles en relation

Trump n'écoutera pas l'«horrible» enregistrement

Affaire Khashoggi Le président américain est en possession de l'enregistrement du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Plus...

Qui a tué Khashoggi ? Réponse sous «2 jours»

Affaire Khashoggi Donald Trump a annoncé qu'un «rapport complet» sur l'affaire Khashoggi était presque achevé. Plus...

Pour la CIA, «MBS» est directement impliqué

Affaire Khashoggi Mohammed ben Salmane serait derrière l'assassinat de Jamal Khashoggi, selon la CIA. Mais Washington tempère. Plus...

Prière funéraire pour Jamal Khashoggi

Turquie Plusieurs dizaines de personnes se sont retrouvées devant la mosquée Fatih à Istanbul pour une prière en hommage au journaliste saoudien assassiné. Plus...

Ce que l'on sait sur les suspects saoudiens

Affaire Khashoggi On en sait un peu plus sur les hommes qui ont tué et démembré le journaliste Jamal Khashoggi à l'ambassade saoudienne en Turquie. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.