Affaire Kulik: Willy Bardon sort peu à peu du coma

FranceWilly Bardon a été condamné vendredi soir à 30 ans de réclusion dans l'affaire Elodie Kulik. Il a absorbé un produit peu après le verdict.

Jacky Kulik tient un portrait de sa fille Elodie Kulik, enlevée, violée et assassinée en 2002.

Jacky Kulik tient un portrait de sa fille Elodie Kulik, enlevée, violée et assassinée en 2002. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'affaire continue d'être hors norme même après le verdict: Willy Bardon, qui a ingurgité un produit toxique juste après sa condamnation à 30 ans de réclusion pour l'enlèvement et la séquestration suivis de mort d'Elodie Kulik en 2002, était «en phase de sortie progressive du coma» samedi mais dans un état toujours «critique».

Alors qu'il est toujours au service de réanimation, «son état reste critique dès lors que l'on n'est pas sorti de cette phase», a déclaré à l'AFP le procureur Alexandre de Bosschère.

Quelques secondes après l'énoncé du verdict vendredi soir par la présidente de la cour d'assises d'Amiens, Willy Bardon, abattu et tremblant, avait ingurgité un produit ressemblant à un cachet et le contenu d'une bouteille d'eau tandis que sur le banc des parties civiles, les proches de la victime pleuraient ou s'enlaçaient. «Le produit ingéré (...) est un pesticide appelé le Temik. C'est un produit extrêmement dangereux», «qui a des effets à la fois sur le système nerveux et le système cardio-vasculaire», a indiqué le procureur.

«Relativement optimiste»

L'enquête ouverte par le parquet doit notamment déterminer comment Willy Bardon s'en est procuré et «si c'est un acte qui avait été prémédité, organisé et de quelle manière», alors qu'il avait confié à un «proche» qu'il «attenterait à ses jours s'il était condamné».

En attendant, l'accusé de 45 ans reste «sous escorte policière constante au centre hospitalier». Selon une source proche du dossier, qui a indiqué à l'AFP être «relativement optimiste», «on devrait savoir en fin de journée si Willy Bardon est tiré d'affaire».

«Tentative de suicide»

Ce coup de théâtre est intervenu à l'issue de 13 jours d'une audience décrite comme «hors norme», qui a vu défiler 47 témoins et experts à la barre, et relater les 180 auditions menées par les enquêteurs. Les jurés ont suivi les réquisitions de l'avocate générale, allant même au-delà en condamnant l'accusé pour viol, mais l'ont acquitté du chef de «meurtre».

Elodie Kulik, employée de banque de 24 ans avait été enlevée, violée, étranglée, puis brûlée en janvier 2002 à Tertry, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Quentin (Aisne). Avant de mourir, la jeune femme avait appelé les secours, un enregistrement glaçant de 26 secondes considéré comme la pièce maîtresse du dossier.

Si la participation de Grégory Wiart, décédé en 2003 et dont on avait retrouvé l'ADN sur la scène du crime, est «indéniable», le procès devait juger de la culpabilité de Willy Bardon, dont six témoins ont assuré avoir reconnu la voix sur la bande sonore.

«Je suis innocent»

Tout au long du procès, l'accusé, resté immobile et sonné sur son banc, a nié toute implication. «Elodie Kulik, je suis innocent, je vous jure que je n'y étais pas!», avait-il lancé, la voix étranglée par les sanglots, après les plaidoiries de ses avocats. «Il est tout à fait clair que Willy Bardon a tenté de se suicider (...) Il avait indiqué à plusieurs reprises à des proches qu'il ne supporterait pas de retourner en prison», a déclaré à l'AFP son avocat Stéphane Daquo, qui a annoncé vendredi son intention de faire appel, assurant «ne pas comprendre» la décision de la Cour.

Appelant les jurés à ne pas fonder leur conviction sur «une simple impression», il avait détaillé méthodiquement toutes les «failles» de l'enquête, critiquant aussi «l'incompétence» et les «bidouillages» de certains enquêteurs lors des auditions. Me Marc Bailly, autre avocat de la défense, a, lui, dénoncé un «procès des intuitions, des rumeurs, des ragots», une accusation basée sur «un château de sable».

Regrettant le geste de l'accusé, le père de la victime Jacky Kulik s'est pour sa part dit «soulagé» de ce verdict qui «rend enfin justice à Elodie». «Je pourrai aller demain sur leur tombe et dire que j'ai fait mon travail», a-t-il déclaré, évoquant aussi son épouse Rose-Marie, décédée. (afp/nxp)

Créé: 07.12.2019, 10h26

Faites-vous aider!

«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse! C'est un démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide, dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.

N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes: «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d'aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.

Articles en relation

Affaire Kulik: Willy Bardon écope de 30 ans de prison

France Dix-sept ans après les faits, Willy Bardon était jugé pour les «atrocités» commises sur la jeune Elodie Kulik, enlevée, violée, étranglée puis brûlée en 2002 à Tertry. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...