L'affaire SwissLeaks secoue la Grande-Bretagne

Fraude fiscaleStephen Green, l'ancien patron de la banque britannique HSBC, se trouve cette semaine au cœur d'une tempête médiatique.

L'ex patron d'HSBC, l'Anglais Stephen Green.

L'ex patron d'HSBC, l'Anglais Stephen Green. Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien patron du groupe bancaire britannique HSBC, l'Anglais Stephen Green, apôtre d'un capitalisme fondé sur des valeurs spirituelles, connaît une humiliante descente aux enfers avec le SwissLeaks qui a ruiné son image de banquier avisé et de chrétien vertueux.

Stephen Green a été directeur général (2003-2006) puis président (2006-2010) du géant bancaire, au moment où HSBC faisait transiter 180,6 milliards d'euros de riches clients sur des comptes en Suisse afin de leur éviter d'avoir à payer des impôts, d'après l'enquête internationale qui secoue le monde de la finance depuis dimanche.

A ce titre, il est au coeur de la tempête autour de la principale banque européenne, fondée en Extrême-Orient en 1865, et dont le siège domine aujourd'hui le quartier d'affaires de Canary Wharf à Londres.

«C'est une question de principe, je ne ferai aucun commentaire sur l'activité passée ou présente de HSBC», a dû répondre Lord Green, 66 ans, à un journaliste de la BBC qui le poursuivait dans les rues de Londres quelques heures après la publication de l'enquête d'une cinquantaine de médias internationaux.

Mais les pressions médiatique, judiciaire et politique pourraient le contraindre à changer d'avis.

Ces derniers jours, la presse répète en effet à l'envi que ce banquier très influent, devenu ensuite ministre du commerce du gouvernement Cameron (2011-2013), savait nécessairement. Voire qu'il était à l'initiative des pratiques d'évasion fiscale mises en œuvre par son établissement.

Chambre des communes

Mercredi à la Chambre des communes, le chef du gouvernement conservateur, David Cameron, et le chef de l'opposition travailliste, Ed Miliband, se sont mutuellement accusés d'avoir entretenu de proches relations avec M. Green, subitement pestiféré.

«Est-ce-que le premier ministre veut vraiment nous faire croire que pendant les trois années où Stephen Green a été ministre, il n'a jamais parlé avec lui de ce qui se passait chez HSBC?», s'est exclamé M. Miliband sous les vivats des députés de son bord, tandis que M. Cameron rappelait aux travaillistes qu'eux aussi respectaient à l'époque la figure alors consensuelle de l'ex-banquier.

Marié, père de deux filles, Stephen Green avait en effet tout pour plaire. Consultant chez McKinsey, il était entré chez HSBC en 1982, y gravissant les échelons jusqu'à intégrer son conseil d'administration 16 ans plus tard.

Devenu à partir de 2003 et pendant sept ans le numéro un exécutif (DG) puis le grand patron (président) de la banque, il lui faisait traverser presque à sec les torrents de la crise financière internationale, qui manquait dans le même temps d'emporter deux autres grandes banques britanniques, Lloyds et RBS. Contrairement à ses concurrents, HSBC se passait de l'aide du contribuable de sa Majesté pour rester à flot et bien se placer avant la reprise des affaires.

Même anobli

Fin 2010, David Cameron appelait Stephen Green dans son gouvernement et le faisait entrer à la chambre haute du Parlement anobli sous le titre de «Lord Green of Hurstpierpoint».

Stephen Green pouvait alors prononcer un discours d'au revoir au monde de la finance, intitulé «Repenser les affaires dans un monde qui change», dans l'enceinte prestigieuse de la Chatham House de Londres.

L'occasion rêvée pour ce fervent anglican, jadis ordonné prêtre par l'Eglise d'Angleterre, de partager sa foi en une économie mue par la morale. «Chez HSBC, nous avons essayé de placer les valeurs au coeur des affaires et de jouer un rôle positif pour le monde en général», lança-t-il avec lyrisme.

«Nous avons aujourd'hui une chance de redéfinir le capitalisme, de reformuler son dessein - de montrer qu'il peut être éclairé, qu'il peut être meilleur. Échouer nous ferait courir le risque de briser la promesse sacrée de laisser une meilleure société à nos enfants. Réussir consisterait à transformer le cours de l'Histoire».

Stephen Green va devoir maintenant s'employer à résister au déchaînement médiatique, deux ans après le versement par HSBC d'une amende record de 1,9 milliard de dollars aux Etats-Unis pour complicité de blanchiment au profit de trafiquants, de «terroristes» et de l'Iran. (ats/nxp)

Créé: 12.02.2015, 16h59

Articles en relation

L'affaire HSBC prend une tournure politique

Royaume-Uni Le chef de l'opposition travailliste a reproché à David Cameron d'avoir nommé ministre l'ex-président de la banque dans son gouvernement. Plus...

«Ils nous demandaient: ne dites rien à ma femme!»

SwissLeaks Les notes d'HSBC Suisse révèlent que les épouses des clients étaient souvent volontairement exclues des relations avec la banque. Plus...

SwissLeaks: HSBC pressée de rendre des comptes

Evasion fiscale Les dernières révélations sur les pratiques de HSBC pourraient coûter cher à la banque britannique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.