L’afflux des migrants en Italie met l’Europe à cran

Crise migratoireA Tallinn, l’UE décide de verrouiller l’arrivée des migrants en Libye, d’encadrer les ONG et d’aider l’Italie, submergée

Depuis le début de l’année, 85 000 migrants ont débarqué en Italie en provenance de la Libye.

Depuis le début de l’année, 85 000 migrants ont débarqué en Italie en provenance de la Libye. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Si le deuxième trimestre 2017 est à l’image du premier, cette année sera la plus meurtrière sur la route migratoire la plus dangereuse du monde.» Jean Dalhuisen, le directeur d’Amnesty pour l’Europe, a accusé jeudi l’UE d’avoir une «politique défaillante» pour traiter la crise migratoire. «Les Etats européens tournent progressivement le dos à une stratégie de recherche et de secours qui réduisait la mortalité en mer, au profit d’une stratégie qui se solde par des milliers de noyades», écrit-il. Amnesty tient en effet les Vingt-Huit pour responsables du terrible bilan des naufrages en Méditerranée (2072 morts depuis janvier) et des violences graves subies par les migrants en Libye.

Les ministres européens de l’Intérieur et de la Justice se réunissaient justement jeudi à Tallinn, en Estonie, pour apporter leur aide à l’Italie, qui a lancé un SOS, ne parvenant plus à gérer les milliers d’arrivées sur ses côtes. Depuis le début de l’année, 85 000 migrants ont débarqué en Italie en provenance de la Libye, soit 85% de l’immigration illégale dans l’UE, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), dont le siège est à Genève.

«Au lieu d’agir pour sauver des vies et offrir une protection, les ministres accordent sans états d’âme la priorité aux accords dangereux avec la Libye», poursuit Amnesty dans un rapport publié mercredi. De nombreux témoignages de migrants font état d’une connivence coupable des gardes-côtes libyens avec les passeurs, certains tirant même sur les bateaux de migrants.

Les ONG en question

A Tallinn, les Européens ont aussi voulu encadrer les ONG qui font du secours en mer. Selon l’UE, cette présence des humanitaires simplifierait la tâche des trafiquants. Rome les accuse même de collusion ouverte avec les passeurs, sans cependant apporter la moindre preuve. De quoi susciter l’ire des organisations de secours.

Les ministres européens ont aussi salué l’initiative italienne d’un «code de bonne conduite» des ONG qui se lancent dans des missions de sauvetage. «C’est l’Italie qui fera la proposition en collaboration avec la Commission européenne, en écoutant naturellement les ONG», a expliqué à l’issue du débat le ministre italien Marco Minniti. Les ONG ont pris en charge 40% des sauvetages en Méditerranée cette année.

Les Vingt-Huit se sont également fixé comme objectif d’atteindre des «résultats tangibles» dans la politique de retour des migrants n’obtenant pas le statut de réfugié. «Il y a eu une reconnaissance de la question posée par l’Italie», s’est félicité Marco Minniti. «C’est un résultat très positif. La présidence et tous les Etats membres s’engagent à soutenir la solidarité et la responsabilité dans notre politique migratoire», a renchéri le commissaire européen à la Migration, Dimitris Avramopoulos.

«La situation en Méditerranée et la pression qui en résulte sur l’Italie sont une source de grande préoccupation pour tous», a ainsi souligné Sven Mikser, le ministre estonien des Affaires étrangères, dont le pays vient de prendre la présidence tournante de l’UE. Il a également annoncé que l’Estonie verserait 1 million d’euros au fonds européen pour l’Afrique, destiné à faire baisser la pression migratoire vers la Libye.

Cependant, l’appel de Rome à rediriger des bateaux de secours vers d’autres ports européens, comme ceux de Barcelone ou Marseille, est resté lettre morte. Berlin et Paris n’ont en effet pas soutenu cette proposition. Reste la question de la répartition des migrants entre les différents pays européens. L’UE a ouvert en juin une procédure d’infraction à l’encontre de la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, qui refusent de participer au programme européen de répartition des demandeurs d’asile depuis l’Italie et la Grèce. Ce programme fonctionne par ailleurs très mal, si l’on en croit l’OIM, qui relève que 7300 migrants seulement ont été jusqu’ici relocalisés d’Italie vers d’autres Etats membres de l’UE.

«Mort sous la torture»

Plus que jamais, les pays de l’Union européenne veulent enfin verrouiller l’afflux en Libye, un pays pourtant livré aux factions concurrentes, sans autorité capable de maintenir l’ordre. Les témoignages de migrants retenus en Libye, recueillis par Amnesty, sont particulièrement choquants et interrogent. Un Nigérian qui a passé neuf heures dans un frêle esquif qui prenait l’eau avec 140 personnes à bord raconte: «Lorsque j’ai vu les lumières du bateau de secours, j’ai pensé: «Par pitié, faites que ce ne soit pas la police libyenne.» Homicide, torture, viol, travail forcé, racket, détention arbitraire, enlèvement: les migrants d’Afrique centrale subissent de nombreuses violences en Libye. «J’ai passé trois mois en prison. On dormait comme des sardines en boîte dans la cellule. L’eau des toilettes servait aussi à boire. J’ai vu trois personnes se faire torturer durant mon séjour en prison. Un adolescent en est mort. Ils frappaient les prisonniers à coups de tuyaux en plastique, la nuit», témoigne un Gambien. L’Europe peut-elle fermer les yeux sur ces crimes, au nom de la maîtrise des migrations?

Créé: 06.07.2017, 19h28

Articles en relation

L’Italie menace de fermer ses ports aux migrants

Migration Rome lance un SOS à ses voisins pour qu’ils accueillent aussi les bateaux de sauvetage. Réunion à Paris et Tallinn. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.