En coulisses, le clan de Bouteflika négocie sa survie

AlgérieAlors que la société civile espère une transition démocratique, les cercles du pouvoir, incapables de désigner un successeur, serrent les rangs autour du président pour gagner du temps.

 Le 9 février dernier, les partisans du Front de libération nationale (FLN) réuni dans la Coupole d’Alger désignaient Abdelaziz Bouteflika comme leur candidat à la présidentielle pour un cinquième mandat, sous un portrait géant du chef de l’État, dont les apparitions en public sont rarissimes depuis son AVC en 2013. 

(ci-dessous). Le même jour, Bouteflika a reçu Nouredine Bedoui, Ramtane Lamamra et Lakhdar Brahimi et a procédé à leurs nominations dans le cadre du processus de transition. Cela n’a pas calmé la rue algérienne, où les 5 barrés (non à un 5e mandat) ont fait place à des 4+ barrés (ci-dessus). RYAD KRAMDI/REUTERS/EPA/MOHAMED MESSARA

Le 9 février dernier, les partisans du Front de libération nationale (FLN) réuni dans la Coupole d’Alger désignaient Abdelaziz Bouteflika comme leur candidat à la présidentielle pour un cinquième mandat, sous un portrait géant du chef de l’État, dont les apparitions en public sont rarissimes depuis son AVC en 2013. (ci-dessous). Le même jour, Bouteflika a reçu Nouredine Bedoui, Ramtane Lamamra et Lakhdar Brahimi et a procédé à leurs nominations dans le cadre du processus de transition. Cela n’a pas calmé la rue algérienne, où les 5 barrés (non à un 5e mandat) ont fait place à des 4+ barrés (ci-dessus). RYAD KRAMDI/REUTERS/EPA/MOHAMED MESSARA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En une mosaïque de post-it jaunes, roses et verts collés sur le mur, place Audin, au centre-ville d’Alger, les étudiants ont trouvé une nouvelle façon de protester. «Laissez-nous tranquilles!» «Je n’aime pas les voleurs!» «On s’est réveillés, on va devenir votre problème!» peut-on lire sur les petits bouts de papier. Comme un nouveau signe de résistance à la nouvelle offre du président Bouteflika, présentée lundi dans un message lu en son nom.

Le package – un renoncement au cinquième mandat mais une prolongation du quatrième, un report des élections, l’organisation d’une conférence nationale et un remaniement gouvernemental – n’a clairement pas eu l’effet escompté. Les étudiants et les lycéens sont restés dans la rue, des employés du secteur public et privé ont poursuivi leurs sit-in et de nouveaux appels à manifester vendredi 15 mars ont été lancés sur les réseaux sociaux.

Lundi, la Télévision algérienne a diffusé une séquence montrant le président de retour de Genève en compagnie du vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’Armée national populaire, le général Ahmed Gaid Salah. Image:Reuters

Plus d’intermédiaires

«C’est la grande faute de Bouteflika», souligne Tarik Mira, de l’Initiative pour la refondation démocratique, un espace d’expression citoyenne. «Il a cassé toute intermédiation politique (partis, syndicats, associations), alors maintenant, la présidence se retrouve face à la rue. La seule solution est de trouver un compromis, un nouveau consensus avec la société civile et l’opposition politique, en choisissant bien les personnes auxquelles on va faire appel. Sinon le processus de transition va s’enliser.»

Toujours ce lundi, Bouteflika a reçu Nouredine Bedoui, Ramtane Lamamra et Lakhdar Brahimi et a procédé à leurs nominations dans le cadre du processus de transition. Cela n’a pas calmé la rue algérienne, où les 5 barrés (non à un 5e mandat) ont fait place à des 4+ barrés. Image: EPA/Mohamed Messara

Loin de ces préoccupations sur l’avenir de la démocratie, à la périphérie du cercle présidentiel, où se trouvent de fidèles partisans du chef de l’État, une source dénonce une «manipulation» fomentée par deux hommes: Lakhdar Brahimi, ex-diplomate nommé à la tête de la conférence nationale, et Ramtane Lamamra, vice-premier ministre (un poste créé lundi) qui retrouve son poste de chef de la diplomatie (il l’avait occupé de 2013 à 2017). Selon cette version des faits, ils auraient téléphoné à Saïd Bouteflika. Ce dernier, déjà réticent à l’idée d’un cinquième mandat de son frère aîné à la santé déclinante, se serait laissé convaincre par le plan de sortie de crise des deux hommes, en qui il a confiance. Les oligarques qui ont intérêt à ce que le président reste en place et certains membres de l’appareil sécuritaire ont probablement aussi pesé dans son choix.

Des rivaux réconciliés

Résultat: les différentes élites, ces forces rivales qui s’opposent au sein du système, auraient mis de côté leurs querelles. D’un côté le cercle présidentiel, et de l’autre les réseaux de l’État profond (deep state: l’armée, la gendarmerie, la police et l’administration) auraient ainsi dessiné le nouvel attelage de l’Exécutif. Avec d’un côté Bedoui (le nouveau premier ministre, proche des Bouteflika) et de l’autre Lamamra (le nouveau vice-premier ministre, proche de l’État profond).


Lire aussi : L’Algérie veut écrire sa propre histoire


Mais, dans les réseaux de l’ex-Direction du renseignement et de la sécurité, on estime que cet attelage est «une solution par défaut». «Le Conseil constitutionnel ne pouvait ni valider la candidature de Bouteflika – la rue ne l’aurait jamais accepté – ni l’invalider», explique une source sécuritaire en évoquant la date limite de validation des candidatures à l’élection présidentielle, fixée au mercredi 13 mars. «Il fallait trouver une issue», conclut-il en laissant entendre que cette solution avait l’avantage de plaire aux partenaires de l’Algérie, la France et les États-Unis.

Gagner un à deux ans

Le politologue Rachid Tlemçani revient à un décryptage plus basique: «Ils (les décideurs) sont en train d’appliquer le premier scénario prévu et de lui donner une légitimité populaire: faute d’entente entre eux, ils ont choisi par défaut l’option du cinquième mandat. Ils voulaient une à deux années de plus? C’est fait!» Cette analyse est globalement partagée même à l’intérieur de l’État: face à la pression populaire, l’objectif premier est de gagner du temps pour qu’un consensus se forme autour du candidat de la succession, dont le nom sera probablement donné par la conférence nationale. Pour connaître le nom de l’heureux «élu», il faudra donc attendre la fin 2019.


Un trio issu du premier cercle conduira la transition

Avant même sa nomination à la tête de l’Exécutif, Noureddine Bedoui était qualifié de «premier ministre bis». C’est cet énarque de 59 ans qui accompagnait, en tant que ministre de l’Intérieur, le président Bouteflika lors de ses dernières rares sorties dans la capitale, pendant que le premier ministre de l’époque, Ahmed Ouyahia, brillait par son absence. Il est réputé proche d’un des frères Bouteflika, Nacer, secrétaire général du Ministère de la formation professionnelle, où il officia comme ministre entre 2013 et 2015. Son premier poste important, il l’occupera à 41 ans comme préfet de la wilaya de Sidi Bel Abbès (ouest), avant de passer par trois autres préfectures. Volontariste et cassant parfois, il imposa son style direct avec ses collaborateurs. À la fin de 2018, alors qu’il organise un colloque sur l’immigration clandestine des jeunes, il fait cet aveu public: «Les jeunes ne nous aiment pas, nous le savons.»


Lire aussi : Révélations sur le passé genevois de Bouteflika


Son vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, est issu d’une autre école: la diplomatie. À 67 ans, cet habitué des couloirs des Nations Unies et des organisations internationales – il était pressenti pour la présidence de l’Union africaine, il fut membre du conseil d’administration de l’International Crisis Group et a déjà occupé le poste de chef de la diplomatie entre 2013 et 2017 – s’était vu confier la mission de «vendre» le quatrième mandat de Bouteflika à l’international. Si Bedoui représente l’aile «présidentielle» de ce trio, Lamamra est néanmoins le chouchou du deep state algérien qui tente de garder la main sur la transition qui s’annonce.

Lakhdar Brahimi, 85 ans, devrait quant à lui présider la conférence nationale promise par Bouteflika avant la fin de 2019. Cet ancien négociateur hors pair, architecte des accords de Taëf qui ont mis fin à la guerre civile libanaise en 1989 et récemment médiateur en Syrie pour l’ONU, a été ministre des Affaires étrangères en plein début de la crise des années 1990. Sa spécialité, la diplomatie de crise, pourrait lui être utile les prochains mois. A.AR.

Créé: 12.03.2019, 22h07

Intox: la rumeur du décès de Bouteflika à Genève

«Abdelaziz Bouteflika est mort à Genève. Son retour à Alger est une mise en scène. Pourquoi ne l’écrivez-vous pas?» Depuis lundi, les rédactions ont reçu plusieurs appels de «citoyens algériens» affirmant que leur président était décédé durant son séjour aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Une thèse distillée sur les réseaux sociaux et reprise par certains sites d’information algériens comme lematindalgerie.com, qui affirmait ce lundi tenir «d’une source très informée» que le président Bouteflika était décédé, avant d’ajouter dans la phrase suivante que l’information restait à vérifier. En 2013 déjà, des médias annonçaient qu’Abdelaziz Bouteflika était «cliniquement mort». Ce qui s’est révélé faux par la suite. Cette fois, les rumeurs sur son décès ont pris une dimension jusque-là inégalée. D’abord parce qu’elles ont été relayées par des personnalités politiques, au premier rang desquels Rachid Nekkaz, arrêté à Genève et placé en garde à vue quelques heures après avoir fait le siège des HUG pour essayer d’y rencontrer le président algérien.

L’autre événement qui a contribué à faire enfler la rumeur est le déploiement dimanche de forces de sécurité autour du cimetière d’El Alia, à Alger. Restent maintenant les faits, confirmés et recoupés auprès de plusieurs sources. Abdelaziz Bouteflika a bel et bien quitté Genève dimanche soir. Autre certitude: son état de santé est des plus précaires. «Cette rumeur du décès est utilisée à dessein par une partie de l’opposition pour agiter la rue», affirme Mohamed K., qui connaît bien les réseaux algériens. Ce dernier estime néanmoins que les autorités algériennes ont elles aussi contribué à alimenter les rumeurs par leur manque de communication.
A.J.

Articles en relation

Bouteflika à Genève: récit d'une fin de règne

Tweet story La période d'hospitalisation du président algérien Abdelaziz Bouteflika a été décisive. Entre manifestations en Algérie et incertitudes sur l'état de santé du raïs. Récit déchronologique d'une crise d'Etat qui s'est jouée à Genève. Plus...

Révélations sur le passé genevois de Bouteflika

Genève Le président a passé plusieurs années d'exil dans le canton. Une période clé, très peu documentée Plus...

Bouteflika plie mais ne rompt pas

Algérie Le président a fait savoir lundi qu’il renonçait à un 5e mandat mais resterait jusqu’à la présidentielle… reportée sine die. Plus...

Bouteflika quitte Genève pour l’Algérie en ébullition

Crise politique Le dirigeant algérien a décollé dimanche. Son retour in extremis doit lui permettre de faire valider sa candidature. Plus...

Une marée humaine déferle en Algérie contre Bouteflika

Crise politique À Alger et ailleurs, une foule immense rassemblant toutes les couches de la population a scandé son opposition au pouvoir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.