Genève se saisit des crimes commis au Yémen

Droits de l'hommeUne coalition d’ONG demande à l’ONU l’ouverture d’une enquête internationale.

La guerre qui dévaste le Yémen depuis trois ans a provoqué la pire crise humanitaire de la planète, selon l’ONU.

La guerre qui dévaste le Yémen depuis trois ans a provoqué la pire crise humanitaire de la planète, selon l’ONU. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU devrait ouvrir une enquête internationale indépendante sur les abus commis par toutes les parties au Yémen.» Dans une lettre adressée aux pays membres du Conseil, Human Rights Watch (HRW) et 56 autres ONG demandent la création d’un organe indépendant. Celui-ci devrait se pencher sur les «sérieuses violations» du droit humanitaire international au Yémen.

Les rebelles houthis ont été accusés de bombarder des quartiers résidentiels et d’enrôler des enfants-soldats. La coalition sous commandement saoudien, quant à elle, à été régulièrement montrée du doigt pour des bavures contre des civils lors de raids aériens. Le 23 août dernier, ses avions ont bombardé un hôtel de Sanaa et des points de contrôles tenus par les Houthis, faisant de nombreuses victimes parmi les civils, dont au moins 5 enfants – le plus jeune avait seulement 3 ans.

Au lendemain de ces attaques meurtrières, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a réitéré son appel à toutes les parties au conflit à respecter le droit de la guerre et à épargner les populations civiles.

Pression sur l'Arabie Saoudite

Depuis mars 2015, le Bureau des droits de l’homme de l’ONU a documenté 13'829 victimes civiles, dont 5110 personnes tuées et 8719 blessées. Le nombre total est probablement beaucoup plus élevé. La guerre qui ravage le Yémen depuis trois ans a provoqué la pire crise humanitaire de la planète, selon l’ONU. Le conflit oppose des rebelles, soutenus par l’Iran, qui contrôlent la capitale, Sanaa, et le nord du Yémen aux forces progouvernementales regroupées dans le sud et appuyées par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite.

Selon John Fisher, directeur du bureau HRW de Genève, les pays membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU devraient «être à la hauteur de leur mandat» et «mettre en place un organe» indépendant pour mettre fin à «l’impunité qui a été l’aspect central de la guerre au Yémen».

La question de la création d’une commission d’enquête indépendante sera soulevée lors des prochains travaux du Conseil des droits de l’homme, qui doivent s’ouvrir le 11 septembre prochain à Genève. Pour «arracher» la création de cette commission d’enquête internationale, la pression mise sur l’Arabie saoudite, membre de ce même Conseil, sera plus forte que jamais.

Créé: 29.08.2017, 18h53

Articles en relation

«Au Yémen, 6500 nouveaux cas de choléra chaque jour»

Interview La maladie se propage dans ce pays en proie à un conflit qui oppose l’Iran et l’Arabie saoudite. Entretien avec la déléguée du Comité international de la Croix-Rouge. Plus...

Des millions de civils crient famine au Yémen

Crise Les conséquences de la guerre fratricide qui fait rage dans ce pays du Moyen-Orient inquiètent les humanitaires. Plus...

Après 18 mois de guerre, la famine menace le Yémen

Moyen-Orient Théâtre d’un affrontement indirect entre Arabie saoudite et Iran, le pays s’enfonce dans un conflit sans issue. Plus...

L’Arabie saoudite retirée d’une liste noire de l’ONU

Violences contre les enfants La coalition qui intervient au Yémen a été retirée de la liste des pays violant les droits des enfants. Des ONG dénoncent des pressions. Plus...

Les armes alimentent le conflit au Yémen

L'invitée Manon Schick, qui dirige Amnesty International Suisse, demande au Conseil fédéral d'interdire toute livraison d'armes dans la région. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.