La défense de Kevin Z. plaide l’innocence en ordre dispersé alors qu’il risque 20 ans de prison

MarocJour des plaidoiries, jeudi, dans le procès lié aux deux jeunes Scandinaves tuées en décembre. Le Suisse clame toujours son innocence.

Le procès des 24 accusés, à Salé, arrive à son terme après les plaidoiries de jeudi.

Le procès des 24 accusés, à Salé, arrive à son terme après les plaidoiries de jeudi. Image: AP Photo/Mosa'ab Elshamy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je vous prie de donner à ces bêtes la peine de mort, comme elles le méritent, pour nos filles chéries», a lu devant la Cour Me Khalid El Fataoui. La septième audience du procès de la cellule djihadiste auteure de l’assassinat de deux jeunes randonneuses scandinaves au Maroc en décembre dernier s’est ainsi ouverte sur un moment d’émotion avec la lecture de la lettre que la mère de Louisa Vesterager Jespersen, la victime danoise, a voulu adresser au juge.

Consacrée aux plaidoiries, cette audience a surtout été l’occasion pour la défense de Kevin Z., contre lequel le procureur a requis 20 ans de prison, de présenter longuement sa version des faits, en dépit d’un manque visible de coordination.

«Pas de chance»

«Kevin n’a pas eu de chance», a résumé Me Saad Sahli, pour expliquer sa rencontre avec Abdessamad El Joud, tête pensante du double assassinat. «Il est venu au Maroc comme un enfant de 5 ans ou 7 ans qui pose des questions à son père, a-t-il soutenu, en référence aux nombreuses questions, notamment sur le djihad, que le jeune converti aurait posées à Abdelghani Chaabti, imam et prévenu. Est-ce que l’on peut appeler cela la planification d’un crime, l’accord de Kevin avec les intentions criminelles du groupe? Les accusés s’en sont pris à deux chrétiennes, puis certains ont accablé Kevin dans leur témoignage auprès de la police. C’était leur nouvelle croisade!»

Surtout, Saad Sahli a cherché à montrer l’incohérence des accusations en raisonnant par l’absurde. «Pourquoi Kevin aurait-il installé l’application Telegram (ndlr: très utilisée par les djihadistes de Daech) sur le téléphone d’El Joud alors que lui-même n’a que Whatsapp? Pourquoi Kevin serait-il venu accompagné de Subsahariens chrétiens s’ils étaient pour lui des mécréants qu’il fallait tuer? énumère-t-il. Le procureur veut croire que, parce que Kevin a porté une tenue proche de celle des militaires en jouant au paintball, il en aurait fait un entraînement militaire, mais on a des photos de lui et de son épouse dans la même tenue. Est-ce qu’il aurait aussi invité sa femme à commettre des crimes terroristes avec lui?»

Rebondissant ainsi d’une idée à une autre quitte à se répéter, tout en fouillant ses nombreux papiers, l’avocat semblait ne pas vouloir conclure sa plaidoirie quand le juge l’interrompt pour le presser. «Je suis très payé, monsieur le juge, j’en ai encore pour trente minutes à une heure», l’entend-on répondre sans pouvoir discerner l’ironie dans sa voix. Finalement, Saad Sahli demandera l’ajournement de la séance pour pouvoir encore transmettre aux juges toutes les pièces à conviction à décharge possibles d’ici à la prochaine audience. Les plaidoiries achevées, cette audience devrait pourtant être la dernière et voir tomber le verdict.

Faille dans le raisonnement

«J’ai demandé à l’épouse de Kevin, Fatima, d’obtenir une attestation de leur changement d’adresse consécutif à la rupture des relations de Kevin avec El Joud», explique Me Ditisheim, avocate de Kevin en Suisse. Me Sahli a ainsi transmis deux attestations de résidence datées à la Cour aujourd’hui. La seconde semble toutefois indiquer que Kevin habite à sa nouvelle adresse depuis septembre 2016, alors même que Me Sahli a répété à maintes reprises que Kevin n’avait plus de lien avec Abdessamad El Joud depuis le ramadan 2017. Le déménagement du jeune couple avait-il alors bien pour objectif de rompre avec le leader djihadiste, comme le prétendent Kevin et son avocat?

Une faille dans le raisonnement de la défense de Kevin Z. alors que Me Sahli a fait de cette rupture le pilier du raisonnement qu’il propose au juge: soit il a réussi à le convaincre de l’innocence totale de Kevin, soit celui-ci continue à croire qu’il avait une entente avec le groupe criminel d’Abdessamad El Joud. «Dans, ce cas, il faut considérer le fait que Kevin a coupé volontairement tous les liens avec les accusés à la fin du ramadan 2017 en déménageant et en changeant de numéro de téléphone», a-t-il souligné à plusieurs reprises.

Créé: 11.07.2019, 22h16

Articles en relation

Devant ses juges marocains, Kevin Z. nie en bloc être un terroriste

Maroc Lors de sa première prise de parole jeudi, le Genevois a dit avoir coupé les ponts avec les autres prévenus. Plus...

Meurtre des Scandinaves au Maroc: un accusé met en cause Kevin Z.

Terrorisme Poursuivi dans le cadre de l’assassinat de deux jeunes touristes, Abdelghani Chaabti a déclaré que le Genevois «parlait beaucoup du djihad». Plus...

L’«émir» du double meurtre au Maroc témoigne contre Kevin Z.

Procès Abdessamad El Joud, le principal accusé dans l’affaire des deux Scandinaves tuées à Imlil, a expliqué jeudi le déroulement des faits. Plus...

Procès de Kevin Z.: la responsabilité de l’État marocain

Terrorisme Au procès des assassins présumés de deux touristes scandinaves, la partie civile a obtenu que la «responsabilité morale» du Maroc soit engagée en vue de dédommagements. Plus...

Au Maroc, la défense de Kevin Z. obtient le report du procès

Terrorisme Les prévenus du meurtre de deux touristes scandinaves seront à nouveau présentés à la justice le 16 mai. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.