Le Nigéria et ses voisins déclarent la guerre à Boko Haram

TerrorismeCinq chefs d'Etat africains ont adopté samedi à Paris, avec le soutien des Occidentaux, un plan de «guerre» contre le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram.

Le Nigéria et ses voisins réunis à Paris ont déclaré la guerre au groupe Boko Haram (sur la photo le président nigérian Goodluck Jonathan et François Hollande)

Le Nigéria et ses voisins réunis à Paris ont déclaré la guerre au groupe Boko Haram (sur la photo le président nigérian Goodluck Jonathan et François Hollande) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Nigéria et ses voisins ont décidé à Paris de se battre contre le groupe Boko Haram.

«Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram», a résumé le président camerounais Paul Biya, après que son homologue français François Hollande, hôte du sommet, eut annoncé l'adoption d'un «plan global régional à moyen et long terme» contre le groupe radical.

Le sommet de Paris réunissait les présidents nigérian, tchadien, camerounais, nigérien et béninois, ainsi que des représentants des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de l'Union européenne.

Plus de 200 filles enlevées auparavant

Le plan adopté prévoit «la coordination du renseignement, l'échange d'informations, le pilotage central des moyens, la surveillance des frontières, une présence militaire autour du lac Tchad et une capacité d'intervention en cas de danger», a affirmé François Hollande, répétant que Boko Haram était «lié au terrorisme en Afrique».

Au cours de la réunion, François Hollande avait indiqué que Boko Haram avait des «liens établis» avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et d'autres organisations terroristes en Afrique.

«Ce groupe terroriste est armé avec des moyens lourds et a des moyens financiers», a-t-il ajouté lors de la conférence de presse finale, indiquant que les armes venaient notamment de Libye.

Le sommet de Paris a eu lieu un peu plus d'un mois après l'enlèvement de plus de 200 lycéennes à Chibok, dans le nord-est du Nigeria, par Boko Haram, une secte islamiste lancée en 2002 et qui s'est peu à peu transformée en groupe armé dont les attaques sanglantes ont fait des milliers de tués depuis 2009.

Soldat tué au Cameroun

Il a aussi eu lieu quelques heures après une attaque dans l'extrême nord du Cameroun contre un camp de travailleurs chinois, attribuée à Boko Haram et qui a fait au moins un tué parmi les militaires selon la police camerounaise, un Chinois ayant été blessé et 10 de ses camarades probablement kidnappés.

Le président nigérian Goodluck Jonathan, critiqué pour sa gestion de la crise et sa lenteur à réagir, a assuré qu'il était «pleinement engagé» pour retrouver les malheureuses lycéennes, alors que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont engagé des moyens (notamment des avions côté américain) pour collecter du renseignement.

«Nous avons aussi eu des réunions des services concernés et les états-majors pourraient être également mobilisés. Des moyens ont été dégagés, des surveillances vont être opérées, des avions», a dit François Hollande.

Appel par le Bénin

Le but principal du sommet était d'amener les pays de la région à collaborer sur le plan sécuritaire, ce qui n'est pas toujours le cas notamment entre le Nigeria et le Cameroun, longtemps brouillés pour un différend territorial.

«Nous sommes ici pour affirmer notre solidarité et notre détermination à lutter contre Boko Haram, qui est devenu un problème régional, sinon continental», a déclaré le président camerounais Paul Biya.

«Nous sommes décidés à mutualiser nos efforts, nos ressources, au niveau régional et international», a assuré son homologue béninois Thomas Boni Yayi.

Nations Unies évoquées

Le président tchadien Idriss Deby a souligné «la détermination à faire face aux terroristes qui gangrènent la région».

Son homologue nigérien Mahamadou Issoufou a insisté lui sur la nécessité de prévoir à long terme «un développement économique et social de la zone» pour lutter contre la misère, terreau favorable à l'émergence de mouvements tels que Boko Haram.

Les participants se sont également engagés à «accélérer la mise en place de sanctions internationales, en priorité dans le cadre des Nations Unies, à l'encontre de Boko Haram, d'Ansaru (un mouvement dissident), et de leurs principaux responsables», selon les conclusions de la réunion.

Abuja était jusqu'ici réticent à l'idée de porter à l'ONU les problèmes posés sur son territoire et dans les pays voisins par les islamistes de Boko Haram. (ats/nxp)

Créé: 17.05.2014, 23h02

Articles en relation

Le président ne libérera pas de prisonniers en échange des lycéennes

Nigeria Les quelque 200 lycéennes enlevées au Nigeria par Boko Haram ont entamé leur second mois de captivité. Le président Goodluck Jonathan a exclu de libérer des prisonniers du groupe islamiste en échange de ces jeunes filles. Plus...

Carla Bruni et Valérie Trierweiler unies pour les lycéennes

Boko Haram Deux anciennes «premières dames» françaises ont participé mardi à une manifestation à Paris aux côtés de célébrités pour demander la libération des lycéennes enlevées au Nigeria. Plus...

Le Nigeria est prêt à dialoguer avec Boko Haram

Lycéennes enlevées Le Nigeria s'est déclaré mardi soir prêt à dialoguer avec Boko Haram pour assurer la libération des 223 lycéennes captives du groupe islamiste. Plus...

Des pilotes US en quête des lycéennes enlevées

Nigéria Ils recherchent les quelque 200 lycéennes enlevées en avril par le groupe islamiste armé Boko Haram. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...