Sissi va pouvoir surveiller les réseaux sociaux

EgypteUne loi va permettre au gouvernement égyptien de surveiller tous les comptes sur les réseaux sociaux ayant plus de 5000 abonnés.

Plusieurs internautes et blogueurs critiques des autorités ont récemment été placés en détention à l'initiative du gouvernement d'Abdel Fattah al-Sissi. (Photo d'archives)

Plusieurs internautes et blogueurs critiques des autorités ont récemment été placés en détention à l'initiative du gouvernement d'Abdel Fattah al-Sissi. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a promulgué une loi portant sur la réglementation de la presse et des médias. Le texte va permettre de surveiller étroitement certains comptes d'utilisateurs de réseaux sociaux, a rapporté samedi le journal officiel.

Selon cette loi, votée par le parlement en juillet, toute personne ayant plus de 5000 abonnés en ligne - sur un site personnel, un blog ou les réseaux sociaux - pourra être surveillée par les autorités.

Le Conseil supérieur de régulation des médias, connu pour ses diatribes contre les médias étrangers et les programmes télévisés jugés trop connotés sexuellement, sera autorisé à suspendre ou bloquer ces sites ou comptes s'il juge qu'ils «publient ou diffusent de fausses nouvelles» ou «incitent à violer la loi, à la violence ou à la haine».

La nouvelle loi prévoit aussi une peine de prison d'un an et une amende de 50'000 à 100'000 livres égyptiennes (environ 2700 à 5400 francs) pour «toute personne qui accède délibérément ou par erreur, et sans raison valable, à un site, un compte privé ou un système informatique dont l'accès est interdit».

Au moins deux ans d'emprisonnement et 100'000 livres égyptiennes d'amende sont également encourus par «tous ceux qui créent, dirigent ou utilisent un site ou un compte privé dans le but de commettre ou faciliter la commission de crimes punis par la loi».

Plus de 500 sites bloqués

A la mi-août le président avait promulgué une loi controversée de «lutte contre la cybercriminalité». En vertu de cette loi, les autorités peuvent bloquer, par l'intermédiaire d'un juge, tout site dont le contenu constitue «une menace pour la sécurité nationale» ou pour «l'économie nationale».

Plus de 500 sites d'informations ou d'ONG sont actuellement bloqués en Egypte, selon l'Association pour la liberté de pensée et d'expression (AFTE), basée au Caire.

Plusieurs internautes et blogueurs, critiques du gouvernement ou connus pour leurs commentaires ou dessins satiriques, ont récemment été arrêtés et placés en détention. Les autorités leur reprochent d'appartenir à des «groupes interdits» et de diffuser des «fausses nouvelles».

En juillet, l'Organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International avait affirmé que ces lois, alors encore à l'état de projet, portaient atteinte à la liberté d'expression. Dans un contexte sécuritaire et économique tendu, les autorités affirment de leur côté vouloir lutter contre le «terrorisme» et tout ce qui nuit, selon elles, aux «intérêts du pays». (ats/nxp)

Créé: 02.09.2018, 05h11

Articles en relation

Des ONG dénoncent l'«impunité» de la police

Egypte Des ONG dénoncent l'«impunité» des forces de l'ordre égyptiennes après des sit-in réprimés dans le sang en 2013. Plus...

Touriste tchèque tué par un requin en mer Rouge

Egypte Une attaque de requin a coûté la vie à un touriste dimanche, au large d'une station balnéaire située au nord de Marsa Alam. Plus...

Plus de 50 blessés dans le déraillement d'un train

Egypte Trois wagons d'un train de passagers sont sortis des rails, vendredi au sud du Caire. Il n'y a pas de morts. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...