Un quart des réserves de sang sont infectées

AfriqueDes banques de sang de certaines zones subsahariennes contiennent des stocks infectés de parasites qui provoquent le paludisme.

Plus d'un quart des échantillons se sont parfois révélés contaminés.

Plus d'un quart des échantillons se sont parfois révélés contaminés. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vivre dans des zones de conflits ou faire l'objet d'une transfusion sanguine augmente le risque de contracter le paludisme en Afrique. C'est ce qu'indiquent des études présentées à Dakar cette semaine lors d'une conférence sur cette maladie responsable de plus de 400'000 décès par an dans le monde.

Selon une analyse d'une vingtaine d'études réalisées sur plus de 24'000 donneurs de sang, notamment au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, «près d'un quart» (23,46%) des réserves des banques de sang de certaines zones subsahariennes contiennent des parasites qui provoquent le paludisme.

En Afrique subsaharienne, où surviennent 90% des cas de paludisme, une maladie potentiellement mortelle si elle n'est pas traitée rapidement, les transfusions concernent principalement les femmes enceintes et les enfants. Pour ces derniers, dans la moitié des cas, il s'agit de pallier une anémie due au paludisme.

«A défaut d'une plus grande vigilance», ces enfants risquent d'être «davantage exposés aux parasites responsables du paludisme», qui se transmet généralement par des moustiques infectés, relèvent les auteurs de cette étude dirigée par le Dr Selali Fiamanya (Réseau mondial de surveillance de la résistance aux antipaludiques - WWARN) et présentée à la 7e conférence de l'Initiative sur le paludisme (MIM). Des tests poussés réalisés dans la banque de sang de Malabo, la capitale de Guinée équatoriale, ont même révélé que 29,5% des échantillons étaient contaminés.

Etude suisse

Les tests de diagnostic rapide (TDR) et celui de la «goutte épaisse» sont faciles à utiliser sur le terrain mais n'ont pas la capacité de détecter la forme latente du paludisme, soulignent les auteurs de l'étude, dirigée par Claudia Daubenberger de l'Institut tropical et de santé publique suisse (Swiss TPH) à Bâle.

«Nos résultats donnent encore plus de poids aux recommandations de l'OMS, selon lesquelles toute personne recevant une transfusion sanguine doit suivre un traitement préventif antipaludéen», estime-t-elle.

Conflits et famine

Selon d'autres études, les pays africains touchés par des conflits, la présence de groupes djihadistes et des épisodes de famine ont connu «une hausse rapide des infections et des décès» dus au paludisme, notamment au Nigeria, en Côte d'Ivoire, au Soudan du Sud et en République centrafricaine.

Une solution est de développer, comme en République centrafricaine, des «réseaux de personnels de santé communautaires» formés aux diagnostics rapides et dotés de sacs à dos contenant des lots complets de médicaments qui leur permettent de se déplacer rapidement en cas de besoin.

Ces premiers soins permettent de sauver des vies en stabilisant l'état des patients, qui dans de très nombreux cas décèdent pendant leur transport vers des structures médicales adaptées, par exemple dans des centres pour réfugiés, selon Laura Ruckstuhl, du Swiss TPH. (ats/nxp)

Créé: 18.04.2018, 11h02

Articles en relation

Don du sang: garantir les stocks et la gratuité

Santé Contrairement aux tissus ou organes humains, l'interdiction de vendre son sang n'est pas fixée dans la loi. Le National entend pallier cette exception. Plus...

Les restrictions envers les gays maintenues

Don du sang En Suisse, les homosexuels qui veulent donner leur sang continueront d'être soumis à des restrictions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.